Magazine Concerts & Festivals

TEATRO ALLA SCALA 2012-2013: UN BALLO IN MASCHERA de Giuseppe VERDI le 22 JUILLET 2013 (Dir.mus: Daniele RUSTIONI, Ms en scène: Damiano MICHIELETTO)

Publié le 23 juillet 2013 par Wanderer

J'ai écrit il y a quelques années sur ce blog un article intitulé l'impossible Ballo in Maschera et la difficulté de chanter Verdi : la représentation d'hier à la Scala en est l'illustration jusqu'à la caricature. Sur le papier, une proposition intéressante avec Sondra Radvanovsky (dont j'écrivais qu'elle est aujourd'hui l'une des seules sopranos verdiennes), Marcelo Alvarez, titulaire à peu près unique de Riccardo, et Zeljko Lucic, qui est en matière de baryton verdien ce qui se fait à peu près de mieux. Un jeune chef prometteur dans la fosse, et sur le plateau un metteur en scène italien qui explose depuis quelques années. Quoi de mieux pour motiver une petite virée rapide à Milan?
On ne peut reprocher à la Scala d'avoir sous-distribué son cast A (il y a en revanche dans le cast B Oksana Dyka, motif évident de fuite éperdue), ni d'avoir proposé une production ordinaire. Une production du Ballo in maschera est aujourd'hui une manière de défi et c'est tout le mérite de la Scala d'avoir pu le proposer.
Après la soirée d'hier qu'en reste-t-il?
En premier lieu, la mise en scène. Damiano Michieletto est une nouvelle coqueluche de l'opéra: on a vu sa production salzbourgeoise de La Bohème l'an dernier, visions modernes, décalées, transpositions qui font sens. L'Italie semble avoir trouvé dans la mise en scène une figure nouvelle correspondant à notre temps, subversif, mais pas trop, provocateur mais pas trop, juste ce qu'il faut au public de l'opéra pour jouer à se faire peur.
L'idée qui domine ce Ballo in maschera est une analyse du personnage de Riccardo, au grand charisme, aimé des foules, et en même temps, vivant dans le privé un drame personnel parce qu'il aime la femme de son meilleur ami. Cette opposition sphère privée/publique, ce côté brillant de l'homme de cour, a renvoyé Michieletto au monde politique et notamment celui des campagnes électorales et à ce qu'elles imposent en termes d'image, et en termes de maquillage du privé. Ce monde de paillettes et d'apparence pourrait aussi être le miroir aux alouettes berlusconien vécu en Italie des années durant.
Alors, le début apparaît très divertissant, riche d'idées nécessaire à rendre crédible la transposition: Oscar le page devient la responsable de com plus ou moins amoureuses du chef, et qui le protège, Renato le responsable de la sécurité, le plus proche ami du boss et son épouse Amelia une sorte de caricature de l'épouse américaine, bien coiffée, tailleur, manteau de vison et sac à main. Il n'est pas sûr que Madame Radvanovky se sente à son aise dans cette vision, tant elle semble empruntée en scène.
Quant à Ulrica, c'est une prédicatrice d'église évangéliste, thaumaturge (elle fait du miracle - préparé?- à la pelle), toute de blanche vêtue, et la foule la presse. L'idée est amusante: là aussi, on ne peut que sourire à l'acrobatie théâtrale.
"L'orrido campo" où se rencontrent Amelia et Riccardo est un lieu de prostitution, Riccardo arrive en voiture (mais à part l'idée gadget, rien n'en est fait) et Amelia se fait voler par une méchante prostituée sac à main et vison. Quand Amelia doit se dissimuler, elle est obligée de vêtir le ciré blanc de la prostituée, laissé à terre quand elle a pris le vison...
L'arrivée des conjurés, sur une musique assez ironique, n'est pas mise en valeur et l'on revient aux visions traditionnelles, élections à l'américaine ou pas.
Au-delà du divertissement procuré par cette transposition, force est de constater qu'il n'en sort pas grand chose,  que bien des idées tiennent du gadget, et que les ressorts psychologiques ne sont pas plus fouillés que si l'on était à Boston au XVIIème siècle ou en Suède au XVIIIème. En fait, Michieletto ne tire pas grand chose de son idée centrale, néons, affiches, mannequins et tee shirts à l'effigie de Riccardo, et alors?
Et alors? tout cela fait un peu poudre aux yeux tout cela fait un peu inutile, tout cela amuse la galerie, mais il ne se passe rien, et il ne passe rien, et surtout pas une quelconque émotion. Déception.
Du chef Daniele Rustioni on a dit grand bien (y compris dans ce blog): il est jeune, sérieux, très musicien, très travailleur. on va le voir l'an prochain dans Simon Boccanegra à Lyon


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Wanderer 2435 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte