Magazine Cinéma

Au cinéma : «Lone Ranger – Naissance d’un héros»

Publié le 20 août 2013 par Masemainecinema @WilliamCinephil

Après le succès de la franchise « Pirates des Caraïbes », l’équipe du film remet le couvert pour « Lone Ranger – Naissance d’un héros ». On y retrouve Johnny Depp devant l’écran, Gore Verbinski à la réalisation, qui retrouve le western après « Rango », et Jerry Bruckheimer à la production. Ce nouveau film est l’adaptation d’un feuilleton radiophonique américain dès années 30. En plus de Johnny Depp, le casting comporte Armie Hammer, Tom Wilkinson, William Fichtner et Helena Bonham Carter. « Lone Ranger – Naissance d’un héros » sortait dans nos salles le 7 août 2013.

Synopsis : Tonto, le guerrier indien, raconte comment John Reid, un ancien défenseur de la loi, est devenu un justicier légendaire. Ces deux héros à part vont devoir apprendre à faire équipe pour affronter le pire de la cupidité et de la corruption.

« Lone Ranger – Naissance d’un héros », avant d’être un divertissement made in Disney, est un western moderne. Western, car il nous replonge dans l’ambiance de ces films de cow-boy où la justice est le seul but du héros. La rivalité cow-boy/indien est très présente, et amenée avec un certain humour qui ne manquera pas de faire sourire le spectateur. Le fait d’avoir filmé dans de gigantesques décors naturels ajoute au film une véritable crédibilité et un charme que l’on n’avait pas vu depuis longtemps au cinéma, à cause de ces fameux « fonds verts » qui polluent (trop) les grosses productions Hollywoodiennes. « Lone Ranger – Naissance d’un héros » est aussi un film moderne car il porte un véritable regard sur le passé de cette Amérique avec les répercutions qu’il y a pu avoir dans le futur. Bien sûr, le film ne se veut pas moralisateur mais glisse en filigrane des matières à penser et amène des débats, qui peuvent être lancés à la sortie de la salle de cinéma, sur les relations entre les américains et les amérindiens.

Justement, le duo principal est formé par un cowboy, en la personne de John Reid joué par Armie Hammer, et un indien, prénommé Tonto et interprété par Johnny Depp. L’alchimie entre les deux acteurs fonctionnent plutôt bien et livre un duo en contraste mais qui se retrouve dans l’esprit de justice (un peu à la manière du « Frelon Vert »). Armie Hammer se révèle être un justicier aussi charismatique qu’intrépide où la justice trouve son visage masqué. William Fichtner est absolument remarquable et méconnaissable en grand méchant de ce film, Butch Cavendish. Dans la catégorie « méchant défiguré et un brin sadique et dégueulasse », il serait placé assez haut dans le classement. Helena Bonham Carter, Tom Wilkinson et Barry Pepper livrent des interprétations correctes mais très vite oubliables. Ruth Wilson, que j’ai découvert dans ce film, apporte la touche féminine et amoureuse à « Lone Ranger – Naissance d’un héros » même si cette touche n’était pas forcément utile. Johnny Depp, quant à lui, nous livre un numéro dont lui seul a le secret ! Ne tombant pas dans le piège de nous livrer une pâle copie de Jack Sparrow, il crée un personnage haut en couleur et en humour … qui, il est vrai, pourrait être un lointain cousin germain du capitaine Jack Sparrow.

Gore Verbinski ne se contente pas, avec « Lone Ranger – Naissance d’un héros », de livrer un « Pirates des Caraïbes » façon western. Même si les codes et gimmicks qui font la réussite de la célèbre franchise sont là, en aucun cas l’aura des films « Pirates des Caraibes » ne vient hanter ce nouveau film. D’ailleurs, j’ai un peu de mal à imaginer « Lone Ranger » en franchise, tant ce premier opus se suffit à lui seul. Gore Verbinski nous prouve, une nouvelle fois après « Rango », que le western inspire sa créativité en proposant des plans, idées, et séquences regorgeant d’originalités, d’inventivités et de références. On pourrait reprocher au film une certaine longueur dans son milieu, et nous aurions raison de faire se reproche, mais « Lone Ranger –Naissance d’un héros » explose littéralement dans le dernier acte, comme pour nous récompenser de l’attente. Sur la célèbre musique de Rossini « L’ouverture » de l’opéra « William Tell », les héros s’essayent à plusieurs actes héroïques et autres cascades en tous genres, tout en tapant du méchant. Je l’avoue, l’acte final est purement et simplement jouissif ! Tout le film fait la part belle aux Légendes, avec un grand « L ». Qu’est ce qui est vrai ? Qu’est ce qui ne l’est pas ? À nous de choisir, car se sont à travers nous qu’elles continuent de survivre.

« Lone Ranger – Naissance d’un héros » un pur divertissement estival. En plus de divertir pendant deux heureset trente minutes, il le fait bien tant le film a des qualités. Même s’il n’est pas parfait, on passe un très bon moment en compagnie du Lone Ranger et de son ami indien, Tonto !

lone-ranger-56866_w1000

Lone Ranger – Naissance d’un héros. De Gore Verbinski. Avec Armie Hammer, Johnny Depp, Ruth Wilson, Tom Wilkinson, William Fichtner, Helena Bonham Carter, …

Sortie le 7 août 2013.



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Masemainecinema 6107 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines