Magazine Cinéma

Paris à tout prix

Publié le 23 juillet 2013 par Cinephileamateur
Paris à tout prix De : Reem Kherici.
Avec : Reem Kherici, Cécile Cassel, Shirley Bousquet, Tarek Boudali, Philippe Lacheau, Salim Kechiouche, Stéphane Rousseau, Joséphine Drai, Fatima Naji, Nadia Kounda, Mohammed Bastaoui, Pascal Demolon, Florence Foresti, François Xavier-Demaison, Alex Lutz, Lionel Astier...
Genre : Comédie.
Origine : France.
Durée : 1 heure 35.
Date de sortie : 17 juillet 2013.
Synopsis : Maya, d’origine marocaine, vit à Paris depuis 20 ans. C'est une it girl de la mode. En pleine ascension, elle s’apprête à décrocher son premier CDI de styliste dans la maison de haute couture pour laquelle elle travaille. Mais un simple contrôle de police, où l’on découvre que son permis de séjour est périmé, la renvoie en moins de 24 heures directement au Maroc. Retour auprès de ce pays et cette famille qu’elle voulait oublier. Choc des cultures, choc des préjugés, Maya va tout faire pour rentrer. Vraiment tout. Quand l'avenir d'une parisienne trendy devient la galère d’une immigrée sans papiers.
Bande annonce française
"- Vous avez perdu la tête ou quoi ?
- Et toi Batman, t'as perdu Robin ?"

3
Paris à tout prix
C'est sans avoir vu la moindre bande annonce mais juste en ayant entendu quelques retours positifs que je me suis décidé à découvrir "Paris à tout prix". J'avais pas spécialement envie de me prendre la tête et vu la chaleur estival du moment, je voulais juste découvrir un divertissement plaisant dans une bonne salle de cinéma climatisé.
Et pour le coup, c'est exactement ce que j'ai eu. Sans me prendre la tête, j'ai suivi ce scénario écrit par Reem Kherici, Morgan Spillemaecker et Philippe Lacheau avec plaisir. Utilisant tout les clichés à sa disposition, cette comédie pétillante se suis très facilement. Je suis bien content de ne pas avoir vu avant la bande annonce qui raconte tout le film mais malgré ça, dès les premières minutes on devine vite l'issue de tout ça. C'est pas grave, je me suis laissé prendre au jeu grâce aux répliques sympathiques et aux différentes situations plutôt cocasses qui joue bien avec les différents préjugés.
Là où le film m'a un peu perdu, c'est dans sa volonté de nous raconter une belle histoire. Plutôt que de s'assumer comme une comédie décomplexé, le film tente de nous livrer de belles émotions mais la mayonnaise ne prend pas. Que ce soit sur l'importance de la famille, la beauté du Maroc, le retour aux sources, l'absence d'un parent, l'intégrité dans un pays qui n'est pas notre pays d'origine etc etc je n'y ait pas beaucoup cru. Pire, j'ai même trouvé ça parfois inintéressant comme le couple d'Alexandra et Firmin, très sympathique et frais mais qui n'apporte pas grand chose au récit. Au final, toute ses émotions sonnent atrocement fausse je trouve même si ça ne m'a pas dérangé plus que ça et préférant mettre ça au crédit d'un premier long métrage. C'est dommage car le rythme baisse mais c'est quand il est dans l'humour potache et assumé que je me suis surtout amusé.
Faut dire aussi que les acteurs nous aide bien pour rire à commencer par Reem Kherici, décidément sur tout les fronts avec son premier film en tant que réalisatrice, qui s'en sors plutôt bien dans le rôle de Maya. Bourré de défauts, c'est le personnage qu'on à bien envie de claquer mais on y arrive pas car on éprouve de la sympathie pour elle. La comédienne s'en sors vraiment bien et si elle m'avait déjà plu par le passé dans les quelques apparitions où j'avais pu la voir, j'espère vraiment que je pourrais la voir dans des rôles plus important par la suite. Son surjeu colle bien au film et au final j'ai trouvé son interprétation assez correcte et suffisamment fraiche et plaisante pour vouloir en voir plus.
Le reste du casting s'en sors bien aussi tout en étant également dans la surenchère. C'est le cas pour le couple Alexandra - Firmin, respectivement interprété par Cécile Cassel et Philippe Lacheau, dont les personnages n'apportent pas grand chose au récit je trouve mais dont l'humour reste communicatif. Tarek Boudali en Tarek est lui aussi sympathique au même titre que Shirley Bousquet dans le rôle d'Emma, un rôle qui lui va bien même si avec le temps j'ai la sensation de voir cette actrice toujours avec le même type de personnage ce que je regrette car j'aime pourtant bien la voir à l'écran.
J'ai adoré sinon Stéphane Rousseau dans la peau de Nicolas. Là encore on est dans la surenchère mais ce rôle de patron sans pitié lui va bien et l'acteur semble s'être amusé à l'interpréter. J'en aurais d'ailleurs bien vu un peu plus tant il m'a bien fait sourire. Fatima Naji dans le rôle de la grand mère de Maya m'a elle aussi amusé. Pour le reste du casting, même si eux aussi joue dans le sur-jeu, j'ai un peu moins accroché aux autres personnages que j'ai trouvé trop lisse voire parfois fade dans la façon de les interprété. C'est le cas par exemple de Joséphine Drai en Marine que j'ai trouvé pour le coup trop fausse ou encore de Salim Kechiouche dans le rôle de Medhi qui est pourtant sympathique et drôle mais dont j'ai pas du tout aimé les sentiments qu'on à essayé de nous imposer dans cette intrigue.
Si on notera la sous exploitation de Mohammed Bastaoui dans le rôle du père ou celle de Nadia Kounda dans le rôle de Djalila, la présence en guest star de Pascal Demolon, Florence Foresti, François Xavier-Demaison, Alex Lutz ou encore Lionel Astier m'a vraiment fait plaisir. C'est un exercice assez habituel dans ce genre de production mais ça reste très efficace et sympathique à voir je trouve surtout que leurs apparitions nous laisse le droit en général à de bons sourires et sont des participations plutôt bien amenés.
Pour un premier long métrage en tant que réalisatrice, Reem Kherici s'en sors sinon plutôt bien. Tout n'est pas parfait, il y à quelques maladresses visuelles mais c'est quand même très plaisant à voir et d'une bonne qualité. Bien frais, cette mise en scène colle bien avec son sujet. C'est joli, il y à une très belle photographie, une très bonne lumière et même si parfois certains décors accentue un peu trop les clichés que véhicule ce film, on va pas se mentir, visuellement ça reste quand même très réussi. Il n'y à rien de bien nouveau à se mettre sous la dent mais le résultat est là et c'est tout ce que je demande.
J'ai beaucoup aimé sinon les différents costumes qui collent bien aux personnages et à l'excentricité que ceux ci peuvent avoir. Le montage est lui aussi plutôt bien réussi même si encore une fois, il n'a malheureusement pas su cacher à mes yeux les baisses de rythme engendré par cette volonté de tomber dans un sentimentalisme qui sonne trop faux pour qu'on y croit. En terme de comédie, ça fait sourire mais pour le reste, j'ai trouvé que ça ne fonctionnait vraiment pas au point même de trouver au milieu du film un certain creux. La bande originale composée par Laurent Aknin est pour sa part très agréable avec des choix de chansons que j'ai beaucoup aimé.
Pour résumer, en guise de première réalisation, ce "Paris à tout prix" n'a rien de honteux. Il tient même plutôt bien la route en nous offrant une comédie fraiche et pétillante rempli de répliques et de gags efficace qui m'ont beaucoup fait sourire. Dommage que malgré son côté décomplexé assumé, le film sombre dans le sentimentale auquel je n'ai jamais adhéré et qui fait baisser en intensité le film à mes yeux. Quoiqu'il en soit, les comédiens semblent s'amuser, c’est assez propre à voir et malgré ses nombreuses casquettes sur ce projet, Reem Kherici semble nous donner le film qu'elle voulait ce qui est une bonne chose. Sans être transcendant, j'ai passé un bon moment devant ce film que je reverrais bien du coin de l’œil les fois où je ne veux pas me prendre la tête avec de toute façon la certitude de passer un bon moment.
Paris à tout prix
Paris à tout prix Paris à tout prix



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Cinephileamateur 3469 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines