Magazine Cinéma

After Earth

Publié le 22 juillet 2013 par Olivier Walmacq

After Earth

Genre : Science Fiction

Année : 2013

Durée : 1h32

L’histoire :Un crash laisse un père et son fils échoués sur une terre devenue hostile. Tandis que son géniteur est sévèrement blessé, le gamin doit effectuer une mission dangereuse qui l’amènera à vaincre sa peur.

La Critique De Titi70 :

Si jusqu’ici, on savait Will Smith particulièrement castrateur avec les réalisateurs avec qui il travaillait, à l'instar de Tom Cruise, il n’avait jamais été jusqu‘a prendre la place du metteur en scène en question. Or, c’est pourtant le cas d’After Earth, un projet qui sentait considérablement le pâté depuis le début, puisque Will Smith souhaitait en faire une passerelle pour imposer son rejeton au cinéma.

Dans ces circonstances, la marge de manœuvre du réalisateur officiel, M. Night Shyamalan, est évidemment considérablement réduite, coincé entre les exigences de sa vedette et le studio producteur.

After Earth

Pourtant, initialement, le scénario n’était pas spécialement destiné à Will Smith, puisqu’il datait de 2011 et devait s’intituler 1000 A.E. C’est M Night Shyamalan qui changera le titre pour After Earth.

Le réalisateur tente ici de revenir au succès d’antan, après une série de sévères déceptions.

On retrouve Jaden Smith, au coté de son père, dans un monde futuriste ou les humains ont fui la terre, devenue inhabitable à cause de la pollution, et se sont réfugié sur une autre planète, déjà occupé par des extraterrestres particulièrement hostile et appréciant peu les intrus.

Une guerre s’en ait suivit d’où à émergé un héros, invulnérable prénommé Cypher (et incarné, donc, par Will Smith qui ne démontre absolument à quel point il a prit la grosse tète) car ne ressentant aucune peur, seul moyen pour les extraterrestres de détecter l’être humain.

Evidemment, Cypher est un dur, un vrai, et son fils doit être aussi dur que lui, ce qui n’est pas vraiment le cas,  tant le marmot est un trouillard encore traumatisé par la disparition de sa sœur quelques années plus tôt.

Espérant en faire un homme, Cypher l’embarque pour une mission d’entraînement, mais, durant le voyage, le vaisseau est victime de quelques problèmes et doit se poser sur une planète hostile qui s’avère être la terre.

Ayant les jambes fracturées, Cypher n’a d’autre choix que de laisser son rejeton effectuer une mission de survie pour le moins périlleuse, mais, à l’issue de laquelle l’adolescent deviendra enfin un homme.

After Earth

Avec After Earth, M Night Shyamalan signe un film visionnaire appelé à faire date et qui ridiculise en quelques secondes les plus grandes oeuvres cinématographiques de science fiction. Franchement, une phrase pareille, vous y croyez ? C’est évidemment tout l’inverse puisque le metteur en scène signe carrément son plus mauvais film à ce jour, ce qui s’avère tout de même être un exploit.

Il faut dire qu’il est bien aidé par sa star principale, Will Smith, qui a rarement été aussi mauvais dans un long métrage et se contente de tirer la tronche durant tout le film (et encore, il n’a pas vu le résultat finale, il aurait eu de sacré raisons de faire la gueule). Passons sur la performance tout aussi pitoyable de Zoé Kravitz, fille du chanteur que vous connaissez et qui joue tout simplement un fantôme, pour nous intéresser à celui que le long métrage est censé mettre en avant, Jaden Smith.

Celui ci joue donc l’adolescent Kitaï, fils de Cypher et sauveur de l’humanité, et accessoirement de papa Smith aussi.

Dire qu’il effectue une prestation minable est encore en dessous de la vérité. Tout le long du film, il garde une image de tète à claque qui n’écoute jamais les ordres et accumule les conneries. Personnellement, j’avais surtout envie de le pousser pour qu’il se bouge un peu. Finalement, le pire étant que le long métrage ne dispose d’aucun rythme, et se limite à des discussions entre un père autoritaire et son fils qui n’écoute rien. En gros, il ne se passe rien dans ce film qui devient très vite chiant. Quant à la fin, elle confirme surtout le niveau de bêtise de la chose, mais, à le mérite d’apporter un minimum d’action.

Quand à M. Night Shyamalan, le réalisateur tente de faire son boulot, mais, ne parvient jamais à nous intéresser à l’histoire.

Au final, avec son super navet prétentieux , Will Smith nous prouve que son fiston devrait peut être changer de carrière (et se recycler dans la chanson, ça fera plaisir à Borat), que lui peut aussi mal jouer, qu’un mauvais réalisateur peut toujours faire pire que ce qu’on croit et que la bêtise et l’arrogance n’ont décidément aucune limite.

Note :

After Earth

Note Naveteuse : 19/20


http://www.lyricis.fr/tag/after-earth/
1000 après un cataclysme qui a poussé les humains à s’enfuir de la Terre, Nova Prime est devenu le nouveau berceau de l’humanité. De retour sur cette planète après une très longue mission, le légendaire Général Cypher Raige (Will Smith) est bien décidé à vivre en bon père de famille et à s’occuper de son fils de 13 ans, Kitai (Jaden Smith), qu’il ne connaît presque pas. Alors que Cypher voyage dans l’espace avec son fils, leur vaisseau est touché par une pluie d’astéroïdes. Ainsi, ils n’ont comme seule option que de s’écraser sur la dangereuse planète Terre. Cypher est grièvement blessé dans son cockpit et Kitai doit partir en terrain hostile pour récupérer leur balise de sauvetage. Tout sa vie, Kitai a voulu être un soldat comme son père. Aujourd’hui, il en a la possibilité.
" itemprop="description" />


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines