Magazine Bd

Hit-Girl - Mark Millar & John Romita Jr.

Par Belzaran

Hit-hitl.jpg


Titre : Hit-Girl
Scénariste : Mark Millar
Dessinateur : John Romita Jr.
Parution : Mars 2013 


La fin de l’été cinématographique verra l’apparition sur les écrans de Kick-Ass 2. J’avais adoré le premier opus. D’ailleurs, suite à la découverte de cet épisode initial, je m’étais offert le comic original. Récemment, en juin dernier, Panini Comics a sorti un spin off intitulé Hit-Girl. Toujours scénarisé par Mark Millar et dessiné par John Romita Jr, cet opus s’insère entre les deux épisodes bédéphiles de Kick-Ass. D’ailleurs la couverture le présente comme un prologue du film amené à sortir. Il se compose d’une centaine de pages dans un format assez standard au comics. Son prix avoisine quatorze euros. 

La quatrième de couverture nous présente le texte suivant : « Kick-Ass veut à tout prix devenir un super-héros digne de ce nom. La seule à pouvoir le former est Mindy, alias la redoutable Hit-Girl. Mais tout en entrainant Dave au combat comme son père, feu Big Daddy, le lui a appris, elle doit également feindre une fillette ordinaire de douze ans ! Au programme de ce volume : une leçon de bonne conduite dispensée aux criminels avec ultra-violence par une adolescente armée de katanas et par l’équipe de choc composée de Mark Millar (Superior, Nemesis) et Joh Romita, Jr. (Avengers). »

Je me dois de préciser que l’univers de Kick-Ass est violent et que les auteurs ne cherchent pas à nous le cacher. La lecture de cet ouvrage ne conviendra pas aux lecteurs sensibles au sang qui gicle, aux combats sauvages et aux scènes de torture. Pour ceux qui ont vu la première adaptation sur grand écran, sachez que les combats sont très édulcorés par rapport à l’œuvre originale. De plus, le fait que cet opus s’insère entre les deux épisodes de Kick-Ass fait qu’on connait le passé et le futur de l’intrigue. 

D’ailleurs ce dernier aspect fixe une des limites de l’histoire. En effet, le début de Kick-Ass 2 ne marquait pas une grande rupture scénaristique avec la fin de Kick-Ass. La conséquence était que Hit-Girl possédait peu de latitudes scénaristiques. Cet ouvrage ne pouvait donc mettre en place que des enjeux secondaires. Je m’étais donc mis dans cet état esprit. Cela n’était pas un problème si les auteurs en profitaient pour développer d’autres aspects de leur univers. Certains personnages, centraux ou secondaires, étaient des terreaux potentiellement fertiles à de belles histoires. 

Une petite fille qui doute

Le premier attrait potentiel de l’album est de construire l’intrigue autour du personnage de Hit-Girl et de sa double vie. Le premier opus de Kick-Ass nous présentait essentiellement son aspect de super-tueuse haute comme trois pommes. Le lecteur ne la découvrait que sur cet aspect-là. Dans Kick-Ass 2, elle est très secondaire. Hit-Girl nous fait découvrir une petite fille qui doute quand elle se trouve à l’école. Elle ne possède aucun code de la vie d’une enfant de son âge. Elle est victime de la brimade des teignes de sa classe. De plus, elle ne peut plus assumer son statut de judiciaire pour préserver la santé fragile de sa mère. Cela ne l’empêche pas la nuit de se faufiler dehors pour se venger de la mafia qui lui a pris son père.

Cette double vie avec ses nombreux enjeux étaient a priori intéressants. La gestion de cette situation est un aspect les plus intéressants dans toutes les histoires de superhéros. Comment avoir une vie normale quand on n’est pas normal ? Hélas, les auteurs négligent cette partie du scénario au bénéfice d’une succession de combats plus violents les uns que les autres. La surenchère est de sortie ! Je ne suis pas contre les scènes sauvages. Elles font partie de l’univers de la série. Mais je trouve toujours plus intéressant de leur donner du sens en travaillant davantage les tenants et les aboutissants de ces moments-là. Ici, ce n’est absolument pas le cas. Tout est bâclé dans le seul but de donner l’occasion à Hit-Girl de démonter des dizaines de mafieux. Le dessinateur a beau se sortir excellemment de ces planches-là, cela ne m’a pas empêché de profondément m’ennuyer devant l’enchainement de combats qui finalement se ressemblent toutes. 

En refermant l’album, je me suis dit que cet opus était commercial au sens négatif du terme. En le lisant, je me suis dit que les auteurs ne devaient avoir rien prévu initialement entre les deux épisodes de Kick-Ass. Ce spin off semble avoir été créé dans le seul but de faire naitre rapidement un nouvel opus dans la série sans avoir à trop s’engager dans le scénario. Cela restera donc une grosse déception qui ne possède aucun intérêt réel. Je vous conseille donc de passer votre tour. Je pense qu’il y a mieux à lire par les temps qui courent…

par Eric the Tiger

Note : 8/20 


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Belzaran 2637 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines