Magazine Beaux Arts

Abstraction Américaine à la Fondation Fernet-Branca

Publié le 20 août 2013 par Elisabeth1

“L’exposition Abstraction Américaine présentée à la Fondation Fernet-Branca rassemble les œuvres de sept artistes majeurs de la scène artistique américaine du vingtième siècle, sept maîtres de l’abstraction dont certains restent pourtant méconnus du grand public européen : Hans Hofmann (1880-1966), Jack Tworkov (1900-1982), Charles Pollock (1902-1988), Adolph Gottlieb (1903-1974), David Smith (1906-1965) Richard Pousette-Dart (1916-1992), et Sam Francis (1923-1994). 

Abstraction Américaine à la Fondation Fernet-Branca

Sam Francis

Ces sept artistes, présentés pour la première fois ensemble, ont non seulement l’abstraction pour point commun, mais le chemin de leur vie et de leur œuvre témoignent de croisements permanents. Qu’ils aient – ou non – été membres reconnus du groupe des Expressionistes Abstraits ou du mouvement du « Color-field » n’est pas déterminant car leurs œuvres respectives témoignent avec verve de ces courants majeurs et du foissonnement artistique ambiant auquel ils ont participé. Afin d’élargir la perception de leurs identités artistiques, l’exposition n’entend pas se fixer de cadre historiographique trop étroit ; elle cherche à montrer la pertinence de leurs démarches singulières, l’éloquence d’une autre abstraction américaine. Réunissant un ensemble d’œuvres exceptionnelles, issu des fondations éponymes et collectionneurs, cette exposition est l’occasion d’exposer des artistes importants, dont certains sont ici présentés pour la première fois en France – bien qu’ils se trouvent déjà, depuis de nombreuses années, dans des collections et des musées prestigieux.

L’exposition a pris le parti d’une présentation chronologique en sept monographies consécutives dont chacune rassemblera des œuvres contextualisées par des photographies, des écrits et une documentation souvent inédite. Au fil d’une centaine d’œuvres, Abstraction Américaine propose de véritables découvertes, des rencontres intimistes et personnelles avec ces artistes et une façon de renouer avec l’abstraction américaine par un autre biais de son histoire.

Enfin, pour indiquer le chemin qui s’ouvre désormais, ainsi que pour rendre hommage à l’un des artistes qui prépara le terrain au Pop Art américain, l’exposition s’achève sur une œuvre emblématique de Robert Rauschenberg (1925-2008) : son « Art Car » qu’il conçut en 1986 pour BMW. Rauschenberg fut l’un des premier à utiliser les travaux d’autres artistes, ce qu’il fit par l’intermédiaire de techniques photographiques en permettant la projection sur la voiture. De ce véhicule, Rauschenberg a dit : « Les musées mobiles me semblent constituer une bonne idée. Cette voiture est l’accomplissement de mon rêve. »

Abstraction Américaine à la Fondation Fernet-Branca

Robert Rauschenberg "Art Car" 1986

Cette exposition n’aurait pas été possible sans la collaboration des fondations et familles des artistes représentés : The Renate, Hans & Maria Hofmann Trust ; The Estate of Jack Tworkov ; The Charles Pollock Archives ; The Adolph & Esther Gottlieb Foundation ; The Estate of David Smith ; The Estate of Richard Pousette-Dart ; The Sam Francis Foundation, Margaret & Augustus Francis. Que soient également remercié BMW ainsi que les collectionneurs qui ont eu la gentillesse de prêter leurs œuvres et l’american contemporary art GALLERY de Munich (Allemagne).

Commissaire invité : Otto Hübner. Coordination : Francesca Pollock.

Un catalogue illustré est édité à l’occasion de cette exposition avec un texte de Kirstin Hübner. »

La Fondation Fernet-Branca organise différentes visites guidées tout public deux dimanches par mois dans le cadre de l'exposition "Abstraction Américaine"

visiteguideeffb@hotmail.fr ou 03 89 69 10 77

Margaret Francis épouse de Sam Francis, ansi que Augustus Francis exposent leurs oeuvres parallèlement au 2e étage de la Fondation.

Pour la première c'est une profustion de couleurs, de fleurs, elle a intitulée son exposition :
“L’exposition Abstraction Américaine présentée à la Fondation Fernet-Branca rassemble les œuvres de sept artistes majeurs de la scène artistique américaine du vingtième siècle, sept maîtres de l’abstraction dont certains restent pourtant méconnus du grand public européen : Hans Hofmann (1880-1966), Jack Tworkov (1900-1982), Charles Pollock (1902-1988), Adolph Gottlieb (1903-1974), David Smith (1906-1965) Richard Pousette-Dart (1916-1992), et Sam Francis (1923-1994).
Ces sept artistes, présentés pour la première fois ensemble, ont non seulement l’abstraction pour point commun, mais le chemin de leur vie et de leur œuvre témoignent de croisements permanents. Qu’ils aient – ou non – été membres reconnus du groupe des Expressionistes Abstraits ou du mouvement du « Color-field » n’est pas déterminant car leurs œuvres respectives témoignent avec verve de ces courants majeurs et du foissonnement artistique ambiant auquel ils ont participé. Afin d’élargir la perception de leurs identités artistiques, l’exposition n’entend pas se fixer de cadre historiographique trop étroit ; elle cherche à montrer la pertinence de leurs démarches singulières, l’éloquence d’une autre abstraction américaine. Réunissant un ensemble d’œuvres exceptionnelles, issu des fondations éponymes et collectionneurs, cette exposition est l’occasion d’exposer des artistes importants, dont certains sont ici présentés pour la première fois en France – bien qu’ils se trouvent déjà, depuis de nombreuses années, dans des collections et des musées prestigieux.

L’exposition a pris le parti d’une présentation chronologique en sept monographies consécutives dont chacune rassemblera des œuvres contextualisées par des photographies, des écrits et une documentation souvent inédite. Au fil d’une centaine d’œuvres, Abstraction Américaine propose de véritables découvertes, des rencontres intimistes et personnelles avec ces artistes et une façon de renouer avec l’abstraction américaine par un autre biais de son histoire.

Enfin, pour indiquer le chemin qui s’ouvre désormais, ainsi que pour rendre hommage à l’un des artistes qui prépara le terrain au Pop Art américain, l’exposition s’achève sur une œuvre emblématique de Robert Rauschenberg (1925-2008) : son « Art Car » qu’il conçut en 1986 pour BMW. Rauschenberg fut l’un des premier à utiliser les travaux d’autres artistes, ce qu’il fit par l’intermédiaire de techniques photographiques en permettant la projection sur la voiture. De ce véhicule, Rauschenberg a dit : « Les musées mobiles me semblent constituer une bonne idée. Cette voiture est l’accomplissement de mon rêve. »

Cette exposition n’aurait pas été possible sans la collaboration des fondations et familles des artistes représentés : The Renate, Hans & Maria Hofmann Trust ; The Estate of Jack Tworkov ; The Charles Pollock Archives ; The Adolph & Esther Gottlieb Foundation ; The Estate of David Smith ; The Estate of Richard Pousette-Dart ; The Sam Francis Foundation, Margaret & Augustus Francis. Que soient également remercié BMW ainsi que les collectionneurs qui ont eu la gentillesse de prêter leurs œuvres et l’american contemporary art GALLERY de Munich (Allemagne).

Commissaire invité : Otto Hübner. Coordination : Francesca Pollock.

Un catalogue illustré est édité à l’occasion de cette exposition avec un texte de Kirstin Hübner. »

La Fondation Fernet-Branca organise différentes visites guidées tout public deux dimanches par mois dans le cadre de l'exposition "Abstraction Américaine".
visiteguideeeffb@hotmail.fr ou 03 89 69 10 77

Margaret Francis, épouse de Sam Francis, ainsi qu'Augustus Francis exposent parallèlement.

Abstraction Américaine à la Fondation Fernet-Branca

Magaret Francis devant la photo de Sam Francis

Extrait d’une interview réalisée par Francesca Pollock pour le catalogue de l’exposition :

« Quels artistes vous ont-ils influencée dans ces jeunes années ?

À vrai dire, essentiellement Turner. Jamais je ne renoncerai à mon amour de Turner. J’adore tout simplement Turner. Parmi les peintres modernes, il y avait Sam [Francis] et Helen Frankenthaler. De nos jours, je suis passionnée par Emile Nolde [...] En musique, je dirais Ralph Vaughan Williams, Lark Ascending. Ce morceau est exactement ce que j’entends créer dans mes toiles. Je veux qu’un tableau procure aux gens de la joie et un sentiment de paix ; tel est mon rôle. Créer de la sérénité et de la beauté – et dans ce but, l’atmosphère est une nécessité.

Margaret Francis, vous avez intitulé cette exposition à Saint-Louis Lumière naturelle ; pouvez-vous me dire comment cette exposition s’insère dans votre vie d’aujourd’hui ?

La chance d’exposer à Saint-Louis est pour moi tout à fait captivante. Je déborde absolument d’une énergie de nature à m’amener à réaliser les plus beaux tableaux dont je suis capable. Quand je suis entrée dans cet espace, j’ai en fait été plus séduite encore, car je peux y visualiser mes tableaux et me former une idée de l’intérêt du public de Saint-Louis : la connexion s’est faite. J’ai maintenant mon public présent à l’esprit, j’ai le lieu, et j’ai l’objectif d’apporter de la beauté et de la sérénité à Saint-Louis. Voilà au fond ce dont il s’agit véritablement. Lumière naturelle, en fait – j’étais en train de regarder mes toiles : il s’y agit avant tout de lumière. Quand on regarde un Turner, on voit de la lumière dans le ciel. Quand on regarde un Monet, la lumière se réfléchit dans l’eau. Ces peintres ont créé de la beauté ; ils sont tous préoccupés de lumière. La lumière est à mes yeux un vaisseau renfermant ce qui est serein, les émotions spirituelles ; que le sujet soit une rose, ou un paysage, ou une marine, il s’agit d’abord d’en faire le portrait. Tout le monde en a besoin. »

Abstraction Américaine à la Fondation Fernet-Branca

Magaret Francis

Ce sont exactement les références auxquelles on pense lorsque l'on voit les toiles de Margaret Francis, une profusion de couleurs et de fleurs.

Extrait d’une interview réalisée par Francesca Pollock pour le catalogue de l’exposition.

Abstraction Américaine à la Fondation Fernet-Branca

« Augustus Francis est peintre – peintre élevé dans l’héritage de l’abstraction : sa  vie entière s’est déroulée à cette lumière. Fils de l’Expressionniste Abstrait  Sam Francis, il a été entouré par l’art abstrait dès ses plus jeunes années.  L’abstraction a défini sa manière de voir ; il lui est difficile, si on le  lui demande, de déceler le sujet d’un tableau cubiste ou futuriste, du fait que  son œil détecte les couleurs et les formes des compositions avant toute figuration.  La peinture abstraite lui vient naturellement et il a toujours peint de manière  abstraite. Ses tentatives dans d’autres directions l’ont toujours ramené à  l’abstraction. Il s’est un jour essayé à la photographie, pour se retrouver à  choisir des éclats de peinture sur un mur afin de réaliser une composition  abstraite. Par bien des côtés, l’abstraction définit sa manière de voir le  monde, qui est pour lui avant tout constitué de paysages de couleurs et de  formes. Son exposition de toute une vie à l’abstraction a conditionné son œil à  voir la peinture abstraite comme peu d’autres en sont capables – avec pour  résultat qu’il l’estime trop aisément comprise. »Augustus Francis

 

Abstraction Américaine à la Fondation Fernet-Branca

Augustus Francis - Lacrimosa opus 10 2012

Extrait du texte du catalogue accompagnant l’exposition :
« Augustus Francis : un héritage abstrait » de Christopher T.
Green.

C'est absolument flamboyant

Jusqu'au 22 septembre 2013


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Elisabeth1 1317 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte