Magazine Cinéma

CINEMA : Quai d’Orsay de Bertrand Tavernier

Par Misteremma @misteremma

Quai d’Orsay est une adaptation de la bande dessinée éponyme de Christophe Blain et Abel Lanzac. Ce second, de son vrai nom Antonin Baudry, a travaillé au ministère des Affaires étrangères et la BD retrace son expérience.

Lorsque Bertrand Tavernier a reçu la bande dessinée en cadeau, il l’a dévorée en une nuit et le lendemain matin, il a demandé l’achat des droits pour en faire une adaptation cinématographique. Il n’était pas seul sur le coup. Les auteurs ont également reçu une demande d’adaptation pour un autre film et une série. Tavernier a gagné la bataille mais pas encore celle de l’adaptation car adapter une bande dessinée est souvent risqué. Dans les cases imaginées par les auteurs, il existe de nombreuses métaphores pour illustrer la vie intérieur du héros. Il était souvent compliqué (voire suicidaire) de retranscrire ces images. Bertrand Tavernier a préféré développer le personnage de la petite amie pour y parvenir.

On pourrait s’étonner de voir Bertrand Tavernier à la réalisation même si l’on sait que l’homme aime changer de style et aller là où on ne l’attend pas. Quai d’Orsay pourrait être considéré comme sa première comédie.

Le film est réussi. Vous vous trouvez devant une comédie intelligente où les bons mots fusent dans ce dialogue de sourd. Thierry Lhermitte revient à la comédie par la grande porte, avec plus de maturité et un scénario à la auteur de son talent.

Quai_Orsay_Affiche

Alexandre Taillard de Vorms est grand, magnifique, un homme plein de panache qui plait aux femmes et est accessoirement ministre des Affaires Étrangères du pays des Lumières : la France. Sa crinière argentée posée sur son corps d’athlète légèrement halé est partout, de la tribune des Nations Unies à New-York jusque dans la poudrière de l’Oubanga. Là, il y apostrophe les puissants et invoque les plus grands esprits afin de ramener la paix, calmer les nerveux de la gâchette et justifier son aura de futur prix Nobel de la paix cosmique. Alexandre Taillard de Vorms est un esprit puissant, guerroyant avec l’appui de la Sainte Trinité des concepts diplomatiques : légitimité, lucidité et efficacité. Il y pourfend les néoconservateurs américains, les russes corrompus et les chinois cupides. Le monde a beau ne pas mériter la grandeur d’âme de la France, son art se sent à l’étroit enfermé dans l’hexagone. Le jeune Arthur Vlaminck, jeune diplômé de l’ENA, est embauché en tant que chargé du “langage” au ministère des Affaires Étrangères. En clair, il doit écrire les discours du ministre ! Mais encore faut-il apprendre à composer avec la susceptibilité et l’entourage du prince, se faire une place entre le directeur de cabinet et les conseillers qui gravitent dans un Quai d’Orsay où le stress, l’ambition et les coups fourrés ne sont pas rares… Alors qu’il entrevoit le destin du monde, il est menacé par l’inertie des technocrates.

Sortie : 06/11/13
Durée : 1h53
Année de production : 2013
Genre : Comédie
Origine : France
Réalisateur : Bertrand Tavernier
Acteurs : Thierry Lhermitte, Raphaël Personnaz, Niels Arestrup, Bruno Raffaelli, Julie Gayet


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Misteremma 42529 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines