Magazine Bébé

Perdre un mari, un père…

Publié le 15 octobre 2013 par Journalmd @journalmd

Elle a perdu son mari il y a 6 mois. Cela a été un choc pour tout le monde, chacun avait sa peine à gérer mais il ne fallait pas trop la montrer pour ne pas les accabler elle et ses 4 enfants. La vie a repris son cours tant bien que mal…

Nous étions un groupe de mamans, de parents élus au conseil d’école, avec plus ou moins d’affinités, plus ou moins de disponibilités. Les enfants grandissant, nous nous voyions moins à la sortie d’école, encore moins aux réunions. Il y a eu les passages au collège, puis au lycée, le bac des aînés, le début des études supérieures ; quelques petits derniers nés nous ont permis de garder le contact.

Et ce coup de semonce a rassemblé tout le monde ou presque autour de leur famille. Leurs enfants sont formidables de courage, de bonne humeur. J’adore les croiser dans le bus le mardi soir et je goûte le plaisir de leurs bisous quand nous nous séparons sur le trottoir à l’arrêt du bus et que je leur demande d’embrasser leur maman pour moi. Elle fait face, prend des décisions difficiles comme la vente de la maison pour se rapprocher des écoles, du travail, des copines…

Le groupe de mamans s’est reformé instinctivement autour d’eux pour accompagner à l’école, pour prendre un café, pour partager une pizza, une crêpe. Nous parlons des enfants, de lui, du boulot, des courses, des visites d’appartements. Nous rions, sourions, parfois nous sommes gênées d’être aussi gaies et pourtant elle a une façon bien à elle de nous remercier, de nous faire comprendre comme elle apprécie ses 2h entre femmes.

Elle est volontaire, courageuse, je ne sais pas comment elle fait ! Je suis admirative de sa façon de tout prendre à bras le corps, de gérer parfaitement ses priorités, de gérer sa peine en acceptant que sa vie continue… Je crois qu’il ne peut être que fier d’elle et d’eux. Je crois qu’il le savait en l’épousant et c’est pour çà qu’ils formaient ce couple si sympathique.

Son fils a ses gestes, cette façon d’enlacer, de toucher, de sourire, son humour. J’ai un coup au coeur à chaque fois que je le vois : son père sera toujours là.

Cet article Perdre un mari, un père… a ete ecrit sur Le journal d'une mère... débordée !.

Vous aimerez peut-être :

Perdre un mari, un père…
Croire au Père Noël…
Perdre un mari, un père…
Apprentis Père Noël…
Perdre un mari, un père…
Etre père…

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Journalmd 2125 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog