Magazine Cinéma

Apparences (What Lies Beneath)

Publié le 30 juillet 2013 par Cinephileamateur
Apparences De : Robert Zemeckis.
Avec : Michelle Pfeiffer, Harrison Ford, James Remar, Miranda Otto, Amber Valetta, Joe Morton, Diana Scarwid, Nicole Mercurio, Tom Dahlgren, Sloane Shelton, Wendy Crewson...
Genre : Thriller - Fantastique.
Origine : États-Unis.
Durée : 2 heures 09.
Date de sortie : 13 septembre 2000.
Synopsis : Le docteur Norman Spencer et sa femme Claire habitent une somptueuse résidence sur les berges d'un lac de la Nouvelle-Angleterre. Tout va pour le mieux mais Claire se sent seule. Sa fille est partie a l’université et son mari consacre tout son temps a ses recherches. Elle entend un jour gémir et pleurer sa nouvelle voisine, Madame Feur, et tente de prendre contact avec elle. Mais elle se heurte a Monsieur Feur, qui lui refuse l’accès a la maison. Au cours de la nuit, elle voit ce dernier charger un grand sac dans sa voiture. Au fil des jours, Claire est assaillie par des sensations étranges.
Bande annonce française
"- Qu'est ce qu'ils font ?
- Ils se réconcilient.
- Laisse ouvert.
- Tu veux rivaliser ?
- On peut essayer."

4
Apparences
Dans mon cycle consacré à Robert Zemeckis, j'avais hâte de découvrir "Apparences". Je ne savais pas trop à quoi m'attendre mais le synopsis m'attirait bien et j'aimais beaucoup les deux têtes d'affiches. C'est donc plutôt confiant que je me suis mis à insérer le dvd de ce film dans mon lecteur en espérant de nouveau être surpris par le cinéaste.
Et je dois avouer que ce fut le cas. J'ai beaucoup aimé ce scénario écrit par Clark Gregg. J'ai trouvé qui brouillé habillement les piste en nous proposant un thriller dans sa première partie qui va virer dans le fantastique dans sa seconde moitié. Comme toujours dans le cinéma de Robert Zemeckis, le fantastique, malgré sa forte présence, va s'ancrer dans une réalité crédible. C'est en ça que ce thriller va être diablement efficace car à aucun moment, malgré la présence de fantastique, on va décrocher de ce film qui va apparaître comme crédible à nos yeux.
Après, le film n'est pas non plus totalement parfait. Ainsi, lorsque nous arrivons à la moitié du long métrage, les pistes sont moins brouillonnes. On devine aisément ce qui s'est passé, ce qui motive les différents personnages et malheureusement, on devine aussi comment tout ça va se finir. De plus, on peut regretter les quelques facilités scénaristique et l'abandon de certains personnages comme ceux des voisins dont j'aurais aimé en voir plus même si le fait de recentrer de plus en plus l'intrigue sur la maison des Spencer puis sur les Spencer eux même est aussi une bonne idée.
Mais malgré ses maladresses, je me suis quand même laissé prendre au jeu. Le suspense continue d'être efficace même si au fur et à mesure que le film avance il n'y à plus trop de surprises et malgré des ficelles déjà exploités, j'ai été totalement pris par cette intrigue. Quelques sursauts sont bien amenés, l'humour léger se retrouve présent avec parcimonie, l'angoisse est au rendez vous et le final reste prenant malgré tout à tel point que quand le mot fin apparait, on ne s'est même pas rendu compte que le film durait plus de deux heures.
Si malgré ses faiblesses le scénario fonctionne, c'est aussi en grande partie grâce à ses têtes d'affiches qui sont très convaincante à commencer par une Michelle Pfeiffer en Claire Spencer que j'ai trouvé remarquable. Elle existe bien à l'écran et l'actrice dégage dans son regard plusieurs émotions que j'ai aimé retrouvé. Capable de jouer la légèreté et en même temps l'angoisse juste après avec un certain brio, la comédienne m'a vraiment beaucoup convaincu. J'ai eu pas mal d'empathie pour elle. On pourrait regretter de ne pas douter de son état mental puisque l'on assiste nous aussi à l'écran aux phénomènes qu'elle décrit mais on craint quand même pour sa sécurité car l'actrice à l'art de rendre son personnage très attachant.
Harrison Ford dans le rôle du Docteur Norman Spencer y arrive plutôt bien lui aussi. Bien que parfois maladroit dans ses propos (même si la suite le justifie), on à vite de la sympathie pour cet homme. Il possède ses défauts mais on ressens bien à travers le jeu de l'acteur l'amour qu'il peut avoir pour sa femme même lorsqu'il doute de son mental. Charismatique, le comédien apparaît juste quand il le faut avant de se faire plus présent vers la fin en montrant une évolution de son personnage, certes très prévisible, mais toutefois intéressante. L'acteur nous montre une autre facette de son personnage et dans l'ensemble, il s'en sors très bien je trouve.
J'ai bien aimé aussi le couple de voisins des Spencer même si encore une fois, on les as sous exploité et vite expédié à autre chose. Si Miranda Otto en Mary Feur apparaît sans doute trop léger, comme on l'as voit peu au final ce n'est pas non plus très dérangeant. En revanche, James Remar est vraiment parfait en Warren Feur. Angoissant et énigmatique comme il le faut, c'est surtout grâce à sa prestation que je regrette qu'on ne le voit pas un peu plus dans la seconde moitié du film. De même, je trouve ça dommage, après en avoir fait un personnage plutôt fort, le traitement presque risible et léger qu'on lui donne lors de ses dernières scènes. Je suis peut être pas objectif car c'est un acteur que j'apprécie mais en tout cas de son côté je l'ai trouvé très convaincant et j'aime bien le look qu'on lui as donné.
Rien à redire concernant le reste de la distribution même si ils apparaissent plus en retrait le film se concentrant, et c'est une bonne chose, sur le duo Michelle Pfeiffer - Harrison Ford. Amber Valetta joue malgré tout bien son rôle de Madison Elizabeth Frank. C'est un rôle muet qui joue plus sur le physique et sur les effets visuels qui l'entoure mais j'ai trouvé que l'actrice était bien choisi. J'ai bien aimé aussi Joe Morton dans le rôle du Docteur Dayton. Comme pour les voisins, je trouve qu'on ne l'exploite pas assez, rendant ce personnage presque inutile, mais l'acteur fait en tout cas ce qu'il faut à mes yeux.
Niveau réalisation, je suis toujours admiratif de Robert Zemeckis. Sa mise en scène est très soigné. Comme je l'ai déjà dit, le côté thriller est plus important que le fantastique et c'est une excellente chose surtout que le fantastique n'est pas qu'un simple prétexte à une surenchère visuelle mais bel et bien un outil indispensable pour ce thriller. Le fantastique est au service de l'intrigue et même si on le ressent fortement, il reste suffisamment discret pour ne pas prendre trop d'importance et faire en sorte que cette histoire reste très crédible si on se laisse prendre au jeu.
Le réalisateur enchaîne les plans avec une certaine aisance. Dans la première partie, j'ai souvent penser à du Alfred Hitchcock avec un côté sombre bien exploité et un jeu sur le voisinage que j'ai trouvé très intéressant. La seconde partie n'est pas en reste non plus avec de très bon plans notamment lors de la scène finale. La dernière demie heure est assez bluffante visuellement je trouve avec des plans séquences très bien pensé qui donne une âme au film et font qu'il se démarque un peu du lot. A la toute fin, le fantastique prend le dessus sur le thriller mais conclu bien cette intrigue de la meilleure manière qu'il soit.
Le montage est lui aussi très efficace. On ne voit pas le temps passé, chaque scène m'a semblé importante même si du coup certains personnages peuvent nous laissé sur notre faim à cause de leurs sous exploitation et dans l'ensemble, je n'ai pas vu les deux heures passé car le rythme reste quand même constant du début jusqu'à la fin. Je n'ai pas ressenti de temps mort, ni même de creux et j'ai vraiment été pris par ce sujet qui reste du coup assez fidèle de ce à quoi je m'attendais. La photographie est elle aussi très belle avec ses tons bleutés qui rajoute encore un peu plus d'angoisse et j'ai beaucoup aimé aussi l'exploitation de la lumière qui joue bien avec les différents contrastes.
Les décors sont parfaitement bien exploité avec comme toujours chez Robert Zemeckis, un jeu avec les miroirs que je trouve toujours plaisant et qui me laisse penser que ce cinéaste à toujours su rester constant et cohérent durant sa carrière. Visuellement, c'est très plaisant à suivre. Les effets spéciaux sont remarquable je trouve, très discret et ne tombe jamais dans la surenchère. J'ai beaucoup aimé aussi la bande originale composée par Alan Silvestri qui s’intègre bien au récit et joue pour beaucoup dans les quelques sursauts que j'ai pu avoir. Les sursauts sont pourtant amené de façon téléphoné, il ne révolutionne pas le genre, on joue toujours avec le champs-hors champs mais ça reste efficace.
Pour résumer, j'ai beaucoup aimé découvrir ce "Apparences" que je reverrais volontiers. Dans son fond et dans sa forme il apparait pourtant assez classique mais il reste efficace et Robert Zemeckis à su donner une âme et une identité propre à son film pour réussir à le faire se démarquer du lot. Si le scénario possède à mon sens quelques maladresses avec une sous exploitation de certains personnages, je suis quand même rentré dans ce film grâce aussi au duo Michelle Pfeiffer - Harrison Ford que j'ai trouvé parfait. Dans la filmographie du cinéaste, ce n'est pas mon film préféré mais je pourrais avoir à l'avenir beaucoup d'affection pour ce film qui rempli aisément son cahier des charges et qui m'a fait passer un très bon moment. Un excellent thriller fantastique qui mérite le coup d’œil.
Apparences
Apparences Apparences Apparences Apparences Apparences Apparences



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Cinephileamateur 3469 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines