Magazine Cinéma

Vertige

Publié le 22 juillet 2013 par Olivier Walmacq

vertige_2008,0

Genre: horreur, gore (interdit aux - 12 ans)
Année: 2009
durée: 1h45

L'histoire: Poussé par un désir d'aventure et l'envie de se retrouver, un groupe d'amis se lance sur une via ferrata, une voie d'escalade en haute montagne. Pour Chloé, Guillaume, Fred, Karine et Loïc, le vertige des sommets et celui de sentiments enfouis va vite compliquer le voyage, d'autant qu'ils découvrent avec horreur qu'ils ne sont pas seuls... L'expédition va rapidement virer au cauchemar.  

La critique d'Alice In Oliver:

Depuis le milieu des années 2000 jusqu'au début des années 2010, le cinéma français tente une incursion dans le genre horrifique. C'est par exemple le cas de productions nauséabondes telles que Mutants, La Horde ou encore Frontière(s), pour ne citer que celles-là.
Abel Ferry se lance lui aussi dans l'aventure avec Vertige, réalisé en 2009. Au niveau de la distribution, ce film d'horreur réunit Fanny Valette, Johan Libéreau, Raphaël Langlet, Nicolas Giraud et Maud Wyler.

Le scénario est de facture classique et n'est qu'un décalqué de The Descent, de Neil Mashall, à la seuledifférence que Vertige met à l'épreuve quelques passionnés d'alpinisme. Attention, SPOILERS ! Poussé par un désir d'aventure et l'envie de se retrouver, un groupe d'amis décide de franchir les plus hauts sommets des montagnes de la Croatie.
Pour Chloé, Guillaume, Fred, Karine et Loïc, l'aventure commence mais tourne vite à la tragédie. Bientôt, ils découvrent avec horreur qu'ils ne sont pas seuls.

vertige

Au niveau des influences, Vertige ressemble à un mixe entre The Descent (que j'ai déjà cité), Détour Mortel et Massacre à la Tronçonneuse. Le seul problème, c'est qu'à force d'imiter ses modèles, Vertige finit par manquer de style et de personnalité.
Certes, dans le même genre, on préférera tout de même Vertige au catastrophique Humains, qui se déroulait aussi dans les montagnes. Toutefois, Vertige n'est rien d'autre qu'un petit navet.

Dommage, car la première demie heure est plutôt réussie mais loin d'être géniale pour autant. Force est de constater que les parties d'alpinisme sont assez flippantes et convaincantes. Pourtant, dans sa seconde partie, le film change son fusil d'épaule et se tourne davantage vers le survival dégénéré. Cette seconde partie gâche le film à elle toute seule.
Ensuite, les personnages en place ne présentent aucun intérêt. De ce fait, difficile de s'attacher à eux et de trembler devant leurs acrobaties.

vertige_img1

Enfin, le psychopathe de service, bien que complètement ch'tarbé, n'a rien de particulièrement effrayant. Au contraire, son look de clodo sorti tout droit d'une poubelle prête davantage à sourire. Pour le reste, Vertige accumule tous les poncifs du genre et se suit avec un ennui poli.
Certes, encore une fois, on a vu largement pire dans le même genre. Néanmoins, le résultat est là et il est plutôt médiocre en l'occurrence. Bref, pas grand chose à retenir de Vertige que l'on oubliera vite, très vite...

Note: 06/20
Note naveteuse: 12/20


VERTIGE - Bande-annonce par baryla


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines