Magazine Amérique latine

Un grand jazzman argentin s'est éteint [Actu]

Publié le 30 juillet 2013 par Jyj9icx6
Un grand jazzman argentin s'est éteint [Actu] Le guitariste et compositeur Walter Malosetti avait 82 ans. Il luttait contre la maladie d'Alzeihmer. C'est son fils, le bassiste Javier Malosetti, qui a annoncé la nouvelle à travers le réseau Twitter, en remerciant le public pour tout l'amour qu'il a porté à l'artiste de son vivant.
Walter Malosetti était né à Córdoba, dans l'ouest de l'Argentine, en 1931, dans une famille très portée sur la musique, même si son père n'en vivait pas (comme beaucoup de musiciens, il lui avait fallu exercer un métier alimentaire, celui de cheminot, pour nourrir sa famille). C'est à travers la radio que Malosetti a découvert le jazz, dont il a fait la vocation de toute sa vie, composant, enregistrant, jouant en public et enseignant. Il avait même fondé une école de guitare en 1961.
Sa carrière a commencé dans les années 50. Sur scène, il s'était alors frotté à des jazzmen de la taille de Lalo Schiffrin et Oscar Alemán, considérés comme les pères fondateurs du genre dans le Cône Bleu. A partir des années 70, il est lui-même devenu une icône du jazz dans le pays. Le succès ne l'a jamais quitté depuis.
En 2002, il avait été nommé Personnalité de la Culture à Buenos Aires. Un grand jazzman argentin s'est éteint [Actu]
Malgré la maladie, Walter Malosetti avait encore enregistré l'année dernière. Esencia aura donc été son dernier disque. Et c'est Pablo Gignoli, le jeune directeur artistique du quatuor Derrotas Cadenas, dont il y a peu nous applaudissions la tournée en Europe, qui y tient le pupitre du bandonéon. L'ouverture du maître vers la jeunesse et son accueil envers la variété des genres musicaux populaires... Il a été enterré aujourd'hui au cimetière de la Chacarita, comme presque tous les artistes populaires.
Les quatre journaux nationaux lui rendent hommage et Página/12 lui consacre même (on pouvait s'y attendre) la une de ses pages culturelles (tout en haut).
Pour aller plus loin : lire l'article de Página/12 lire l'article de Clarín lire l'article de La Nación, que l'on doit à la plume d'un fin musicien, Gabriel Plaza, grand animateur des nuits tangueras dans Buenos Aires (il est un DJ de milonga très réputé parmi les artistes du Tango Nuevo, la musique de tango d'aujourd'hui). Lire l'article de La Prensa (plus un entrefilet qu'un article digne de ce nom pour un personnage de cette taille).

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jyj9icx6 2740 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte