Magazine Animaux

Philippe Martin "s'engage" à effaroucher et déplacer des ours

Par Baudouindementen @BuvetteAlpages

Ours des Pyrénées : le ministre de l'Ecologie Philippe Martin veut des "effarouchements" voire des "déplacements".

En visite au congrès de l'Association nationale des élus de montagne (ANEM) à Cauterets (Hautes-Pyrénées), Philippe Martin s'est voulu très rassurant pour les éleveurs de montagne qui demandent le retrait de l'ours après des attaques de troupeaux.

Philippe Martin, le ministre de l'Ecologie, ne s'était pas encore exprimé au sujet de l'ours dans les Pyrénées. Il l'a fait jeudi 17 octobre, dans son discours devant le congrès de l’Association Nationale des Elus de Montagne (ANEM) et dans des termes sans équivoque : le ministre parle d'opération "d'effarouchement" pour éloigner les ours des zones à troupeaux. Il va même plus loin en parlant de mesures "de déplacement" pour certains.

“Je veux aussi avoir une conception pragmatique de cette question, je l’ai dit tout à l’heure et je le redis ici :  de soutiens publics sont mis en place en vue de financer la protection des troupeaux, surtout par le renforcement du gardiennage, mais ponctuellement, même si elle ne sont pas la règle,  des interventions plus importantes, d’effarouchement, de déplacement auront lieu si elle sont nécessaires. J’en prends l’engagement bien sur, ici.
Source (FR3)

Le changement, c'est maintenant.

Première réaction...

Pour l'ADET, le première position de Philippe Martin sur l'ours est un faux pas !

Les associations Ferus et Pays de l’Ours – Adet sont stupéfaites et scandalisées par la première prise de position du Ministre de l’Ecologie au sujet de l’ours dans les Pyrénées.
L’histoire retiendra que « effarouchement », capture et « déplacement » sont les premiers mots de Philippe Martin sur l’ours dans les Pyrénées qu’il est pourtant chargé de protéger.
C’est bien la première fois qu’un Ministre de l’Ecologie accède aux demandes les plus extrêmes d’un lobby anti-environnemental sans aucune concertation, sans même avoir entendu les associations de protection de la Nature !
N’est-il pas du devoir minimum d’un Ministre d’écouter les différentes parties avant d’annoncer des mesures sur un sujet aussi sensible ?
C’est d’autant plus grave que les mesures annoncées sont illégales, irréalistes et inefficaces. De précédents arrêtés d’effarouchement ont d’ailleurs été traduits devant le Tribunal administratif par les associations et le Ministre aurait pu en attendre les conclusions.
Il est urgent que Philippe Martin, Ministre de l’Ecologie et non de l’Agriculture, daigne nous accorder le rendez-vous que nous sollicitons pourtant avec insistance depuis le mois de juillet.
Il se rendra alors compte que la situation est bien différente de ce qui lui a été dit et que les vraies solutions, à la fois sérieuses, respectueuses et durables sont ailleurs que dans l’acharnement contre les espèces protégées.

Paroles de ministres de l'écologie

Philippe Martin restera comme le ministre de l'effarouchement, sans doute l'excellence en matière de sauvegarde de l'ours ! Le Collaro show !

21 janvier 2010 - Paris - Chantal Jouanno annonce qu' il y aura bien des réintroductions. L'annonce sera faite après les élections. : « Le principe est simple : on ne renonce pas au plan ours. Donc ça, il y aura des réintroductions parce que de toute façon, sinon la population n'est pas viable. Je ne serai pas la ministre qui renoncera aux engagements internationaux de la France... »
26 juillet 2010 - Chantal Jouanno, annonce à Toulouse que “Tout ours tué par l’homme sera systématiquement remplacé.
“
16 octobre 2010 - Chantal Jouanno confirme un lâcher d’ours en 2011
1 juin  2011– NON! Nicolas Sarkosy a pris la décision, il n'y aura pas de réintroduction en Béarn à cause de la "sécheresse".
1 août 2012 – Par un arrêté du 1er août 2012, le préfet des Hautes-Pyrénée a autorisé "l'effarouchement" de l'ours sur l'alpage de Bachebirou (Luz-Saint-Sauveur) où... les troupeaux ne sont pas gardés.
30 janvier 2013 -  Il n'y aura pas de lâcher d'ours dans les Pyrénées cette année. La ministre de l'Environnement, Delphine Batho, estime que c'est prématuré. Le dossier est jugé “incomplet” : Et si la camionnette tombe en panne?
juin 2013 - La FDSEA traque Cannellito en pays toy. Cette battue d'effarouchement serait "une action syndicale consistant à éloigner le prédateur". Elle a été organisée par une vingtaine d'éleveurs haut-pyrénéens et la FDSEA 65 contre l'ours Cannellito, le jeudi 6 juin dans la nuit. Les éleveurs toys lancent un ultimatum à l’Etat :  le Préfet dispose de 48h pour retirer l’ours. « Passé ce délai s’il n’est pas retiré, tout sera mis en œuvre pour l’abattre ».


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Baudouindementen 13860 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte