Magazine Cinéma

Ce Cher (Patrice) Chéreau...

Par Filou49 @blog_bazart
08 octobre 2013

patrice-chereau-006Hier soir, j'ai appris avec une certaine tristesse la mort le matin même de Patrice Chéreau à 68 ans d'un  cancer des poumons.

Certes,  je n'avais jamais eu l'occasion de voir une de ces pièces de théâtre alors même que l'artiste est avant d'être cinéaste,  un homme de théâtre ( avec notamment des collaborations fructueuses avec  Roger Planchon)

Mais malgré ce manque, j'appréciais beaucoup  l'homme,  notamment pour ses prises de positions engagées à gauche,et même s'il trainait une réputation de directeur d'acteurs pas forcément évidente ( un peu le procès que l'on fait à Abdelatif Kechiche je présume), l'auteur avait une telle exigence dans son travail qu'il faisait pratiquement l'unanimité chez ses confrères et chez tous les professionnels, du cinéma, du théâtre et de l'art lyrique, où il commenca d'ailleurs sa carrière.

Car Patrice Chéreau avait gagné une vraie assise et également une indéniable réputation internationale pour ses mises en scène à l'esthétisme novateur, ciselé et grandiose.

Je me souviens d'ailleurs avoir vu très jeune L'homme blessé , le premier rôle de Jean Hugues Anglade, et avoir été assez subjugé (mais me sentant aussi un peu interdit) par cette  peinture  à la fois sombre  et exaltée de l'homosexualité, à une époque, rappelons le, où le sujet paraissait encore bien tabou dans les moeurs.

Si, en revanche, je suis passé un peu à coté de la Reine Margot, film inspiré de l'oeuvre d'Alexandre Dumas, que j'avais trouvé un peu boursouflé et ampoulé ( et puis j'ai du mal avec Adjani, désolé), j'avais été totalement pris par le voyage cahotique et enfiévré de "Ceux qui m'aiment prendront le train en 1997, qui fut son plus beau succès populaire, et, Gabrielle, en 2005, tiré d'une nouvelle de  Joseph Conrad me laisse le souvenir d'une joute apre et cruelle entre Isabelle Huppert et le trop rare Pascal Grégory. 


Ce Cher (Patrice) Chéreau...

Mais, à mes yeux,  son plus beau film, sans doute, fut très certainement cet  Intimité,  le seul qu'il tourna en anglais, récompensé par l'Ours d'or à Berlin ( je me souviens avoir été fier qu'un cinéaste français ait la récompense ultime dans un grand festival, quelques années avant Laurent Cantet et  ...Kechiche, tiens donc).

Dans ce long métrage, vu en salles en 2001, Chéreau dresse le portrait incadescent d'une relation charnelle et explosive entre deux êtres  ( joué avec énormément de ferveur par la Néo-Zélandaise Kerry Fox et le Britannique Mark Rylance), une histoire d'amour a priori classique, que la mise en scène fiévresse et enflamée de Chéreau arrivait à sublimer totalement .

12 années après avoir eu ce choc au cinéma, l'annonce du décès de ce grand artiste donne à coup sûr envie de se replonger dans son Intimité...

Trailer: Intimité de Patrice Chéreau VF


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Filou49 15144 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines