Magazine Cinéma

Le drôle de Noël de Scrooge (A Christmas Carol)

Publié le 06 août 2013 par Cinephileamateur
Le drôle de Noël de Scrooge De : Robert Zemeckis.
Avec les voix V.O. de : Jim Carrey, Gary Oldman, Colin Firth, Robin Wright, Bob Hoskins, Cary Elwes, Fionnula Flanagan, Jacquie Barnbrook, Leslie Zemeckis, Paul Blackthorne, Lesley Manville...
Avec les voix V.F. de : Emmanuel Curtil, Dominique Collignon-Maurin, Jean-Philippe Puymartin, Céline Mauge, Gérard Boucaron, Caroline Pascal, Évelyne Grandjean...
Genre : Animation.
Origine : États-Unis.
Durée : 1 heure 36.
Date de sortie : 25 novembre 2009.
Synopsis : Parmi tous les marchands de Londres, Ebenezer Scrooge est connu comme l'un des plus riches et des plus avares. Ce vieillard solitaire et insensible vit dans l'obsession de ses livres de comptes. Ni la mort de son associé, Marley, ni la pauvre condition de son employé, Bob Cratchit, n'ont jamais réussi à l'émouvoir.
De tous les jours de l'année, celui que Scrooge déteste le plus est Noël. L'idée de répandre joie et cadeaux va définitivement à l'encontre de tous ses principes ! Pourtant, cette année, Scrooge va vivre un Noël qu'il ne sera pas près d'oublier...
Tout commence la veille de Noël, lorsqu'en rentrant chez lui, Scrooge a d'étranges hallucinations. Le spectre de son ancien associé lui rend la plus effrayante des visites, et lui en annonce d'autres, aussi magiques que troublantes...
Scrooge se voit d'abord confronté à l'Esprit des Noëls passés, qui le replonge dans ses propres souvenirs, réveillant en lui des blessures oubliées et des regrets profondément enfouis...
Bande annonce française
"Balivernes !"
3.5
Le drôle de Noël de Scrooge
Comme pour "La légende de Beowulf", je n'avais pas revu "Le drôle de Noël de Scrooge" depuis un moment maintenant et comme son prédécesseur, c'était uniquement dû au fait que si j'avais passé un bon moment en salles, j'étais quand même ressorti mitigé de ma projection. Du coup, une seconde chance pour ce film était nécessaire et en plein dans mon cycle consacré à Robert Zemeckis, je me devais de lui donner cette chance.
Et tout comme "La légende de Beowulf", je ne regrette pas d’avoir laissé sa chance à ce film. En effet, je l'ai nettement mieux apprécier cette fois ci et bien que je ne trouve pas ça toujours très transcendant, j'ai quand même passé un meilleur moment que la dernière fois. Écrit par Robert Zemeckis d'après l’œuvre de Charles Dickens, le scénario est là encore assez conventionnel. Je n'ai pas lu le roman d'origine donc je ne ferais aucune comparaison mais il est vrai que plus le film avance et plus on se doute de sa finalité (d'ailleurs, dès le début Scrooge assume entièrement le fait qu'il comprend que ses esprits se prennent à lui).
On échappe donc pas à la bonne morale sur le partage et l'ouverture aux autres tout comme le pouvoir néfaste que l'argent peut avoir sur la nature humaine même quand celui ci peut être bénéfique. Moins subtil que les autres films de Robert Zemeckis dans son scénario, ce long métrage se laisse quand même assez facilement suivre et nous offre un conte de Noël un peu plus obscur que "Le Pôle Express" mais toutefois assez plaisant. L'humour y est présent tout comme l'esprit de Noël, d'ailleurs, c'est typiquement le genre de film qui prend une autre dimension à l'époque des fêtes de fin d'année plus propice à la "magie".
Si il ne réserve en tout cas que très peu de surprises, c'est pas ce qui m'a le plus gêné. En fait, c'est surtout le rythme général qui me bloque un peu. Malgré sa courte durée, j'ai ressenti de grandes longueurs devant ce film. Est ce la faute au côté prévisible ? Je n'en sais trop rien mais par moment il m'est arrivé de regarder ma montre. C'est d'ailleurs assez paradoxale car au final il se passe toujours quelque chose à l'écran, je ne sais d'ailleurs pas vraiment quel passage on pourrait couper pour gagner en rythme mais j'ai quand même trouvé le film un peu long.
Comme toujours, la performance capture me déstabilise. Je ne suis pas très objectif pour parler du jeu des comédiens car le travail de l'animation fait que ça reste une image retravaillé même si on reconnait certaines mimiques d'acteurs et comme si cela ne suffisait pas, je regarde toujours les films d'animation en version française ce qui n'aide pas vraiment à être totalement juste lorsque je parle de la prestation d'un comédien. Mais bon, j'arrive quand même à me faire à ce genre cinématographique et même si j'ai toujours du mal, petit à petit, j'arrive à me faire à l'idée.
C'est ainsi que j'ai bien aimé ici retrouver Jim Carrey. Bien qu'il interprète plusieurs personnages, c'est surtout avec celui de Ebenezer Scrooge qu'on le retiendra. Pour le coup, je trouve que la performance capture à bien su retranscrire à l'image sa gestuelle et les différentes mimiques de son visage. Du coup, son rôle est celui que je trouve le plus vivant et j'ai beaucoup aimé les traits que l'on lui donne. Par moment on à vraiment l'impression de voir l'acteur à l'écran et non une reproduction, chose que j'ai apprécié surtout que la vieilesse qu'on lui à donné est plutôt bien faite elle aussi.
Pour le reste, j'ai moins reconnu les acteurs malgré la présence de grands noms. C'est ainsi qu'à l'écran je n'ai pas vraiment eu l'impression de voir Gary Oldman (ce qui accentue cette sensation que les acteurs connus sont surtout là pour le prestige dans ce genre de film). Pourtant, j'ai bien aimé son rôle de Bob Cratchit très attachant avec qui ont veut de suite sympathiser ou encore Marley, l'associé qui revient d'entre les morts que j'ai trouvé suffisamment délirant pour regretter de ne pas le voir un peu plus. J'ai donc beaucoup aimé, mais tout comme la dernière fois où j'ai vu ce film, il y à fort à parier que d'ici quelques mois, j'aurais de nouveau oublié la présence de Gary Oldman au générique.
Et le reste de cette distribution, ça sera la même chose. Hormis Colin Firth en Fred que l'on reconnais bien je vous l'accorde. Impossible de reconnaître les autres acteurs si on ne nous mets pas sur la piste. C'est ainsi le cas de Robin Wright que je trouvais pour le coup plus reconnaissable dans "La légende de Beowulf" malgré les deux expressions que son personnage nous montrait. Ici en même temps elle reste anecdotique au même titre que Bob Hoskins ou Cary Elwes. Leurs personnages respectifs sont bien dessiné, je les ai bien aimé mais visuellement, je ne reconnais pas ses acteurs et je me sens donc mal à l'aise pour vraiment juger leurs prestations.
Côté mise en scène, Robert Zemeckis continue d'explorer la performance capture et continue de s'améliorer. En trois films, on sens l'évolution qu'il à apporter à la technique et sa bonne exploitation. Dans son précédent film du genre, je disais ressentir comme un blocage dans sa folie visuelle mais cette fois ci, le réalisateur c'est vraiment fait plaisir. En plus de nous proposer une animation très fluide avec un grain à l'image et une photographie excellente, le réalisateur nous offre une mise en scène remarquable. On survole cette intrigue très aérienne le tout avec des plans d'une très grandes beautés.
Comme pour "Le Pôle Express", j'ai cette fois ci ressenti la vraie utilité que peux avoir la performance capture. On aurait pas eu un tel résultat en live et ici, cela colle à merveille avec la magie de son sujet. Très soigné, j'ai vraiment été épaté par cette recherche dans les plans et dans l'exploitation de l'animation qui est remarquable. Malgré ses longueurs, c'est d'ailleurs cette animation et cette mise en scène qui fait que le film se regarde très facilement avec beaucoup de plaisir.
J'ai bien aimé aussi les différents décors qui sentent bon l'univers de Charles Dickens ainsi que les différents costumes qui m'ont semblé bien pensé pour ses différents personnages. Le montage aurait pu aider à rendre le film plus dynamique mais il reste cependant assez efficace aussi et même si la fin reste très conventionnelle, dans l'ensemble ce film à quand même réussi son pari. Le tout est en tout cas très bien emballé par une bande originale composée par Alan Silvestri dont l'association avec Robert Zemeckis s'avère toujours aussi efficace et réussie.
Pour résumer, tout comme le précédent film de sa filmographie en performance capture, cette piqûre de rappel pour "Le drôle de Noël de Scrooge" fut très bonne. J'ai vite balayé mon souvenir mitigé pour apprécié nettement plus ce spectacle malgré ses quelques défauts comme certaines longueurs qui plombent peut être un peu le film. Ca reste en tout cas un divertissement réussie et parfait pour les fêtes de fin d'année avec une excellente animation et mise en scène qui rend l'ensemble plaisant. Un film que je reverrais bien maintenant que je sais à quoi m'attendre même si le fait qu'après Robert Zemeckis revienne à des films "live" me fait quand même grand plaisir.
Le drôle de Noël de Scrooge
Le drôle de Noël de Scrooge Le drôle de Noël de Scrooge Le drôle de Noël de Scrooge Le drôle de Noël de Scrooge Le drôle de Noël de Scrooge Le drôle de Noël de Scrooge Le drôle de Noël de Scrooge Le drôle de Noël de Scrooge Le drôle de Noël de Scrooge Le drôle de Noël de Scrooge



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Cinephileamateur 3469 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines