Magazine Culture

Le Monument livre, ou le roman de Zodiaque

Publié le 20 août 2013 par Jeanchristophepucek

 

Pierre Belzeaux Campagne photographique Angoulême

Pierre Belzeaux (Paris, 1922-2005),
Campagne photographique à Angoulême, c.1961

 

L'objet est austère, comme pour ne pas détourner l'esprit de l'essentiel. L'ouvrir, c'est, dès les premières pages, se trouver face à la présence, toujours un peu intimidante, d'une légende. Alors que les Éditions Stéphane Bachès ont décidé, avec un courage que l'on ne peut que saluer, de faire revivre la mythique collection Zodiaque grâce à laquelle plusieurs générations ont découvert les beautés de l'art roman, en ont rêvé avant de partir, livre en mains bien souvent, à leur rencontre, elles publient, en guise d'introduction à une aussi audacieuse entreprise, ce Monument livre qui nous invite, en pénétrant dans ses coulisses, à lever un coin du voile sur une aventure tout autant spirituelle que patrimoniale.

 

La revue Zodiaque est née en mars 1951 et c'est trois ans plus tard, en 1954, qu'allait être lancée une série d'ouvrages qui devait rencontrer durablement la faveur du public. Intitulée La Nuit des temps, ses 88 volumes s'échelonnent sur plus de 40 ans, jusqu'en 1999, rendant compte principalement de l'architecture et de la sculpture romanes, plus occasionnellement de la peinture, tout d'abord dans les limites du territoire français avant de commencer à s'intéresser, dès 1958, à d'autres pays d'Europe. Au cœur de cet ambitieux projet, un homme, le moine bénédictin Dom Angelico Surchamp (né en 1924) qui fit de l'atelier du Cœur-Meurtry de l'Abbaye de la Pierre-qui-Vire (Yonne) le centre d'une ré-appréciation de l'art roman.

Jean Dieuzaide Angelico Surchamp cloître Gérone
Comme le montre Roland Recht dans son introduction, les temps avaient commencé à mûrir, dès après la Première Guerre mondiale, pour qu'éclose ce regard neuf grâce, entre autres, à l'historien de l'art Henri Focillon (1881-1943). On peut définir, pour résumer, le rôle de Dom Surchamp comme celui à la fois d'un catalyseur et d'un accélérateur, sa passion pour l'art roman se situant au confluent de deux logiques, l'une de mise en valeur du patrimoine, l'autre de justification, à travers lui, de la présence des recherches artistiques modernes dans l'art sacré, puisque l'idée du moine, lui-même peintre fortement influencé par le cubisme, était de retrouver dans les témoignages du lointain passé médiéval la source d'un primitivisme dont l'épure ne pouvait qu'être le véhicule privilégié de la foi. Il faut, en effet, toujours garder à l'esprit que Zodiaque, par le texte comme par l'image, fut principalement le manifeste d'une spiritualité active à laquelle le lecteur était invité à participer, au travers, entre autres, de sa présentation matérielle, un point finement analysé dans l'essai d'Olivier Deloignon, mais aussi du choix des clichés et de leur agencement, qui se révèlent autant de guides pour le regard et pour la pensée dont la vocation est de se muer en véritables exercices de méditation. Cet aspect est traité de façon minutieuse et détaillée par Cédric Lesec dans une passionnante contribution, « Zodiaque et la photographie. »

L'un des point forts de ce Monument livre, dont il faut souligner également le soin apporté au choix d'une iconographie tout aussi séduisante, voire émouvante, que pertinente, est de n'être jamais tenté par l'écueil de l'hagiographie. Certes, la passion qui anime certains des auteurs est perceptible et apporte d'ailleurs à l'ensemble un dynamisme de fort bon aloi, mais le recul critique est également bien présent, s'attachant notamment à montrer quelles ont pu être les limites du propos de Zodiaque, notamment du fait de la ténacité de ses présupposés idéologiques. Ce point est remarquablement mis en lumière par Philippe Plagnieux qui s'attache à démontrer combien Dom Surchamp put donner de l'art roman une image idéalisée et donc irréaliste,

Jean Dieuzaide Angelico Surchamp portail Moissac
en accordant, par exemple, la primauté aux édifices ou aux réalisations les plus humbles, en sélectionnant soigneusement les clichés les mieux à même de servir l'idée que leur dépouillement était le mieux à même d'exprimer « la Beauté abstraite de Dieu, un idéal qu'allaient pervertir les époques suivantes, plus sensibles à la recherche esthétique qu'à l'expression vraie de la foi » (p.30), en malmenant parfois aussi la chronologie ou le découpage territorial adopté par La Nuit des temps pour servir son propos. L'historien souligne également qu'en dépit de l'appel de plus en plus fréquent, avant de devenir presque exclusif, à des scientifiques pour rédiger les textes des différents volumes et doter ces derniers d'une bibliographie qui était absente des premières parutions, le fait que Dom Surchamp gardât le contrôle de la maquette et de la photographie fut un moyen de conserver jusqu'au bout la ligne spirituelle qu'il avait fixée dès le départ. Ces réserves posées, l'aventure de Zodiaque conserve intacts sa beauté et son pouvoir de fascination et on lira avec beaucoup d'intérêt l'entretien accordé par Dom Surchamp à Cédric Lesec, sur lequel le Monument livre se referme et dans lequel le moine, portant sur son œuvre un regard d'une tendresse exempte de nostalgie, réaffirme les liens entre l'art roman et les questionnements qui se posaient dans de nombreux domaines artistiques au moment où la collection fut lancée.

 

Au moment où La Nuit des temps et Zodiaque s'apprêtent à renaître au travers d'un emblématique Bourgogne romane, il me semble essentiel de se plonger dans ce Monument livre pour comprendre de l'intérieur ce que fut réellement une entreprise sans laquelle notre regard sur l'art roman ne serait certainement pas ce qu'il est aujourd'hui. Mieux connaître ce qui fut et nous est présenté avec un très louable souci d’objectivité permettra sans doute également de mieux mesurer les innovations de la nouvelle mouture des ouvrages qui, tout en exploitant le fonds photographique original, propose des textes entièrement refondus. Parfaite introduction aux volumes à venir, le Monument livre fait définitivement et magnifiquement entrer le Zodiaque originel dans l'histoire.

 

Zodiaque Le Monument Livre Stéphane Bachès
Zodiaque, le monument livre, sous la direction de Cédric Lesec, avec des contributions de Roland Recht, Olivier Deloignon, Philippe Plagnieux, Dom Angelico Surchamp. Éditions Stéphane Bachès – ENS éditions, 2012, ISBN 978-2-35752-157-5, 176 pages. Ce livre peut être acheté chez tout bon libraire ou directement sur le site de l'éditeur en suivant ce lien.

 

Illustrations complémentaires :

 

N.B. : les trois clichés utilisés dans cette chronique, tirés de Zodiaque, le monument livre, le sont avec l'aimable autorisation des Éditions Stéphane Bachès.

 

Jean Dieuzaide (Grenade-sur-Garonne, 1921-Toulouse, 2003), Dom Angelico Surchamp enlevant les poussières dans le cloître de Gérone, Catalogne, juin 1959 © Jean Dieuzaide

 

Jean Dieuzaide, Dom Angelico Surchamp devant le portail de Moissac, avril 1959 © Jean Dieuzaide

 

Accompagnement musical :

 

Pièces extraites des Graduels de Laon (Bibliothèque municipale, ms. 239, Xe siècle) et de Gaillac (Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. Lat.776, XIe siècle) :

 

1. Qui confidunt in Domino – Trait
Montes in circuitu eius
– Verset
(Brigitte Lesne, voix)

 

2. Alleluia
(Anne Guidet, Lucie Jolivet, Anne Quentin, Catherine Schroeder, voix)
Letatus sum
– Verset
(Anne Quentin, voix)
Stantes erant
– Verset
(Lucie Jolivet, voix)

 

Discantus
Brigitte Lesne, voix & direction

 

Jerusalem Discantus Brigitte Lesne
Jerusalem, chant grégorien et premières polyphonies, VeXIIIe siècles. 1 CD Opus 111 OPS 30-291. À rééditer.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jeanchristophepucek 43597 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine