Magazine Culture

Young Rival - Stay Young (2013)

Publié le 26 juillet 2013 par Oreilles
Young Rival - Stay Young (2013) La scène canadienne a de beaux jours devant elle. Dans le sillage du grand frère Arcade Fire, le rock et la pop de ces grands espaces ne cessent de s'enrichir. Et c'est dans cette perspective qu'il faut approcher le trio Young Rival. Ni copie de Arcade Fire ou de leurs amis les Born Ruffians, les Young Rival sortent un second album, Stay Young, à la fois très sixties et proche des Arctic Monkeys ( les voix des chanteurs des deux groupes ont parfois une proximité troublante) et des Strokes.
Premier des treize titres de l'album, « Black Popcorn » exhibe immédiatement cette volonté de rester jeune. Un rythme simple qui parcourt le morceau, un refrain chantée à l'envie ( ingrédients qu'on retrouve aussi dans « Two Reasons »). Rien ne manque pour écouter avec plaisir ce morceau, ainsi que le suivant, « Nothing You Know Well », encore plus sixties et surf. Avec « Let It Go » et « Valerie », l'ombre des Arctic Monkeys et des Smiths n'est vraiment pas loin, mais on accueille sans retenue ces références très maîtrisées.
Arrivé au milieu de l'album, on pourrait s'attendre à une suite trop répétitive, se contentant d'alterner ces différents éléments. Heureusement, les Young Rival sont de fins connaisseurs des différentes tendances des sixties, après la pop, c'est au tour des influences psyché de faire leurs apparitions dans « Lost » où des accents de MGMT apparaissent ponctuellement. Ce tour d'horizon de leurs influences n'aurait pas été complet, peut-être même trop complet, s'il manquait l'univers du rock garage !! Ce sera chose faite à la toute fin de l'album et finalement ce n'est pas étonnant, l'exigence de la jeunesse interdit de finir en douceur, bien au contraire. Si le garage s'introduit dès le milieu de l'album avec « Better Things To Do », il concluera donc brillamment ce parcours avec « Authentic » et « T-Shirts And Shorts ».
En puisant aux sources des sixties, les Young Rival, tout en privilégiant peut-être à l'excès l'aspect pop, distribue en toute allégresse leurs fondamentaux. Si cet album reste encore quelque peu scolaire, ils ont maintenant les armes suffisantes pour nous montrer leur vrai visage lors du prochain album. 
En bref: un album plaisant, avec des mélodies accrocheuses, mais qui restent trop proches du catalogues d'influences sans trouver un style personnel.
Note: 3/5

Site internet de Young Rival


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Oreilles 3359 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines