Magazine Cinéma

The Wizard Of Gore (1970)

Publié le 28 juillet 2013 par Olivier Walmacq

The-wizard-of-gore

Genre: horreur, gore (interdit aux - 16 ans)
Année: 1970
durée: 1h35

L'histoire:Montag le magnifique exécute devant les spectateurs des tours de magie en choisissant des jeunes femmes dans le public et en les mutilant sur scène. Mais ce que l'on pense être une illusion devient réalité à la suite des représentations. La journaliste Sherry Carson tente de faire venir le magicien sur son plateau dans le but de l'interviewer. Son compagnon, lui se méfie et tente d'éclaircir ce mystère.  

La critique d'Alice In Oliver:

Qu'on le veuille ou non, Herschell Gordon Lewis reste le précurseur des films gores au cinéma. On le connaît surtout pour deux films, Blood Feast (ou Orgie Sanglante) et 2000 Maniacs. Dans les années 60, ces deux longs-métrages choquent le public et provoquent la polémique.
Fier de ces deux grands succès, Herschell Gordon Lewis continue de verser dans le bain de sang et la torture gratuite avec The Wizard of Gore, réalisé en 1970.

Tout comme 2000 Maniacs, The Wizard of Gore connaîtra un remake du même nom en 2007. Au niveau du casting, pas grand chose à signaler. Tous les acteurs sont de joyeux inconnus. Néanmoins, là où 2000 Maniacs et Blood Feast s'avéraient plutôt funs à regarder (malgré le poids des années), The Wizard of Gore reste un véritable petit nanar dans les règles.
D'ailleurs, faute de moyens financiers, Herschell Gordon Lewis doit composer avec les moyens du bord. Le cinéaste utilise donc des préservatifs remplis d'hémoglobine pour les séquences de carnage.

wizard1

A cela, il faut aussi ajouter quelques mannequins en mousse censés représenter les malheureuses victimes d'un magicien spécialisé dans l'illusion macabre. Attention, SPOILERS ! Montag le magnifique exécute des numéros de magie pour le moins surprenants.
Le magicien choisit des femmes dans son auditoire et les charcute vivantes sur scène ! Ce qui semble à première vue n'être qu'une illusion, se transforme en véritable mystère lorsque les cobayes du magicien meurent mystérieusement après les spectacles.

Impressionnée par les prouesses de Montag, la journaliste, Sherry Carson, tente de le convaincre de participer à son émission de télévision. Le copain de Sherry est pour sa part sceptique et tentera de trouver la vérité derrière les meurtres.
Difficile de comprendre les raisons du succès de cette production gore, considérée comme une référence parmi les fans du genre. Avec The Wizard of Gore, Herschell Gordon Lewis montre aussi les limites de son cinéma.

wizard10

Force est de constater que le scénario est complètement débile et est juste un prétexte à toute une série d'exécutions sans queue ni tête. Certes, les amateurs de tortures en auront pour leur argent, le film insistant (plus que) largement sur les séquences de carnage à base de boyaux et de membres déchiquetés dans tous les sens et parfois même avec une tronçonneuse.
Hélas, le concept se révèle très répétitif après une petite demie heure de bobine. De ce fait, The Wizard of Gore devient vite pénible à regarder.

Clairement, The Wizard of Gore n'est qu'un petit film d'horreur amateur. Aujourd'hui, ce film est complètement dépassé. Inutile d'attendre le moindre réalisme dans les scènes de tortures qui prêtent davantage à l'hilarité générale.
Paradoxalement, c'est aussi ce côté ringard, kitsch et laborieux qui donne un certain charme à cette pellicule sans le sou. En résumé, The Wizard of Gore devrait ravir les amateurs de nanars. Les autres pourront passer leur chemin.

Note: 0/20 (et c'est vachement sympa !)
Note nanardeuse: 15/20


The Wizard of Gore par crazedigitalmovies


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines