Magazine Rugby

Wallabies – What is happening down under ?

Publié le 02 octobre 2013 par Sudrugby

Quatre défaites et une victoire peu brillante obtenue à domicile face aux Argentins, voilà le triste bilan des Wallabies version Ewen McKenzie dans ce Rugby Championship 2013 avant leur dernière rencontre ce samedi face à ces mêmes Pumas au Estadio Gigante de Arroyo de Rosario. Les Australiens doivent à tout prix éviter une cinquième défaite qui serait dramatique en terme d’image au pays. Mais sont ils tout simplement capables de se réveiller pour l’emporter face à des Argentins qui seront sans surprise ultra motivés pour remporter leur premier succès en Rugby Championship? Ewen McKenzie devra trouver les mots et faire les bons choix, ce qui n’a pas toujours été le cas ces dernières semaine, de son fait ou à cause d’éléments extérieurs.

Ewen McKenzie Will Genia James Slipper Rob Simmons

Ewen McKenzie peine à trouver la solution idéale pour faire gagner ses Wallabies!

Les difficultés des Wallabies ne sont pas nouvelles, la saison 2012 ayant été un long chemin de croix pour les Green and Gold. Cependant “l’excuse” des blessés pouvait tenir ce qui n’est plus le cas cette saison. De même, tous les maux du rugby Australien ont été imputés à Robbie Deans qui, bien que responsable de ses choix hasardeux, n’était pas un cheval de Troie envoyé par les Néo Zélandais pour détruire le XV de l’autre côté de la mer de Tasman. Le soucis semble plus profond et touche tout le rugby Australien, aussi bien les franchises engagées en Super Rugby que le niveau amateur et bien entendu une fédération aux abois financièrement.

Jake White Sharks Stormers Western Province Brumbies Springboks

Jake White

Commençons tout de suite par traiter le sujet du coup de tonnerre de la semaine passée, le démission de Jake White de son poste d’entraîneur des Brumbies. Rien à voir en apparence avec les Wallabies mais pourtant, il semblerait que le désamour du technicien Sud Africain pour l’Australie soit lié à sa non nomination au poste de sélectionneur dès le licenciement de Robbie Deans. Même si le président de l’ARU Bill Pulver affirme qui rien n’a été promis à Jake White, il semblerait cependant qu’on lui ait laissé miroiter cette opportunité pour finalement nommer Ewen McKenzie. L’affaire semblait en effet arrangée depuis plusieurs mois! White qui a annoncé dans la semaine vouloir participer (et remporter) une autre Coupe du Monde est donc rentré au pays et devrait se voir confier les rênes des Sharks ou des Stormers. Certains critiques pensent aujourd’hui que White aurait obtenu des résultats plus probants que McKenzie sur ce début de Rugby Championship mais ce ne sont que des suppositions, les mêmes qui en France affirment que Fabien Galthié serait un meilleur sélectionneur que Philippe Saint André… nous n’en savons tout simplement rien! Ce qui est sûr, c’est que si White avait obtenu le poste et les mêmes résultats, les critiques seraient beaucoup plus violentes sur l’île continent… Cet épisode montre surtout les erreurs de communication dont est capable la fédération Australienne et dont elle pourrait se passer.

Bill Pulver ARU Mosman Australia Wallabies

Bill Pulver

L’ambiance est donc plutôt terne en Australie et la fédération en est en partie responsable. Il est vrai que Bill Pulver a hérité en début d’année d’une fédération aux abois financièrement et au business model non rentable, l’héritage des années John O’Neill. Hormis les couacs de communication sur la nomination d’Ewen McKenzie, secret de polichinelle qui a pourri l’ambiance au sein des Wallabies pendant la tournée des Lions Britanniques & Irlandais, la fédération a fait des déçus au sein de ses joueurs professionnels mais aussi, et de manière plus surprenante, au sein du monde amateur. Désireuse de mettre en place une compétition dite “third tier” pour obtenir en Australie un équivalent de la Currie Cup Sud Africaine ou de l’ITM Cup Néo Zélandaise, l’ARU devrait miser sur un Super Rugby “B” au sein de la poule Australienne grâce au retour des Academies directement liés à ses franchises. Alors que la Western Force et les Melbourne Rebels sont autorisés à recruter à l’étranger plutôt que de favoriser les talents locaux, il est surprenant que de telles academies puissent voir le jour dans ces régions pauvres rugbystiquement. Des joueurs du New South Wales et du Queensland devront donc changer de ville et cela va affaiblir les championnats locaux Shute Shield et Queensland Premier Rugby en particulier. Il a également été demandé aux clubs amateurs de ne plus subventionner les joueurs professionnels (ayant un contrat avec une franchise du Super Rugby), joueurs qui de ce fait ne devraient plus participer à ces tournois. En se coupant ainsi de sa base, le rugby Australien se tire une balle dans le pied. La fédération ferait mieux de contrôler certains clubs de Perth, de Melbourne ou de Canberra qui recrutent énormément de Sud Africains ou d’Islanders en espérant les naturaliser au bout de trois ans. Une telle politique devrait pousser de nombreux joueurs non internationaux à s’expatrier.

Ben Mowen Randwick Brumbies ACT Wallabies Waratahs France

Ben Mowen

Mais c’est au niveau salarial que les décisions de l’ARU choquent beaucoup de joueurs, en particulier les internationaux. Les médias Australiens ont annoncé que Ben Mowen, capitaine des Brumbies et capitaine intérimaire des Wallabies pourrait quitter le Super Rugby pour la France en 2014. Tout comme Michael Hooper et Jesse Mogg, il se serait vu refuser un “top up” de la part de la fédération. Un “top up” est une rallonge salariale que la fédé accorde à ses meilleurs joueurs pour rester compétitive face aux offres Européennes et Japonaises. Autrefois généreuse, l’ARU ne privilégie désormais que les joueurs ayant une forte exposition médiatique et donc un potentiel marketing plus intéressant pour la rentabilité. Mais les joueurs ont de plus en plus de mal à accepter que des joueurs venant d’autres sports soient prioritaires (Israel Folau, son “top up” et l’intervention d’une troisième partie sont clairement visés) ainsi que d’autres au comportement peu professionnel (les “three amigos” Quade Cooper, Kurtley Beale et James O’Connor en particulier). Une grogne assez discrète auparavant mais qui éclate de plus en plus au grand jour.

Will Genia Queensland Reds Wallabies

Will Genia

Mais cela n’explique pas pourquoi les Australiens sont aussi insipides sur le terrain. Ewen McKenzie a décidé de faire confiance à des joueurs en forme, oubliés voire snobés par Robbie Deans. Lancés dans le grand bain cette année, ils peinent à se mettre au niveau des exigences internationales. Ce groupe assez neuf manque également de repères communs là où Heyneke Meyer et Steve Hansen travaillent dans la continuité depuis quasiment deux ans. Il se pourrait en effet que seulement six joueurs sur les 23 de la feuille de match face aux Pumas ce week end aient participé à la même rencontre l’année passée… ces six joueurs étant tous avants! Le talent de certains joueurs est incontestable mais ils ne possèdent pas les automatismes des Springboks ou des All Blacks où la majorité du groupe reste constante depuis le début de l’année 2012! Il reste toutefois des choix bizarres, comme la relégation sur le banc de Will Genia, un des seuls à surnager avec Michael Hooper. La discussion sur la toujours surprenante titularisation de Nick Cummins s’est réglée toute seule avec la blessure du joueur. Plus récemment le décalage sur l’aile d’Adam Ashley Cooper a montré que McKenzie cédait à la facilité en utilisant son couteau suisse pour boucher les trous plutôt que de prendre le risque de titulariser le puissant Peter Betham et de conserver AAC au centre où il est plus que précieux. Enfin, avec Christian Lealiifano, l’Australie a réglé son problème de carence en buteur de haut niveau. Cependant le style de jeu du Brumby ne convient pas à certains observateurs qui déplorent la présence de deux “10″ dans le système McKenzie. Grâce à son jeu au pied, il apporte une certaine sérénité aux Wallabies même si on lui reproche de ne pas être assez offensif!

James O'Connor Melbourne Rebels Wallabies

James O'Connor

Ewen McKenzie reste cependant optimiste et compte sur la tournée de Novembre où les Wallabies joueront cinq matchs pour continuer les tests et étoffer son groupe. Il doit trouver l’équilibre entre les nouveaux et les anciens qui conservent sa confiance, la balance entre les “hard workers” révélés sur le tard comme Scott Fardy ou Ben Mowen et les jeunes joueurs talentueux (un peu fumistes) aux dents longues. “Link” McKenzie compte bien réussir là où John Connolly a échoué fin 2005 quand il a succédé à Eddie Jones. La fédération ne souhaite bien entendu par revivre l’échec cuisant du Mondial 2007 en France. Un bon résultat passera bien entendu par une amélioration de la discipline des joueurs, James O’Connor étant particulièrement visé. Après une saison pitoyable en terme d’image, Quade Cooper a réussi à revenir cette saison et à presque faire oublier ses frasques extra sportives. Expulsé d’un avion par la police de Perth, O’Connor, toujours sans contrat pour la saison suivante, doit obligatoirement se reprendre. Suspendu, il pourrait manquer également la tournée de novembre et avoir l’opportunité, comme Kurtley Beale, de se refaire une santé pour revenir plus fort en 2014.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Sudrugby 8173 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines