Magazine Culture

Twin Peaks (film), David Lynch - impressions sorties tout droit des entrailles.

Publié le 13 octobre 2013 par Romaneg
J'écris ici parce qu'hier soir, pour la deuxième fois de ma vie, j'ai été en colère contre le cinéma. Mais pour la première fois j'étais en colère et fascinée. Eh oui, j'ai vu Twin Peaks
Le film, pas la série (que je commence dès ce soir). Ca change tout parce que le film est beaucoup plus dense, à ce qu'on m'a dit, que la série. J'espère bien. La seule fois où je m'étais sentie aussi oppressée c'était pour le dernier Audiard, De rouille et d'os. Un film bien, en tout cas marquant pour ma part puisqu'il m'arrive d'y repenser et rarement de façon péjorative. Mais je me rappelle surtout de ce moment où, coincée sur mon siège, je m'étais mise en chialer quand le gosse se retrouve piégé sous la glace. La scène était construite très classiquement, avec des plans rapides, terrifiants, "claustrophobants"; une scène longue, plus longue que le temps du récit histoire de te faire bien paniquer. Classique. 
Eh ben Twin Peaks c'est un peu cette sensation de suspense horrible pendant deux heures. Pas le suspense des films d'action, celui durant lequel on ne doute pas que le héros va s'en sortir (et les rares fois où il ne s'en sort pas c'est un tel choc... RIP Dumbledore). Ici c'est plutôt qu'on ne doute pas que ça va aller de pire en pire. C'est la descente aux enfers progressive - d'une très belle façon bien sûr (c'est Lynch quoi). On s'enfonce progressivement dans les limbes de son univers fou, terrible. 
Vous voyez, j'en parle comme si ce film était génial. Parce qu'il est génial bien sûr ! 
Alors pourquoi j'ai voulu me sauver en courant ? Pourquoi j'ai pleuré, paniquée, une fois le film terminé ? Pourquoi j'en ai voulu à Lynch, lui parlant entre mes sanglots dans un délire proche de celui du personnage principal ? 
On y arrive : ce film m'a si profondément touchée, m'a si profondément parlé qu'il m'a fait peur. C'est une réaction classique quand on va chez le psy et qu'il vous dit quelque chose de vrai sur vous que vous n'aviez absolument pas envie d'entendre. A ce moment là vous vous débattez, vous mettez en colère, pleurez. Et puis vous réfléchissez et putain, merde, c'est vrai. C'est vrai et c'est pas si grave. 
Et ben voilà, ce film là c'était ça. Et c'était terrible de s'identifier autant à Laura Palmer, pleurnicharde paumée qui prononce uniquement des phrases philosophico-tragiques. Et qui, accessoirement, se fait tuer par son père.
J'étais en colère aussi parce que ce qu'il avait fait là, c'est ce que je croyais vouloir faire. Et je me suis rendue compte que je n'avais pas envie de ça. Pas envie de faire ça aux gens. Et j'ai cru que ça signifiait la fin de mon envie de cinéma. 
En fait, non. Je sais juste que pour l'instant, je n'irai pas aussi loin que lui ou en tout cas pas de la même façon et c'est tant mieux. Je sais juste que je suis toujours du côté de Sfar : raconter des histoires, si possible qui veulent dire quelque chose. Je sais que je suis toujours du côté d'Astier aussi. Bref. 
Je crois que je suis toujours en colère contre Lynch, je lui en veux de toujours faire ça, d'avoir fait ça; d'avoir en lui cet univers si étrange, fascinant et effrayant. Je lui en veux de m'imposer (alors que c'est moi qui me l'impose) ses délires. Je préférais Tim Burton, c'était plus facile. Et j'avais préféré Saylor et Lula, et Mulholland Drive. Mais je lui suis aussi reconnaissante parce qu'il fait des choses si belles aussi parfois. Même dans Twin Peaks
C'était très étrange, en dix jours, de finir la série Soprano, de voir La Reine Margot, de voir Twin Peaks. Ca symbolise peut-être les trois pôles me tiraillant ces derniers temps. Et en même temps lire du Malraux. Et avoir tout ça mélangés en même temps et réussir à dormir, je vous le dis, c'est un miracle. 

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Romaneg 39 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte