Magazine Culture

Les Damnés- La lignée des Petrova- Chapitre 7

Par Artemissia Gold @SongeD1NuitDete

Assise en bout de table, le plus loin possible de Klaus, Noura entendait à peine les échanges entre les vampires et Milan sur la marche à suivre. Perdue dans ses pensées, les yeux baissés, elle dessinait distraitement du bout des doigts le contour de la partie supérieure de la coupe d’étain posée devant elle. Elle ne remarquait même pas le regard interrogateur et parfois insistant d’Elijah, ni les coups d’œil assassins que Klaus, encore vexé par l’accueil, lui lançait de temps à autre. L’attitude de la jeune femme désarçonnait quelque peu Elijah. Ce silence obstiné dans lequel elle s’était murée depuis qu’elle avait claqué la porte au nez de Klaus ne lui ressemblait décidément pas. Assise à ses côtés, Maïa également semblait porter un intérêt particulier à sa tante qu’elle dévisageait d’un air soucieux et qui ne fit que conforter Elijah dans l’idée que cet air renfrogné n’était pas seulement dû à leur présence envahissante.

Noura sursauta lorsque Klaus haussa soudain la voix pour l’interpeller et la sortir sans ménagement de ses pensées.

- Tu écoutes ce que l’on te dit ?! s’emporta-t-il en voyant qu’elle n’avait pas suivi un traitre mot de la conversation.

Elle releva brusquement la tête et regarda tour à tour les quatre paires d’œil qui la scrutaient et qui attendaient manifestement une réponse à une question qu’elle n’avait pas écoutée.

- Tu peux localiser Viktor oui ou non ? insista fermement Klaus que l’attitude de la jeune femme commençait à exaspérer sérieusement.

- Il vaut mieux trouver un autre moyen, intervint Milan en surprenant son regard paniqué avant qu’elle ne le baisse à nouveau sur la coupe qu’elle avait saisie à pleines mains pour qu’aucun ne remarque les tremblements qui les agitaient.

- Comment ça trouver un autre moyen ? C’est une sorcière non ? A moins qu’un malheureux sort de localisation ne soit au dessus de ses capacités …,  railla Klaus.

- Oui, c’est ça. C’est au dessus de mes capacités, décréta-t-elle en lâchant subitement la coupe dont le contenu s’était mis soudain à frémir.

Si les autres n’y prirent pas garde, le phénomène n’échappa pas à Maïa qui comprit alors ce qui provoquait l’étrange attitude de sa tante. Elle posa une main sur la sienne dans un geste d’apaisement.

- Ce n’est pas que l’idée m’emballe particulièrement mais on pourrait peut-être demander à Noah de s’en charger, proposa-t-elle en lui lançant un regard insistant.

La perspective de voir à nouveau ce type rôder dans les parages et s’occuper de leurs affaires n’emballa pas non plus Elijah. Le vampire se redressa sur sa chaise et fusilla Maïa du regard pour cette traîtrise. Et comme la jalousie est une mauvaise conseillère qui souffle souvent les pires répliques, elle ne fit pas exception pour Elijah qui tomba allègrement dans le piège de celle-ci:

- Franchement ton attitude me dépasse, Noura ! Ce serait trop te demander de mettre ta fierté de côté pour nous aider ! s’emporta-t-il en se relevant brusquement.

Si son mutisme l’avait jusque là perturbé, le silence qui suivit sa remarque le troubla encore davantage. Et il le fut encore plus lorsqu’elle se leva en évitant soigneusement de le regarder et quitta la maison en claquant la porte.

- Toujours la même fichue tête de mule ! exclama Elijah en rangeant un peu trop brutalement sa chaise.

Tout aussi excédé qu’inquiet en réalité par ce comportement inhabituel qui lui échappait complètement, il se mit à arpenter la pièce et ne remarqua pas immédiatement l’expression outrée qui était apparue sur le visage de Maïa.

- Excusez-moi Elijah mais votre attitude me dépasse aussi. On vous a toujours décrit comme un homme intelligent et plein de bon sens. Mais manifestement lorsqu’il s’agit d’elle vous vous conduisez comme un crétin complètement aveugle, lâcha-t-elle soudain.

Elijah, qui ne s’attendait pas à de tels reproches,  stoppa net ses va et vient et la regarda perplexe.

- Vous croyez sincèrement qu’il s’agit d’une question de fierté mal placée ? Vous la connaissez mal à ce point ? continua Maïa qui ignora sciemment les regards insistants de son père qui lui signifiait de se taire.

Devant l’air penaud de son ainé, Klaus ne put réprimer un sourire narquois et s’accouda à la table, le menton entre les mains, pas mécontent que pour une fois la foudre ne tombe pas sur lui.

- Qu’est-ce que vous croyez ? Après votre départ tout s’est miraculeusement réglé et qu’elle n’a aucune raison de réagir de la sorte? Vous êtes parti au pire moment et vous l’avez laissée affronter seule une situation à laquelle elle n’était pas préparée…

- Je ne l’ai pas laissée seule : Goran était là pour la guider et lui venir en aide, se défendit Elijah qui sentait cette culpabilité qu’il avait tenté d’étouffer depuis qu’il l’avait laissée ce matin là, remonter brutalement à la surface.

 - Goran est mort peu de temps après votre départ, intervint Milan.

Un silence gêné s’installa. Le père et la fille s’échangèrent un regard dans lequel ils purent lire le même doute. L’un et l’autre se demandait s’il était prudent de révéler certains événements devant Klaus dans la mesure où, malgré l’aide qu’il pouvait leur apporter, aucun d’eux n’avait confiance en lui.

- Que s’est-il passé ? demanda finalement Elijah.

- Vous avez des frères plutôt revanchards. Quelques mois après notre départ de Sofia, Neklan et un autre de vos frères que nous ne connaissions pas nous ont retrouvés.

- Ce ne peut pas être Stanislas et encore moins Finn, c’est forcément Vlad. Et c’est probablement lui qui a réveillé Viktor, Neklan n’aurait jamais fait ça seul, en déduisit Elijah en reprenant place à table.

Klaus rejeta la tête en arrière et soupira de dépit.

- C’est dommage, je les aimais bien ces deux là, se lamenta-t-il en secouant la tête.

Devant l’attitude désinvolte du vampire qui l’horripilait de plus en plus, Maïa se retint de prendre le pichet d’eau devant elle et de le lui balancer à la figure. Et sans l’intervention de son père qui, devinant ses intentions, avait repris son récit, elle n’aurait pas manqué de lui faire connaître le fond de sa pensée.

- Quoi qu’il en soit, Neklan n’avait pas oublié sa dernière rencontre avec Noura et avait bien l’intention de lui faire payer. Mais à cette époque, Goran et Anton étaient encore avec nous et vos frères ont très vite regretté d’être intervenus sans réfléchir. Le seul problème c’est que Noura a dû elle-aussi utiliser ses pouvoirs ce jour-là. Ce qu’elle n’avait pas refait depuis la mort d’Anya…

Milan s’interrompit et se raidit soudain en voyant une furtive crispation sur le visage de Klaus à  cette évocation. Lorsqu’Elijah était revenu leur apprendre la nouvelle de la mort d’Anya, il ne s’était pas appesanti  sur les détails et à l’époque il lui en avait été reconnaissant. Mais avec les années, des questions sur cette funeste nuit venaient le hanter toujours plus nombreuses, toujours plus douloureuses. Pourquoi Anya avait-elle pris le risque d’invoquer les pouvoirs de son ancêtre en sachant les conséquences ? Pourquoi ne s’était-elle pas enfuie lorsqu’elle en avait eu l’occasion ? Pourquoi ce vampire, qu’il avait toujours pensé dénué de toute humanité, avait pris soin de rendre le médaillon à son fils avant de partir ?

Autant de questions sans réponses qui furent un terrain propice aux doutes qui, à cette minute précise, au travers de ce trouble presque imperceptible du vampire, venaient de se muer en certitude : la certitude que sa femme les avait tous trahis pour cet homme et avait perdu la vie pour lui. Une sourde et irrépressible colère l’envahit soudain et lui noua la gorge. Il se releva brusquement et fusilla du regard le vampire qui se trouvait face à lui.

- Qu’est-ce qui se passe ? lui demanda Maïa qui assistait perplexe à cet affrontement silencieux.

Devant le regard inquiet et interrogateur de sa fille, Milan tacha de recouvrer son calme. Il était hors de question qu’elle le sache, qu’aucun autre membre de la famille ne le sache.

- Ce n’est rien, mentit-il en lui adressant un sourire réconfortant auquel elle ne crut pas le moins du monde.

Milan inspira profondément et se rassit en fuyant le regard du vampire qui n’en revenait toujours pas d’avoir été percé à jour aussi bêtement par un type aussi insignifiant.

- Je disais donc que Noura avait dû se servir de ses pouvoirs pour parvenir à faire fuir vos frères, ce qui n’a pas échappé au Conseil qui nous localisa aussitôt, reprit-il. Eux, non plus n’avaient pas renoncé à la retrouver pour la tuer et remettre la main sur le grimoire.

- Je comprends pourquoi ils veulent la tuer – j’en rêve aussi-, mais pourquoi veulent-ils récupérer le grimoire? Ça me tue de l’admettre mais il est plus en sécurité dans les mains de Noura qui ne l’était dans celles d’Anya, ne put s’empêcher d’intervenir Klaus en haussant un sourcil.

- Je ne sais pas. J’aurais peut-être dû leur demander entre le moment où ils ont abattu froidement Goran et celui où ils ont failli planter un pieu dans le cœur de Noura, répondit Milan plus froidement qu’il ne l’aurait voulu.

Elijah se figea, abasourdi.

- Le Conseil a tué l’un des leurs. C’est impossible ! s’exclama-t-il.

- Le Conseil peut-être pas, mais cet homme, Boris,  qui avait pris la place de Goran à sa tête et qui avait fait enfermer Noura, oui. Lutte de pouvoir, jalousie, peu importe la cause, toujours est-il qu’il n’a pas hésité une seconde à tuer Goran lorsqu’il s’est interposé pour protéger Noura.

- Connaissant le caractère de cette chère Noura, je suppose que le dit Boris n’a pas pu s’en vanter très longtemps, intervint à nouveau Klaus avec un sourire narquois qu’il ravala aussitôt en voyant le regard plein de reproches d’Elijah qui ne trouvait rien d’amusant à tout cela.

Bien au contraire, plus Milan avait avancé dans son récit plus il se sentait coupable de sa maladresse et ne pouvait s’empêcher de jeter des regards par la fenêtre dans l’espoir qu’elle ne se soit pas éloignée de la maison.

- Effectivement, elle lui a fait payer… , répondit Milan évasif.

- Et depuis le Conseil est plus déterminé que jamais à la retrouver. Ce qu’il ne manquera pas de faire si elle utilise à nouveau ses pouvoirs, reprit à nouveau Maïa en poussant du bout du doigt le gobelet que Noura avait tenu en direction de Klaus. Il y a des émotions qui se maîtrisent plus facilement que d’autres. Alors tachez de lui ficher la paix si vous ne voulez pas avoir un autre problème sur les bras.

Klaus regarda tour à tour la jeune femme et l’objet d’un air perplexe avant de le saisir et de le relâcher aussitôt. La sorcière était partie depuis plusieurs minutes déjà et pourtant la chaleur qui  émanait du gobelet d’étain était toujours aussi intense.

- Où est-elle allée ? demanda Elijah plus inquiet que jamais.

- Voir quelqu’un de plus compréhensif, je suppose,  ou qui en a l’air en tout cas, répondit Maïa comme une évidence.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Artemissia Gold 67457 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines