Magazine Cinéma

Wolverine : le combat de l'immortel (The Wolverine)

Publié le 30 juillet 2013 par Cinephileamateur
Wolverine : le combat de l'immortel De : James Mangold.
Avec : Hugh Jackman, Tao Okamoto, Rila Fukushima, Hiroyuki Sanada, Svetlana Khodchenkova, Brian Tee, Hal Yamanouchi, Will Yun Lee, Ken Yamamura, Famke Janssen...
Genre : Fantastique.
Origine : États-Unis.
Durée : 2 heures 06.
Date de sortie : 24 juillet 2013.
Synopsis : Wolverine, le personnage le plus emblématique de l’univers des X-Men, est entraîné dans une aventure ultime au cœur du Japon contemporain. Plongé dans un monde qu’il ne connaît pas, il doit faire face au seul ennemi de son envergure, dans une bataille à la vie à la mort. Vulnérable pour la première fois et poussé au bout de ses limites physiques et émotionnelles, Wolverine affrontera non seulement l’acier mortel du samouraï mais aussi les questions liées à sa propre immortalité.
Bande annonce française
"L'éternité peut être une malédiction."
3
Wolverine : le combat de l'immortel
Grand amateur du genre, ce n'est pas pour autant que j'attendais avec impatience "Wolverine : le combat de l'immortel". Faut dire aussi que le précédent spin off ne m'avait pas beaucoup convaincu malgré son côté divertissant. Mais grand amateur du genre, c'est ainsi que je voulais quand même absolument voir ce film et que je me suis déplacé vers mon cinéma pour le découvrir.
Et globalement, je suis ressorti un peu mitigé même si j'ai apprécié ce divertissement. Faut dire aussi que le scénario écrit par Scott Frank et Mark Bomback d'après l’œuvre de Frank Miller et Chris Claremont est un peu confus voir même très maladroit. Avec ses multiples rebondissements auquel je n'ai pas vraiment adhéré et son jeu de chaises musicales, les cartes n'ont de cesse d'être redistribué durant tout le long métrage. Les gentils deviennent les méchants, les méchants deviennent des gentils et au milieu de tout, on se retrouve pris dans un scénario façon "pot pourri" qui nous donne la sensation de s'être pris les pieds dans le tapis.
Au delà des énormes facilités que je peux pardonner au genre, j'ai quand même apprécié la volonté de vouloir creuser un peu plus les personnages au détriment de l'action. C'est juste dommage que je n'y ait jamais ressenti une quelconque profondeur malgré une base intéressante avec Wolverine qui découvre la douleur (même si il reste immortel faut croire...). De plus, si en temps normal j'ai l'impression qu'on se perds un peu dans les films de bandes, la saga "X-men" est un peu l'exception à la règle puisque je trouve que c'est en bande que ses différents personnages deviennent intéréssant. J'aime beaucoup le personnage de Wolverine, mais seul, je le trouve quand même assez lisse et fade, le reste de la bande me manquant terriblement.
Après, ça n'empêche pas le film de nous proposer un divertissement sympathique. Le scénario n'est peut être pas aussi fort que ce qu'on a bien voulu nous vendre mais il possède quand même des éléments appréciable. Bien que peu nombreuses au final, les scènes d'actions restent plaisante au même titre que l'humour, léger mais toujours aussi efficace. Si j'ai trouvé ce scénario chaotique (comme la présence de Jean presque inutile et mal amené), la scène post générique nous prouve quand même que les X-men doivent être de vrais films de bande avec un univers bien à part et en une scène on retrouve alors une consistance qu'on avait perdu durant tout ce long métrage qui se laissais regarder sans aller plus loin.
Ça reste toutefois agréable de retrouver Hugh Jackman dans la peau de Logan - Wolverine. Si il y à bien un acteur qui incarne bien son rôle de super héros, c'est bien lui. Charismatique, il interprète son personnage avec beaucoup de conviction que ce soit dans sa gestuelle ou dans son jeu. Il possède le physique qu'il faut et même si plusieurs films ont depuis aidé à l'inscrire dans les mémoires collectives, à l'heure actuelle, il n'y à personne d'autres qui semble à même de jouer ce personnage tant Hugh Jackman lui à donné ses lettres de noblesses. L'acteur semble en tout cas de nouveau s'amuser et croire en ce qu'il fait. Le film repose d'ailleurs quasiment entièrement sur ses épaules et les amateurs apprécieront donc de le retrouver.
Le reste du casting est plus léger je trouve. Pourtant j'ai bien aimé Rila Fukushima dans le rôle de Yukio qui apporte une fraîcheur au film que Tao Okamoto en Mariko Yashida peine à obtenir. D'ailleurs, j'ai beaucoup plus apprécié la relation qui s'installe entre Wolverine et Yukio qui est plus dans le respect, la tendresse amicale, l'entraide mutuelle etc etc que la relation entre Wolverine et Mariko qui joue sur une romance lourde et gavante (puis le coup du je fais la leçon au mari alors que je me tape sa femme la veille accentue encore un peu plus le côté faux et inutile de cette relation qu'on essaie de nous établir à l'écran).
Svetlana Khodchenkova en Vipère est peut être celle qui aurait pu amener quelque chose de sympathique dans ce film qui manque cruellement de mutants. Seulement voilà, son rôle est pas du tout inexploité. Du coup, l'actrice m'a même paru un peu fade et transparente. A plusieurs reprises on se dit qu'elle va enfin nous montrer quelque chose d’intéressant mais faute de scénario qui l'utilise à sa juste valeur, ce personnage passe comme un fantôme à l'écran. L'actrice semble pourtant y croire mais malgré ses efforts, elle ne fait que nous faire regretter encore plus l'absence du reste de la bande à commencer par Mystique par exemple qui à sa place aurait été plus terrifiante dans son rôle de mutante.
Hiroyuki Sanada en Shingen Yashida ne convainc pas des masses lui aussi. Son rôle est bourré de clichés aussi (un peu comme tout le monde en même temps, le scénario utilise tous les clichés du genre) mais même si l'acteur bénéficie d'une certaine présence à l'écran, j'ai longtemps eu du mal à lui trouver une utilité. Je ne parle même pas de Will Yun Lee en Kenuichio Harada très lisse qui aurait pu ne pas être présent dans cette intrigue que cela ne m'aurait pas choquer ou encore de Brian Tee en Noburo Mori qui ne semble pas tout à fait à sa place dans cette distribution. C'est à l'image de ce casting de toute façon, chacun essayant de faire de son mieux pour être crédible mais jamais aidé par un scénario qui à force de multiplier les routes nous fait perdre de vue le chemin. L'apogée restera quand même le personnage de Jean, parfaitement inutile (alors que c'est sensé être un personnage assez fort de la franchise quand même), sur exploité alors qu'elle n'a aucun intérêt ici. Maintenant, je dois admettre que revoir à l'écran Famke Janssen m'a quand même fait bien plaisir.
Côté mise en scène en revanche je n'ai rien à dire. James Mangold livre un travail très propre avec des angles de vues que j'ai trouvé bien pensé et des scènes d'action très efficace. Dommage qu'on utilise le Japon de façon assez ennuyeuse et caricatural (j'ai par moment trouvé ça aussi ennuyeux que le côté asiatique que l'on à voulu donner à "Elektra") car sinon la réalisation est parfaitement bien soigné je trouve avec une photographie très belle et un montage plutôt efficace qui fait que si je n'ai pas accroché totalement au scénario, au moins je n'ai pas vu le temps passé ce qui me laisse dire qu'en tant que simple divertissement, le film reste quand même réussi.
Visuellement, j'ai bien aimé aussi la plupart des effets spéciaux (ce qui n'était pas le cas du volet précédent consacré à Wolverine). Ils sont globalement réussi et même si par moment on ressens le côté incrustation comme la scène sur le train, ça ne m'as pas empêché de passer un bon moment et ça ne m'a pas choqué plus que ça. Je ne sais pas ce que vaux la 3D car j'ai vu ce film en 2D mais à l'écran, j'ai quand même trouvé que c'était très agréable à suivre. Les décors sont assez variés ce qui fait qu'on à pas l'impression de faire du surplace et la bande originale composée par Marco Beltrami colle bien avec ce film même si il n'y à pas de thèmes particulièrement transcendant.
Pour résumer, "Wolverine : le combat de l'immortel" est un film surprenant. Le précédent volet de ce spin off consacré à Wolverine proposait un scénario sympathique avec une mise en scène au visuel plus maladroit. Ici, c'est l'inverse. J'ai trouvé le scénario chaotique mais la mise en scène plus soigné. Du coup, si les deux films sont assez différent, ils restent quand même à mes yeux au même niveau, chacun me proposant de bonnes choses et d'autres moins bonne pour au final être en présence d'un divertissement qui se laisse suivre mais qui nous laisse quand même sur notre faim. La scène post générique nous fait attendre la suite avec impatience en tout cas mais en attendant, la saga Wolverine reste quand même assez légère en ayant à aucun moment la force que peuvent avoir les X-men lorsqu'ils sont tous réunis. Dommage car je pense qu'on aurait quand même pu faire nettement mieux.
Liens divers :

Wolverine : le combat de l'immortel
Wolverine : le combat de l'immortel Wolverine : le combat de l'immortel Wolverine : le combat de l'immortel Wolverine : le combat de l'immortel Wolverine : le combat de l'immortel Wolverine : le combat de l'immortel Wolverine : le combat de l'immortel Wolverine : le combat de l'immortel Wolverine : le combat de l'immortel Wolverine : le combat de l'immortel Wolverine : le combat de l'immortel Wolverine : le combat de l'immortel Wolverine : le combat de l'immortel Wolverine : le combat de l'immortel Wolverine : le combat de l'immortel Wolverine : le combat de l'immortel Wolverine : le combat de l'immortel Wolverine : le combat de l'immortel



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Cinephileamateur 3469 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines