Magazine Culture

Rammstein + The Hives + Vitalic aux Vieilles Charrues à Carhaix le 18/07/2012

Publié le 23 juillet 2013 par Florian @punkonline

Les vieilles charrues est le plus gros festival français et je n’avais pas encore eu l’occasion d’y mettre les pieds. Mais cette année l’affiche monstrueuse du jeudi m’a motivé à m’y rendre.

Succédant à Raphael sur la scène Kerouac, les Suédois The Hives, vêtus de leurs costumes de Mariachi, étaient de retour au festival après leur participation à l’édition de 2008 qui avait marqué les esprits. Depuis leur début garage punk ils se sont dirigés vers un son indie rock comme le confirme leur dernier album « Lex Hives ». Mais ils ont toujours su garder une énergie punk qui s’exprime encore sur scène.

Sans surprise, ils entament leur set avec le tudesque « Come On! » qui introduit leur dernier opus. Rien de mieux pour réveiller la foule étourdie par le soleil ou endormie avec la musique de Raphael... C’est un mix des morceaux de leurs quatre derniers albums (sur les cinq) auxquels nous avons eu le droit dont « Two-Timing Touch and Broken Bones », « Hate to Say I Told You So » ou « Won't Be Long » que du bon donc. En revanche, la prestation était en dessous de mes attentes. À chaque fin de titres, le chanteur haranguait la foule avec un français approximatif. En devenant systématique, ça perdait en spontanéité. Par contre quand ils jouent, ça galvanise la foule comme il se doit et c’est bien cela l’essentiel.

Go Right Ahead Wait a Minute Won't Be Long

Setlist The Hives

  1. Come On!
  2. Main Offender
  3. Go Right Ahead
  4. These Spectacles Reveal the Nostalgics
  5. Try It Again
  6. Two-Timing Touch and Broken Bones
  7. Take Back the Toys
  8. Die, All Right!
  9. Won't Be Long
  10. Walk Idiot Walk
  11. Hate to Say I Told You So
  12. Tick Tick Boom
  13. Patrolling Days

Le groupe des vieilles charrues cette année était bien sur Rammstein avec les plus grosses structures à monter qu’a connu le festival. Avec ses 25 000 personnes la soirée du jeudi (un échec pour les organisateurs même si de l’aveu de beaucoup, même les non-fans, le concert était sensationnel), le festival carhaisien faisait pâle figure devant les 691 000 du festival russe « Rock on the volga » où les Allemands ont joué en juin dernier.

Le show de Rammstein a débuté avec « Ich tu dir weh » synchronisé avec une explosion et un tombé de rideau après un lancé de fusées. Till Lindemann apparait en blond peroxydé et fourrure rose en descendant d’un élévateur. Le groupe a ensuite joué sans répi son opéra wagnérien pendant 1 h 30. Pas de place à l’improvisation ni de communion avec le public, tout est millimétré. Les Allemands ont leur jeu de scène et les titres ont leurs scenettes ou leurs effets : bracelets cracheurs d’étincelles et flammes venant du sol (Wollt Ihr Das Bett In Flammen Sehen ?), mise en route du tapi roulant de Flake, le claviériste (Asche Zu Asche), éclatage de tête de Flake par Till (le chanteur) et lance-flamme buccal (Feuer Frei !), la scène du chaudron où le chanteur cuit au lance-flamme Flake (Mein Teil), une simulation d’un vomito (Wiener Blut), un petit coup de lance-flamme sur un type à capuche (Benzin), des fusées qui passent au-dessus du public (Du hast), Flake en esclave sexuel se faisant sodomiser par Till (Bück dich), un canon à mousse en forme de phallus (Pussy).

Le concert était assez similaire à celui de Québec lors de la tournée Liebe ist für alle da en juillet 2010. L’ordre des titres a changé et quelques effets ont fait leur apparition. Ça n’a pas été la grosse claque que j’ai eu là-bas, l’effet de surprise ayant disparu. En revanche, ça reste un show magistral à voir et à revoir. Aucun autre groupe ne fait ce que fait Rammstein.

Le rappel a commencé avec « Mein Herz brennt » en version chant/piano. J’ai trouvé ça assez classe. Lui a succédé l’excellent « Sonne » durant lequel la croix en fond de scène s’est embrasé (pendant tout le concert les éléments du décor n’ont cessé de bouger). Le concert s’est ensuite terminé dans la mousse et les confettis avec « Pussy ».

La sortie de scène fut sobre. Les cinq membres ont fait la révérence au public avant que Till Lindemann ne lâche « Rammstein aime la France, merci beaucoup, Danke Schön ». Pas besoin d’en dire plus, la machine de guerre allemande est passée et a comblé le public français.

Intro

Intro + Ich tu dir weh Wollt ihr das Bett in Flammen sehen ? Sehnsucht Asche zu Asche Feuer Frei! Mein Teil Ohne Dich Wiener Blut Du Riechst So Gut Benzin Du Hast Bück Dich Mein Herz brennt Sonne Pussy Autres vidéos

Setlist Rammstein :
  1. Ich tu dir weh
  2. Wollt ihr das Bett in Flammen sehen?
  3. Keine Lust
  4. Sehnsucht
  5. Asche zu Asche
  6. Feuer frei!
  7. Mein Teil
  8. Ohne dich
  9. Wiener Blut
  10. Du riechst so gut
  11. Benzin
  12. Links 2-3-4
  13. Du hast
  14. Bück dich
  15. Ich will

  16. Mein Herz brennt
  17. Sonne
  18. Pussy

Dans un genre complètement différent enchainait Vitalic. Kerampaou est devenu un dance floor géant. Beaucoup de titres du dernier album ont été joués. Cet opus ne m’a pas emballé énormément à part quelques morceaux, même si en live avec le son boosté ça rend mieux. Ce concert de Vitalic m’a permis de découvrir d’excellents titres présents sur « Flashmob » (dont « Your disco song ») auxquels je n’avais jamais trop prêté attention. Ça en envoyait plein les oreilles et plein les yeux avec des spots lumineux dans tous les sens. Le set s’est conclu en beauté avec « Poney Part 1 » et « Stamina ».

Très bon et bien défoulant !

Photos de la journée

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Florian 205 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine