Magazine Culture

amour

Publié le 11 novembre 2013 par Picotcamille @PicotCamille

"Adieu, Camille, retourne à ton couvent, et lorqu'on te fera de ces récits hideux qui t'ont empoisonnée, répo,ds ce que je vais te dire: Tous les hommes sont menteurs, inconstants, faux, bavards, hypocrites, orgueilleux ou lâches, méprisables et sensuels; toutes les femmes sont perfides, artificieuses, vaniteuses, curieuses et dépravées; le monde n'est qu'un égout sans fond où les phoques les plus informes rampent et se tordent sur des montagnes de fange; mais il y a au monde une chose sainte et sublime, c'est l'union de deux de ces êtres si imparfaits et si affreux. On est souvent trompé en amour, souvent blessé et souvent malheureux; mais on aime, et quand on est sur le bord de sa tome, on se retourne pour regarder en arrière, et on se dit: J'ai souffert souvent, je me suis trompé quelquefois mais j'ai aimé. C'est moi qui ai vécu, et non pas un être factice créé par mon ennui."

Perdican, On Ne Badine Pas Avec L'Amour, Acte II scène V

Alfred de Musset

Une fois n'est pas coutume, je me contente d'une (longue et belle) citation pour cette note.

Bonne fin de week-end.

DSCF0005

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Picotcamille 366 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte