Magazine Culture

LE WUNDERKIND ET LA PIÈCE D'ARGENT de G.L. D'Andrea

Par Phooka @Phooka_Book

LE WUNDERKIND ET LA PIÈCE D'ARGENT de G.L. D'Andrea
Editions Bayard345 pages15,90 euros
Résumé :

Caius Strauss, un garçon taciturne, voit sa vie basculer le jour où Herr Spiegelmann lui offre une pièce d'argent. Sous ses yeux, apparaît un quartier inquiétant, près de Montmartre, appelé "le Dent de Nuit". Par une nuit d'orage, d'horribles créatures griffues aux dents pointues surgissent dans sa chambre. Grâce à un homme en noir, Caius échappe de peu à la mort. Il trouve refuge au Dent de Nuit... Il apprend bientôt qu'il est le Wunderkind, l'élu, et que des hommes sont prêts à donner leur vie pour le protéger.

L'avis de Dup :
Caius est un petit parisien de onze ans, chétif, maladif. Herr Spiegelmann dit le Marchand va l'aborder un jour et lui confier une pièce en argent mystérieuse. Celle-ci génère en Caius un profond malaise et surtout, impossible pour lui de s'en débarrasser. Elle resurgit systématiquement. La nuit qui suit sa dernière tentative d'abandon, sa maison est assaillie par d'horribles créatures toutes en dents, des Cagoulards, tandis que ses parents succombent à l'attaque de Vermoulus aux baisers de mort... Caius ne devra sa survie qu'à l'intervention d'un Changevaleur (un magicien) puissant, Gus. Celui-ci va l'emmener dans un quartier de Paris qu'il n'a jamais vu, qui n'existe sur aucune carte et pourtant très proche de chez lui, le Dent de nuit.

Caius va ainsi apprendre qu'il est le Wunderkind, l'élu, et que ça lui fait une belle jambe parce que personne ne sait ce que cela veut dire ni à quoi il sert ou va servir ! Mais il apprend également que c'est Herr Spiegelmann qui manipule les Caloulards et les Vermoulus et que c'est donc lui qui a commandité l'assassinat de ses parents. Du haut de ses onze ans, il fait le serment de le tuer...Caius sera aidé dans sa lutte par Gus et quelques autres Changevaleurs, par Buliwyf, un lycanthrope, la belle Rochelle, une Raréfiée ( une race très rare :)), condamnée à ne toucher personne ), par Pilgrind ( alors lui, je dirai une sorte de croquemitaine, en fait je n'ai pas compris exactement ce qu'il était...). Et puis, je ne vais pas vous détailler les autres "espèces" appartenant aux vilains-pas-beaux de l'histoire, ils sont nombreux, forts repoussants et surtout très mauvais. Cela va du Chasseur, au Caliban en passant par des Démons. L'imagination de cet auteur est sans limite et m'a, je l'avoue, perdue plus d'une fois !Apparemment, le fait d'être Wunderkind va valloir à Caius d'être impliqué dans l'immense plan machiavélique concocté par Herr Spiegelmann. Car l'ambition de ce dernier est sans fond, et ce n'est pas pour rien qu'on le surnomme le Marchand.

Les choses allaient changer, pensa-t-il. Radicalement.Il allait être récompensé. Et alors, oh, alors, il pourrait donner un prix à chaque chose. Vendre du sel aux larmes, des baisers aux bouches. Il pourrait transformer le monde en un endroit étincelant, à son image et à sa ressemblance. L'univers en région commerciale illimitée où toute chose serait monnaie et argent. L'eau, les pluies et les mers qui les accueillaient, les poissons et leurs excréments. Il pourrait vendre de la chaleur au Soleil et de la liberté aux albatros, et s'amuser à fermer les yeux aux créanciers.
Des délires comme ça foisonnent dans ces pages ! Personnellement, j'adore.J'ai bien aimé également la vision de la magie de l'auteur. Il y a la magie gentille, la magie blanche en gros, qui s'appelle la Permutation d'Ici. Le Changevaleur brûle des souvenirs pour obtenir ce qu'il veut. Tout à un prix n'est-ce-pas et celui-ci n'est pas anodin... A l'inverse, il y a la Permutation d'Ailleurs Mais peu s'y adonne car le prix à payer est le sang, et en plus, cette magie créé une dépendance terrible.Mais ce que j'ai adoré, c'est la fin de ce roman. Les sept derniers chapitres sont grandioses. Une armée pour le moins originale qui livre bataille. Une idée de fou, génialement exploitée, c'est énorme !!! Un coup de chapeau en passant au traducteur qui a dû bien délirer lui aussi en traduisant cet auteur ! Et un très bref épilogue qui relance le lecteur sur les starting-blocks pour lire le volume suivant, ce que je ferai assurément.Voilà un livre bien surprenant, car il faut que j'avoue avoir eu bien du mal au début. Je n'y comprenais rien et je me suis demandée si je n'allais pas interrompre ma lecture. Malgré des passages géniaux, le fond m'échappait complètement. Puis la mayonnaise a commencé à prendre pour finir sur une apothéose qui me laisse ébahie ! Il ne vous reste qu'à vous faire votre propre opinion... en tous cas, une chose est sûre, je ne regrette pas du tout ma lecture.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Phooka 16646 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines