Magazine Concerts & Festivals

Bayreuth 2013 / bayreuther festspiele 2013: der ring des nibelungen – quelques mots sur ce qu’on entend et sur ce qu’on lit

Publié le 30 juillet 2013 par Wanderer
BAYREUTH 2013 / BAYREUTHER FESTSPIELE 2013: DER RING DES NIBELUNGEN – QUELQUES MOTS SUR CE QU’ON ENTEND ET SUR CE QU’ON LIT

Walküre Acte I (puits de pétrole en Azerbaïdjan il y a un siècle) © Bayreuther Festspiele / Enrico Nawrath

J'ai peu de chance de voir le Ring de Frank Castorf cette année. J'irai à Bayreuth, mais pour voir encore le Tannhäuser problématique de Sebastian Baumgarten, dirigé cette année par Axel Kober, et pour le Fliegende Holländer dirigé par Christian Thielemann. Entre les représentations j'aurai peut-être la chance d'attraper un Siegfried ou un Götterdämmerung, mais ne rêvons pas.
On a donc pu entendre  les retransmissions radio en direct sur BR (Bayerischer Rundfunk): à noter que France Musique a depuis longtemps renoncé à ces directs, qui étaient pourtant il y a quelques décennies une sorte de passage obligé. C'est ainsi, grâce au direct de Bayreuth sur France Musique que j'ai pu entendre le Tristan und Isolde de Carlos Kleiber de 1975. Les têtes pensantes de France Musique considèrent sans doute que le festival de Bayreuth, surtout en cette année de bicentenaire, ne vaut pas tripette, et que ce qu'ils programment à la place est tellement plus stimulant...Même si à un moment ou un autre France Musique retransmettra en différé, il est clair que le direct a quelque chose de plus urgent, et que l'on participe un peu plus à l'événement et pour qui s'occupe de musique, le Festival de Bayreuth est un événement.

BAYREUTH 2013 / BAYREUTHER FESTSPIELE 2013: DER RING DES NIBELUNGEN – QUELQUES MOTS SUR CE QU’ON ENTEND ET SUR CE QU’ON LIT

Rheingold, les géants.© Bayreuther Festspiele / Enrico Nawrath

A entendre les retransmissions, les réactions du public, la direction musicale et les voix (avec la distance que procure la radio), et à lire les critiques de la presse allemande, on comprend que quelque part, les deux soeurs Wagner ont gagné la partie: la mise en scène n'est pas accueillie de manière pire que d'autres (Tannhäuser par Baumgarten, ou Parsifal par Schlingensief) les voix ont l'air de s'en sortir avec grand honneur, et la direction musicale, même en radio, apparaît comme extraordinaire.
Il me semble en effet qu'au-delà de ces manifestations de bicentenaire, après le demi-échec des Frühwerke (oeuvres de jeunesse) comme je l'ai expliqué dans un article précédent (voir l'article dans ce site), les médias et une partie du public attendaient un épouvantable scandale à cause de l'épouvantail Frank Castorf et une distribution sur la papier considérée comme moyenne: seule la direction musicale qui excitait la curiosité. Vu ainsi, on allait à l'échec; et un échec sur ce Ring, c'était une menace sur la gestion même du festival par les deux soeurs, en conflit larvé avec les tutelles (et notamment l'État de Bavière) et l'attente en embuscade d'éventuels successeurs, de la famille ou non, toujours prêts à relever le défi. La réforme de 1976 avait bien stipulé que si aucun membre de la famille Wagner ne se révélait apte à gérer le Festival, celui-ci serait confié à un professionnel par le conseil d'administration. On peut bien penser qu'il y a de potentiels candidats, dans la famille (bien généreuse en conflits internes et en exclus, à commencer par toute la descendance de Wieland Wagner) et hors famille. Wolfgang Wagner, vieux renard, avait essayé d'imposer sa fille Katharina en excluant son autre fille d 'un premier lit Eva, qui pourtant est celle des deux qui a la plus grande expérience dans le monde de l'opéra, conseillère artistique de Stéphane Lissner au Châtelet, puis à Aix (où elle a préparé le Ring d'Aix et Salzbourg), puis au MET. Dans le partage des tâches qui semble s'être construit lorsque la solution bicéphale a été arrêtée, Eva semble responsable de l'artistique (et plutôt du chant), tandis que Katharina est chargée de la gestion au quotidien, de la communication et des productions: c'est à Katharina qu'on doit le retour en force du Regietheater sur la colline verte (Christoph Schlingensief, Christoph Marthaler, Sebastian Baumgarten, Jan Philipp Gloger, Stephan Herheim, Hans Neuenfels), bref un générique qui fait le bonheur des vieux wagnériens (au sens des vieux croyants de Khovantchina...). Katharina s'est frottée à la mise en scène un peu partout en Allemagne et a commencé à Bayreuth par une production des Meistersinger, très discutée, mais très courageuse et très intelligente où elle a crânement posé le problème de Bayreuth et du nazisme, et notamment du destin de cette oeuvre, la seule autorisée jusqu'à la fin par Hitler à Bayreuth.
Les deux soeurs, à peine enterré le patriarche, ont dû à la fois affronter les travailleurs saisonniers du Festival qui ont menacé sécession, puis le regard un peu distant des curateurs. Elles sont entrées en conflit avec la Société des Amis de Bayreuth, et ont suscité la naissance d'une société rivale (les choses se sont arrangées depuis) et entretiennent comme je l'ai rappelé des relations tendues avec l'Etat de Bavière, principal bailleur de fonds (depuis les origines....). Il est clair que tout ce qui entoure le Festival les attendait au tournant, comme on dit.

BAYREUTH 2013 / BAYREUTHER FESTSPIELE 2013: DER RING DES NIBELUNGEN – QUELQUES MOTS SUR CE QU’ON ENTEND ET SUR CE QU’ON LIT

Rheingold © Bayreuther Festspiele / Enrico Nawrath

Je l'ai écrit par ailleurs, le Festival de Bayreuth étant un festival à public captif avec à peu près une demande 10 fois supérieure à l'offre, la question du marketing ne s'est jamais posée, et ce Festival peut se permettre d'être le dernier à ne pas utiliser internet pour la location, à avoir une communication minimale, avec un matériel au design discutable etc...etc...Encore que la manière dont au dernier moment les (magnifiques) photos de la production du Ring ont inondé internet et la presse internationale est un joli coup de pub !

BAYREUTH 2013 / BAYREUTHER FESTSPIELE 2013: DER RING DES NIBELUNGEN – QUELQUES MOTS SUR CE QU’ON ENTEND ET SUR CE QU’ON LIT

Siegfried et l'Oiseau © Bayreuther Festspiele / Enrico Nawrath

Mais peu importe, l'important est que Bayreuth reste envers et contre tout, bon an mal an et au grand dam des détracteurs, une rampe de lancement d'artistes, une référence pour la travail scénique, cet atelier (Werkstatt) souhaité dès 1951 par Wieland et Wolfgang: rappelons quand même que Wieland devenu une référence historique de LA représentation wagnérienne a essuyé en son temps les mêmes insultes que les Chéreau et autres. Un atelier, cela veut dire un lieu de propositions, de travail continu, le lieu des points de vue. En ce sens il est clair que le Ring de cette année sera modifié l'an prochain par Castorf.

BAYREUTH 2013 / BAYREUTHER FESTSPIELE 2013: DER RING DES NIBELUNGEN – QUELQUES MOTS SUR CE QU’ON ENTEND ET SUR CE QU’ON LIT

Rheingold Nibelheim © Bayreuther Festspiele / Enrico Nawrath

Ce que je vais écrire sur ce Ring est donc par force sujet à caution, dans la mesure où je n'ai qu'entendu la musique et vu des photos de production que je vais reproduire ici, à partir de quoi on peut déjà se faire non une opinion mais une idée vague de ce qu'il en est.
L'audition de Rheingold, Walküre et Siegfried est d'abord stupéfiante de clarté. On sent qu'un soin tout particulier a été donné à la diction, ce qui veut dire à la fois attention du chef (on sait qu'il a assisté à toutes les répétitions scéniques depuis le 22 avril) et attention du metteur en scène au ton; d'ailleurs, les variations d'expression sont nombreuses et laissent deviner un chant particulièrement accentué, coloré, composé (au sens de composition scénique et textuelle) c'est évident à entendre Wolfgang Koch qui fait un Wotan apparemment remarquable, une sorte de belcantiste wagnérien, mais aussi Burckhard Ulrich (extraordinaire d'expressivité) et Martin Winkler (Alberich), ainsi que Günther Groissböck dans un magnifique Fasolt.

BAYREUTH 2013 / BAYREUTHER FESTSPIELE 2013: DER RING DES NIBELUNGEN – QUELQUES MOTS SUR CE QU’ON ENTEND ET SUR CE QU’ON LIT

Johan Botha (Siegmund) © Bayreuther Festspiele / Enrico Nawrath

Johan Botha (Siegmund) chante toujours bien, mais sans particulière expressivité (même si je ne le voyais pas en scène, je le devinais...).

BAYREUTH 2013 / BAYREUTHER FESTSPIELE 2013: DER RING DES NIBELUNGEN – QUELQUES MOTS SUR CE QU’ON ENTEND ET SUR CE QU’ON LIT

Walküre Acte III, presque traditionnel © Bayreuther Festspiele / Enrico Nawrath

Cette présence du théâtre en bouche chez pratiquement tous les protagonistes, cette attention au texte est un atout majeur dans un Ring, car il met en scène d'emblée des personnages et non des chanteurs. Du côté des femmes, notamment Sieglinde et Brünnhilde, rien à redire apparemment: l'engagement d'Anja Kampe est évident (très intense au 2ème acte de Walkyrie)et Catherine Foster est impressionnante: cela confirme la bonne santé du chant wagnérien.  Anja Kampe est une bonne Sieglinde (à l'entendre en radio) mais elle n'est pas meilleure que d'autres (notamment Eva-Maria Westbroek ou même Waltraud Meier, toujours exceptionnelle en scène), Catherine Foster est vraiment une grande voix: son réveil dans Siegfried est remarquable, même si elle me semble abuser du vibrato. La voix est claire, limpide. Et dans le troisième acte de la Walkyrie elle est vraiment émouvante: elle démontre là être une grande artiste.
Kirill Petrenko est très surprenant: tout le monde a noté son énergie, son sens dramatique (les critiques italiennes à son Rheingold romain étaient unanimes) et les comptes rendus de sa direction à Bayreuth vont toutes dans ce sens. Mais ce qui m'a frappé en écoutant ce travail c'est d'abord, en accord avec la diction des chanteurs, l'extraordinaire clarté du rendu orchestral, il rend la partition translucide, et il épouse le texte d'une manière stupéfiante, donnant encore plus de couleur à la musique, accentuant les contrastes, accompagnant très doucement quelquefois, brutalement forte voire fortissimo ensuite. Le début du deuxième acte de Siegfried commence par un murmure noir de l'orchestre, qu'on entend à peine pour monter ensuite en crescendo dramatique d'une très grande tension. Le réveil de Brünnhilde dans Siegfried n'est que chatoiement de timbres, tout comme le final de Walküre. C'est une très grande direction, cela s'entend immédiatement, mais qui va bien plus loin que l'énergie, le dramatique, c'est une construction d'un relief inouï. Ah, oui on a envie de voler à Bayreuth!

BAYREUTH 2013 / BAYREUTHER FESTSPIELE 2013: DER RING DES NIBELUNGEN – QUELQUES MOTS SUR CE QU’ON ENTEND ET SUR CE QU’ON LIT

Le décor de Siegfried, Acte I © Bayreuther Festspiele / Enrico Nawrath

Évidemment, il est plus difficile de parler d'une mise en scène qu'on n'a pas vu, et je ne tenterai pas l'exégèse. Entre les déclarations de Frank Castorf et ce qu'en disent les critiques, et à la vue des photos, quelques remarques de base quand même dictées par l'expérience et par un regard attentif sur les traces photographiques, ou d'un mythe complètement démythifié: regardez la photo ci-dessous: qui peut deviner qu'il s'agit du duo d'amour de Siegfried ?

BAYREUTH 2013 / BAYREUTHER FESTSPIELE 2013: DER RING DES NIBELUNGEN – QUELQUES MOTS SUR CE QU’ON ENTEND ET SUR CE QU’ON LIT

Siegfried Acte III, duo Siegfried Brünnhilde © Bayreuther Festspiele / Enrico Nawrath

D'abord, on sent chez les journalistes une surprise, la surprise qui serait la traduction d'un "tiens ce n'est pas si terrible que ça"...Frank Castorf est lui aussi un vieux renard du théâtre, il a choisi lui aussi de raconter une histoire, qui n'est pas celle du mythe allemand mais d'un mythe en négatif, en puisant dans l'univers du cinéma (certains on parlé d'atmosphère à la Tarantino) qu'il utilise d'ailleurs dans la mise en scène: il fait apparemment de Rheingold un film de série B, une sorte de mauvaise comédie et de mauvais acteurs, un film de gangsters. Que Wotan soit un gangster, qui nage dans l'abus de pouvoir comme les filles dans le Rhin, c'est évident. Il fait de cette histoire le parcours de l'Or noir, des premiers puits d'Azerbaïdjan (Walküre 1er acte), jusqu'à Wall Street (Götterdämmerung).

BAYREUTH 2013 / BAYREUTHER FESTSPIELE 2013: DER RING DES NIBELUNGEN – QUELQUES MOTS SUR CE QU’ON ENTEND ET SUR CE QU’ON LIT

Décor de Rheingold © Bayreuther Festspiele / Enrico Nawrath

Rheingold se passe dans un motel de la route 66, avec sa station service. Apparemment c'est suffisamment bien fait et habile pour que le public soit au moins partagé (il paraît même que les huées étaient plutôt rares à Walküre). Faire de l'Or noir l'enjeu du pouvoir , c'est presque banal, vu l'importance de la question énergétique aujourd'hui, et les enjeux politiques qu'elle génère, ainsi que les guerres et la violence (voir les états d'Asie centrale, les guerres en Irak etc...). Que le Ring soit l'histoire dérisoire de notre monde, une histoire violente, assez sale, où l'amour est piétiné au nom du gain et du pouvoir et non pas le grandiose mythe des Dieux (qui chutent, ne l'oublions pas), c'est suffisamment banal pour que Castorf ne soit pas accusé de trahison: en ce sens, l'approche est bien voisine, à un autre niveau, de celle de Bieito dans son Boris de Munich. Là où Calixto Bieito montrait Poutine et Sarkozy, Frank Castorf montre Wotan en gangster de mauvais film, même sens de la lecture politique, même manière de nous dire "ces oeuvres nous parlent, hic et nunc" et peut-être nous déchirent-elles.

BAYREUTH 2013 / BAYREUTHER FESTSPIELE 2013: DER RING DES NIBELUNGEN – QUELQUES MOTS SUR CE QU’ON ENTEND ET SUR CE QU’ON LIT

Siegfried Acte III, Erda/Wanderer © Bayreuther Festspiele / Enrico Nawrath

Avoir vu les photos des décors d'Aleksandar Denić installés sur une tournette permet à la fois de constater qu'ils sont beaux (au moins les photos), impressionnants, et cohérents avec une esthétique de l'ironie et de la distance vaguement inspirés aussi par la bande dessinée. Les parisiens le connaissent d'ailleurs puisqu'il était l'auteur du beau décor de la Dame aux Camélias tellement honnie par une partie du public.
Enfin, un point indiscutable est l'importance de Frank Castorf dans le théâtre allemand. Il représente ces artistes produits par l'ex-Allemagne de l'Est qui véhiculent un théâtre militant, politique, qui réfléchit de manière chirurgicale au destin allemand, à la germanité (les parisiens ont vu il y a quelques années Meistersinger à Chaillot et plusieurs autres spectacles depuis 2000), mais aussi un homme de théâtre très rigoureux malgré une allure un peu distanciée et déjantée. C'est incontestablement un intellectuel représentant d'un théâtre dit "postdramatique" dans lequel il insère des textes de référence, des éléments biographiques tressés dans l'oeuvre (ce qui lui a été interdit par contrat à Bayreuth), une sorte de théâtre de l'intertextualité et un théâtre évidemment politique. Pour ma part j'ai vu de lui outre La Dame aux Camélias (voir le compte rendu dans ce blog), Meistersinger, que j'avais trouvé moins réussi, et surtout l'Idiot de Dostoïevski, pur chef d'oeuvre de théâtre, inoubliable. Et on peut donc lui faire confiance dans une lecture acérée du texte de Wagner, notamment lorsqu'il dit que le Ring est "fröhliches Anarchie" autant dire un "joyeux bordel". Il a laissé des interviews, où il ironise sur la direction, sur les temps de répétition (9 jours pour Rheingold, c'est pure folie!) où il affirme qu'il ne veut pas faire un Ring de bicentenaire, il lui suffit de faire un Ring de l'année. Bref, il joue son vieux routier de la provocation, lui qui fut sous la DDR pratiquement chassé de tous les théâtres où il travaillait et où ses mises en scènes étaient interdites. Castorf est l'un des hommes de théâtre les plus importants de l'Allemagne d'aujourd'hui, et s'il est aussi une sorte de Seigneur dans sa forteresse de l'Est (la Volksbühne de Berlin) avec lequel il est difficile de travailler (j'ai discuté avec quelques uns de ses comédiens qui quelquefois en souffrent):  Christoph Marthaler en sait quelque chose, lui qui a codirigé la Volksbühne pendant quelques années où il a produit parmi ses plus beaux spectacles (La Vie Parisienne, Légendes de la Forêt viennoise). Castorf  reste une des grandes figures du théâtre de ce temps, l'une des plus importante de l'Allemagne "post-Wende", et en ce sens, l'appeler à Bayreuth est pleinement légitime et lui donner le Ring, cette incroyable histoire de pouvoir, est totalement juste. J'attends avec impatience l'occasion de voir ce spectacle et je vous engage demain à brancher votre internet à 15h57 sur le site de Bayerischer Rundfunk pour la conclusion,  Götterdämmerung

BAYREUTH 2013 / BAYREUTHER FESTSPIELE 2013: DER RING DES NIBELUNGEN – QUELQUES MOTS SUR CE QU’ON ENTEND ET SUR CE QU’ON LIT

Les filles du Rhin © Bayreuther Festspiele / Enrico Nawrath


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

LES COMMENTAIRES (1)

Par nicolas48
posté le 31 juillet à 15:08
Signaler un abus

Je ne suis pas Aller voir Le ring a Beyreuth mais j'ai bien fait car quand je voir les photos de la mise en Seine C'est le Solmer de la connerie. Il a rester Poinevu inbesilité mais pas le livret du Ring . C'est prement la mort du Fétival de Beyreuth. Et non respé des chanteurs.

A propos de l’auteur


Wanderer 2483 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte