Magazine Culture

Tribulation d'un petit Renard au Gambetta

Publié le 05 mai 2008 par Reyep
Mercredi 30 avril se tenait au Gambetta le Gakuen Showdown, rassemblement de trois groupes (au lieu de quatre initialement prévus après l'annulation de la formation Herotic Project) inspirés par la musique japonaise pour la modique somme de 5€.
Avant de commencer, il faudra m'expliquer quelque chose sur les lieux parisiens. Logiquement un bar se nommant le "Gambetta" devrait se trouver près de la place du même nom... Mais non... Il faut qu’il se trouve à près de vingt minutes à pied... C'est donc avec trois quarts d'heure de retard (car la ponctualité n'est pas mon fort) que j'arrive, ayant eu la (mal)chance de rater le premier groupe, une formation punk.

Résonnent donc à mon entrée les premières notes d'Atomsk, tout jeune groupe faisant honneur au terme visual kei. En effet, le groupe est l'un des seuls qui en France se soit complètement approprié le terme et n'hésite pas à ressortir un univers extrêmement cohérent, aussi bien visuellement que musicalement.

Se basant dans un univers Steampunk uchronique, sur lequel le chanteur Meiji8 se hasarde à faire un discours improvisé, la musique marie habilement metal, rock et jazz dans un melting pot déjà fort cohérent pour un si jeune groupe. Car pour un premier concert, Atomsk a clairement assuré, chose pouvant être difficile dans des conditions qui, pour les groupes, laissent à désirer.

Même si l'on pourra reprocher un petit manque de présence (surement lié au stress), on se laisse facilement emporter dans un tourbillon vaporeux, où violon et clavier s'accordent diaboliquement avec une batterie déchaînée et variée, tandis que basse et guitare se laissent entendre avec joie et talent.
Strings for powerLe plus gros point d'interrogation concernait le chant. Sur ce point, même si ses vocalises s'avèrent particulières et ne peuvent plaire à tout le monde, Meiji8 s'en tire extrêmement bien et chante avec justesse et talent.
On se laisse alors entraîner dans des compositions dansantes et variées, tant et si bien que le public demandera au groupe de rejouer l'une de ses chansons.
Après ce premier groupe, vient le tour des rockeurs de Strings for power. Là encore le niveau est élevé, bien que le genre soit bien différent des groupes qui jouent ce soir avec eux. En effet, on touche là à du rock pur et dur, qui fait plus penser à du B'z ou Galneryus qu'aux groupes visualeux. Pour une fois qu’un groupe joue ce genre peu représenté et qui influence peu la scène française, on ne peut que lui tirer un grand coup de chapeau, encore plus vu la qualité de ce live, à peine entaché par quelques couacs sonores.
Le chant de Ken surplombe les mélodies avec une grande justesse et qualité. Pour une fois que l'on a droit à un groupe chantant en japonais sans que cela sonne faux... On est alors subjugué par le chant très doux, très émotif, s’accordant parfaitement aux chansons du groupe ; varié, doux et extrêmement mélodique, ce metal est parfaitement exécuté par les musiciens.
Que ce soit Vitto, l'excellent guitariste (qui sans en faire trop parvient quand même à en mettre plein la vue), ou bien la basse de Makk's, aucun instrument n'est mis en avant, et se dégage alors un tout parfaitement juste et dans lequel on se laisse entraîner tant et si bien que le concert passe trop vite et que c'est avec tristesse qu'on voit le groupe quitter la scène sur la reprise de "The World" de Nightmare.
Là encore, c’est un groupe que l'on aimerait vite revoir avec la formation actuelle dans de meilleures conditions, Strings for power étant excellent sur scène.
Atomsk

Le set de Black Flower Child, dernier groupe de la soirée, commence quelques minutes après. La salle commence à se vider et le groupe jouera, malheureusement, devant un public clairsemé, le plus pauvre de la soirée. Autant le dire tout de suite : leur musique n'est pas ma tasse de thé.
Non pas que ce soit mauvais, bien au contraire, mais leur musique ne me touche pas et le genre n'est pas celui que j'aime, du moins en CD. Et en live cela a du mal à passer, même si la formation se fait plaisir et joue avec talent. Car même si leur style ne me parle pas, ce serait de la mauvaise foi de dire qu’ils n'ont pas joué correctement. Tout juste pourra-t-on leur reprocher une certaine linéarité dans les ambiances, mais mon avis est finalement plus positif en sortant de la salle qu'en y entrant. Les chansons passent en effet avec brio l'épreuve du live.
Le concert se finit alors, et tout ce que l'on peut souhaiter, c'est que ce genre d'événements se renouvellent très rapidement, avec les mêmes groupes et pourquoi pas d'autres artistes tels que Closer ou Lyre. Car il serait bête qu'une si bonne initiative ne fasse pas des émules : ce live a été très bon, les trois groupes ont joué avec plaisir et cela se sentait !

Texte : FoXjapan
Photos : Sheena

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Reyep 25 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog