Magazine Cinéma

Hijacking versus Wolverine: Le combat de l'Immortel

Par Picotcamille @PicotCamille

Il est des soirées où le goût de l'aventure vous entraîne. Vous acceptez sur un coup de tête une soirée au cinéma, sans vraiment savoir ce que vous allez voir. Au programme bateau danois et mutant en pleine phase de reconversion.

Premier film: Hijackingdu danois Tobias Lindholm, avec Pilou Asbæk, Søren Malling, Dar Salim.

Le film conte l'histoire d'un équipage de bateau danois pris en otage par des pirates somaliens. Nous suivons essentiellement deux personnages, Mikkel le cuisinier prisonnier sur le cargo et Peter le patron de la boîte au Danemark. Hijacking est un film qui repose essentiellement sur la tension.  Avec énormément de brio. Aucune scène d'action dans ce film. On pourrait s'attendre à voir l'abordage des pirates, que nenni. La scène est présenté avec une certaine pudeur. Il faut même un peu de temps avant qu'on retrouve le point de vue des marins. Les personnages sont attachants et surtout crédibles. Dans cette histoire, pas de héros. Les acteurs sont épatants, tout en économie dans le jeu, ils nuancent leurs émotions, le lent basculement d'une psychologie à une autre avec beaucoup de finesse. Je me suis laissé avoir par les pirates, on les craint vraiment. C'est un point fort du film, cette réalité apportée (où ce que j'imagine être assez réel) à leur façon de traiter leurs otages. L'image sert le tout avec sobriété, dans tes tons neutre. Le blanc ultra-blanc, les lignes droites, les néons aveuglants et le noir profond pour les bureaux du Danemark. Les différentes nuance de beiges et marrons crasseux, la lumière chaude de l'océan indien, les vêtements colorés et atypiques des pirates et l'ombre de la soute pour le cargo. En discutant ensuite avec mes amis, ils ont tout de suite souligné la qualité de la musique. Je suis plus attirée par les images et je n'ai pas fait attention à la bande-son. Ce qui peut être un compliment, dire que ça se fond bien.

Hijacking - Bande-annonce [VOST|HD] [NoPopCorn]


Il me semble que Hijacking perpétue une certaine vision du cinéma danois, un cinéma où ce n'est pas tant les fait que les conséquences qu'ils ont sur les personnages, qui sont importants. Avec beaucoup de sobriété dans la façon de traiter le sujet. A voir si vous aimez le suspense sans l'action. Après, c'est la douche froide. Le deuxième film est Wolverine: Le Combat de l'Immortel de James Mangold avec Hugh Jackman.

wolverine

Wolverine va mal, depuis qu'il a tué Jean Grey, l'amour de sa vie, il n'est plus que l'ombre de lui même. Il vit donc au milieu de caillou, dans une forêt, où il s'enquille les bouteilles de whisky en écoutant la radio. Jusqu'à ce qu'une parodie de japonaise aux cheveux rouges et aux chaussettes rayés arrive. Elle doit ramener Logan à son maître, il est mourrant et il voudrait faire ses adieux à son sauveur de Nagasaki.

Ma connaissance des comics remontent à F3X, le choc des héros, aux bouquins de mes frères et au visionnage des épisodes de Big Bang Théory. Je suis pas ignare mais pas loin. Et puis je préfère Batman. Je ne m'aventurerais pas donc sur l'adaptation du comic au film, en terme de fidélité. Même si j'ai entendu dire que c'était n'importe quoi.

Wolverine : Le Combat de L'immortel - Bande-annonce 1 VOST HD

Wolverine est la représentation que je me fait d'une machine à fric. Un scénario écrit un lendemain de cuite en deux minutes, trois scènes d'action pour une scène de dialogue (et quels dialogues), une profonde incohérence présente partout, des personnages sans intérêts. On peut faire de bon film de super héros, on a eu des tas de preuves récemment. Ce qui m'énerve avec ce film c'est que le mec c'est dit qu'il pouvait surfer sur la vague sans effort, et nous sortir un navet parce que les super héros c'est cool, ça fonctionne tout seul. A aller voir uniquement si vous avez mis vos couilles à la place de votre cerveau.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Picotcamille 366 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines