Magazine Culture

António Ramos Rosa – Parfois chaque objet s’éclaire (Por vezes cada objecto se ilumina, 1988)

Par Stéphane Chabrières @schabrieres

António Ramos Rosa – Parfois chaque objet s’éclaire (Por vezes cada objecto se ilumina, 1988)Parfois chaque objet s’éclaire
d’une pause intime en son pur mouvement
parmi les sons minutieux qui détournent
l’attention vers une cavité minime
Être ainsi aussi bref et profond
que dans le silence d’une plante
c’est être au fond du temps ou à son sommet
ou dans la blancheur d’un sommeil
qui nous révèle la scintillante substance du lieu
Le monde tient ainsi dans un limbe
et c’est comme un écho limpide et une feuille d’ombre
qui erre en tremblant parmi d’infimes lumières
Il est l’astre immédiat d’un sommeil fluvial
et lucide une éclipse nubile
où être seul c’est être au plus intime du monde

***

Por vezes cada objecto se ilumina
do que no passar é pausa íntima
entre sons minuciosos que inclinam
a atenção para uma cavidade mínima
E estar assim tão breve e tão profundo
como no silêncio de uma planta
é estar no fundo do tempo ou no seu ápice
ou na alvura de um sono que nos dá
a cintilante substância do sítio
O mundo inteiro assim cabe num limbo
e é como um eco límpido e uma folha de sombra
que no vagar ondeia entre minúsculas luzes
E é astro imediato de um lúcido sono
fluvial e um núbil eclipse
em que estar só é estar no íntimo do mundo

***

António Ramos Rosa (1924-2013)Le Livre de l’ignorance (O Livro da Ignorância, 1988) – Traduit du portugais par Michel Chandeigne



Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Stéphane Chabrières 13365 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines