Magazine Cinéma

FIFF : Violette de Martin Provost

Par Misteremma @misteremma

Décidément, Martin Provost a un faible pour les personnages féminins atypiques ! Après le succès de Séraphine en 2008, qui remettait au goût du jour la femme de ménage et peintre de talent interprétée par Yolande Moreau, le réalisateur français revient cette fois avec Violette. Comme Séraphine, Violette Leduc est une artiste un peu délaissée par l’Histoire, écrivain contemporain de Sartre et de Simone de Beauvoir, qui la soutiendra de ses débuts littéraires à sa consécration au début des années 60. Pour incarner cette femme à la psychologie fragile, Martin Provost a choisi Emmanuelle Devos, tandis que Sandrine Kiberlain lui donne la réplique dans le rôle de Simone de Beauvoir.

On a l’impression qu’elle le fait exprès : tout au long du film, Violette Leduc tombe amoureuse d’hommes qui n’aiment pas les femmes et de femmes qui ne veulent pas d’elle, que ce soit l’écrivain homosexuel Maurice Sachs, le premier qui la poussera à écrire, l’industriel Jacques Guérin (interprété par Olivier Gourmet), qui la soutiendra durant plus de 15 ans, ou encore et surtout Simone de Beauvoir, à qui elle déclare sa flamme dans un long poème en prose, L’Affamée. Encouragée par la compagne de Sartre, qui croit en son talent et se bat pour qu’elle arrive à percer dans le monde littéraire d’après-guerre, Violette raconte sa vie tourmentée à travers des romans au ton à la fois poétique et osé pour l’époque. Enfant illégitime, « bâtarde » se sentant mal-aimée par sa mère et rejetée par celles et ceux sur qui elle jette son dévolu, elle tente tant bien que mal de composer avec ses névroses et sa solitude récurrente.

Le film de Martin Provost a le mérite de nous faire découvrir un personnage contemporain duquel on n’avait pas ou peu entendu parler. Une femme à la fois entière et torturée, pour laquelle on ressent une compassion certaine mais aussi pas mal d’agacement. Car son côté immature et ses tendances psychotiques finissent un peu par nous lasser, après plus de deux heures de film. Emmanuelle Devos reste la comédienne de talent qu’on connaît, mais le personnage de Violette Leduc n’a pas la carrure d’une héroïne inoubliable, ni le charisme d’une Simone de Beauvoir.

Violette

Violette Leduc, née bâtarde au début du siècle dernier, rencontre Simone de Beauvoir dans les années d’après-guerre à St-Germain-des-Prés. Commence une relation intense entre les deux femmes qui va durer toute leur vie, relation basée sur la quête de la liberté par l’écriture pour Violette et la conviction pour Simone d’avoir entre les mains le destin d’un écrivain hors norme.

Sortie : 06/11/2013
Durée : 2h19
Année de production : 2013
Genre : Drame, Biopic
Origine : France, Belgique
Réalisateur : Martin Provost
Acteurs : Emmanuelle Devos, Sandrine Kiberlain, Olivier Gourmet


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Misteremma 42529 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines