Magazine Culture

Paléo, un vendredi à se la couler douce

Publié le 28 juillet 2013 par Lordsofrock @LORDS_OF_ROCK

REVIEW - La soirée de vendredi s'annonçait clairement moins rock que le reste de la semaine. L'occasion rêvée pour flâner un peu à La Ruche, pour trainer à gauche à droite, sans but précis et se laisser guider par les bruits et les odeurs. De plus, notre photographe est resté chez lui. Bref, un vendredi à se la couler douce...

img4135 Paléo, un vendredi à se la couler douce

Le soleil cachait enfin ses rayons mais la température n'était pas prête de baisser sur la scène des Arches avec le concert de Youssoupha. Après avoir harangué la foule pendant dix minutes, le maître des mots fait son entrée et dégaine direct son tube "Viens". Le public est comme "emporté par un mouvement de foule". Le rappeur et ses accolytes ne lâchent pas et distillent ses tubes avec un flow terrible et une énergie qui n'a d'égale que celle de son public. Engagé mais pas déprimant, le verbe affuté, le geste enflammé, Youssoupha a réconcillié hier soir même les plus récalcitrant avec le rap.

img4144 Paléo, un vendredi à se la couler douce

Pour une soirée dites "moins rock", la venue de Nick Cave et de ses Bad Seeds était quand même à relever. Surtout que le chanteur Australien a donné de sa personne tout le long du concert. Une ambiance naturellement sombre regnait aux alentours de la Grande Scène. Au fil des chansons, les spectateurs ressentirent ses intemporels moments chaotiques où la folie des musiciens se transcandant sur scène devient magique. Nick Cave le ténébreux harangue son public et se donne sans compter. On aurait certes préférer le voir dans une salle un peu plus intimiste que sur cette scène monstrueuse, mais l'artiste a convaincu son auditoire.

img4146 Paléo, un vendredi à se la couler douce

A tous les frustrés de la communication des artistes, à celles et ceux qui finissaient par croire que devant la Grande scène, un vrai contact était impossible, à tous ceux-là, M leur a prouvé le contraire en clôturant la soirée sur la Grande scène. Le Machistador est un roi de la scène et il a aussi montré qu'il était plus qu'un chanteur de variété, un rockeur de variété. Guitares qui clashent sur "Le Film" en début de show tandis qu'après "Onde sensuelle" est plus groovy, M est un musicien de talent et ses fins de morceaux ont sûrement ravis les amateurs de solos de gratte. Comme si sa gestuelle ne suffisait pas à mettre une ambiance de folie, M convie un danseur sur scène pour "L'Île Intense" ou des enfants sur "Nostalgic du Cool". Debout ou à genoux, M  nous rend fous! Aucune chanson n'était le copié-collé du CD mais aucune n'était suffisamment différente pour nous perdre au passage. Changement de tenues, petit mash-up de Daft Punk, célèbres lunettes en "M" mais cette fois-ci lumineuses, M ne nous permet pas l'ennui, ni même l'indifférence passant de ses premiers succès aux nouveautés de ÎL. Bref, pour rester dans les majuscules, chapeau l'Artiste avec un grand A!

img4162 Paléo, un vendredi à se la couler douce


-M- Nick Cave Paléo Festival Youssoupha2013-07-27

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lordsofrock 14217 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte