Magazine Bébé

Mon bébé qui n’en est plus un…

Publié le 30 juillet 2013 par Encoreunblogdemere

Il faut bien se rendre à l’évidence : Liloute n’est plus un bébé.

A bientôt 22 mois, la demoiselle n’a plus rien d’un nourrisson ou d’un petit bébé : c’est une petite fille, un enfant en bas âge, un grand bébé si on tient à ce mot-là.

Je l’avoue, je dis encore « mon bébé » plusieurs fois par jour. Je ne m’y résous pas, et au fond, je crois que je comprends ma mère quand elle me dit que je serai toujours le sien. Même si la voir grandir est un plaisir et une fierté, je suis souvent nostalgique en regardant les photos de bébé potelé, qui ne marche pas encore et aime être lovée dans mes bras.

Et puis, je réalise que quand même, la vie avec un tout petit n’est pas de tout repos. Loin de moi l’envie de dire que vivre avec un enfant de 2 ans qui pique des crises, court sans arrêt, fait des bêtises est plus reposante, mais il est au moins possible d’avoir un rythme. Liloute bébé, c’était des pleurs, du sommeil haché, une chute d’hormones phénoménale (et de cheveux aussi, ça va avec…) pour moi, de la fatigue pour tout le monde et un RGO pour pimenter le tout.

Liloute bébé, elle m’a désarmée, fait pleurer. Je ne m’y attendais pas, et il a fallu s’adapter.

Alors pourquoi cette nostalgie ? Est ce qu’on oublie avec le temps qui passe ? Est ce qu’on est programmées pour ça, pour ne pas effrayer les futures mamans potentielles ? Pour continuer à nous reproduire ?

Ou est ce que, tout simplement, je suis une grande nostalgique ?

C’est un peu comme la grossesse : enceinte, j’ai passé 3 mois à stresser, à vomir matin, midi et soir (minimum), puis j’ai eu des baisses de tension, des malaises récurrents, toujours un peu d’angoisse, une sciatique, un dépassement de terme. Bref, objectivement, je n’ai pas aimé ça.

Mais maintenant, évidemment, quand je me remémore la période où j’attendais Liloute, je ne me souviens que de l’émerveillement aux échographies (et non le stress qui les précédait lors des attentes interminables), ses mouvements (non douloureux, ça va de soit, ahem) dans mon ventre, la proximité qui nous liait quand elle n’était encore rien qu’avec moi.

Des souvenirs qui me donnent envie de remonter le temps, ou du moins le ralentir, j’essaie de les garder frais dans ma tête, tout en savourant l’instant présent. Très difficile j’avoue, quand on me connaît.

Et pourtant, il faut bien la laisser grandir…

Tout petit bébé...

Tout petit bébé…

Et vous, vous ressentez la même chose ?


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Encoreunblogdemere 8916 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines