Magazine Culture

Anthologie permanente : Charles Pennequin

Par Florence Trocmé

Il est particulièrement difficile d’extraire des textes des livres de Charles Pennequin. Je tente ici de donner un aperçu de son travail en puisant à trois sources, différentes, du premier au dernier livre parus. 

Essore vide espace devant
les miroirs ici elles se glissent
les formes il faut travailler
la tension des lessives
et leur verbe il faut
la vaisselle les casseroles faire monter
la soupe un certain degré
de paroles contre le mur
et les rires dont les corps
sont rompus à la forme des vieux
restes de cuisine le graillon dans l’armoire
où sont les filtres et les bassines dans
le fluide traverser les chaleurs
qui sommeillent dans un jet les sons
de l’escalier on raccroche
les ustensiles de cuisine et on repart
à ressasser je ne puis m’obstiner
comme un animal interminablement
penser le paysage noter ce qu’il me
faut un groët une brouette ou du fil
pour aller plus loin
plus profond dans les labeurs

Charles Pennequin, Le Père ce matin et autres textes, repris dans Fusées n° 10, p. 27.

Je m’occupe. Je m’angoisse. Je voudrais m’occuper. Occuper mon angoisse. Et occuper toutes les autres. Toutes les angoisses. Tout prendre et tout mettre là. Et puis après redistribuer, comme des maillots de foot. Chacun son maillot angoissant. On fait des équipes. On s’angoisse en groupe. On a des chapelles d’angoisses. Et on prie pour que ça dure.

Trouer le temps. Penser les trous. Penser les trouées. Trouer du temps. Avoir des creux. Sentir le creuser. Penser dans les creux. Comme pour respirer. Penser dans le corps. Le corps du temps. Tenter d’être un respirant. C’est-à-dire un qui pense. Qui pense son un dans les trous pensés. Les trous pensés du temps. Avoir un temps. Être un en une respiration. Les trous respirent. Tous les êtres ont des trous. Sont bourrés. Le souffle bourre. Le souffle va bourrer mon esprit. Tous les êtres pensent en soufflant. Le souffle est la pensée de celui qui a son être qui gonfle. Tous les êtres gonflent. Ils sont gonflants de pensées. Ça les poursuit. L’esprit les suit jusque dans la tête. L’esprit pousse la tête à se jeter dans la bouche. La bouche n’a lus qu’à souffler. A faire pendre dehors sa pensée.

Charles Pennequin, La ville est un trou, suivi de Un jour, P.O.L., 2007, p. 105 et 106

[...] c’est tentant de ne pas désespérer, mais tout est désespérant et il faut le siffler, il faut siffler la désespérance, c’est ça qu’il faut leur dire aux gens qu’on engueule pour la bonne cause, cause toujours, plus tu causes plus je te ferai fermer la gueule face d’oignon, non ? Non tu fermeras pas ta face d’oignon ? Ta face de cul d’oignon prête à peler, toutes les peaux pelées de l’oignon non ? On leur crie ça dans l’oreille, on fait comme des bruits de porte qui grincent dans l’oreille ; on nettoie la cervelle, on crie des chants animaux dans l’oreille des gens, il n’y a plus que ça à faire, il n’y a rien d’autre à faire, ras-le-bol des mots gentils à lire sur des bouts de papier, ras-le-bol de tous vos mots de gens concernés culturellement parlant, maintenant il faut gueuler dans l’oreille, c’est le concept de maintenant, c’est concépété pour maintenant, car maintenant est un temps en vacillement, car maintenant est un temps recouvert de la boue [...]

Charles Pennequin, pas de tombeau pour Mesrine, Al Dante, 2008, p. 9.

bio-bibliographie de Charles Pennequin

index de Poezibao
Revenir à la Une de Poezibao

Sur simple demande à f.trocme@poezibao.com,
→ Recevez chaque jour de la semaine "l'anthologie permanente" dans votre boîte aux lettres électronique
ou
→ Recevez le samedi la lettre d’information, avec les principales parutions de la semaine sur le site (les abonnés à l’anthologie reçoivent automatiquement cette lettre)
• Merci de préciser "abonnement à l’anthologie" ou "abonnement à la lettre seule


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Anthologie permanente : Pascal Commère

    Je rappelle que Pascal Commère vient de publier deux livres, Les Commis et Graminées au Temps qu’il fait Ployées, quelques-unes dans un autre sens penchées aprè... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Mimi Khalvati

    Revenir sur l’île, c’est être à la dérive, mais toujours face à la même mère qui reste sur la... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Gérard Cartier

    (le palimpseste) Le jardin est de ces parchemins que rend parfois le temps, à qui deux époques ont confié leur récit. L’un calligraphié d’une main ferme, une... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Constantin Kaïteris

    six rimes helicoïdales au large reprises a la rame Oui, il ne suffit pas de partir en bateau, repoussant derrière soi, boue figée, le rivage et les ancres... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Mathieu Bénézet

    Ce moment ressemble à un enfant Le poids du corps n’est plus semblable, oublié, presque à l’état d’immobilité dans la marche Le vol des oiseaux de mer est... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Charles Olson

    Tanto e Amara J’ai entendu la terrible chanson que je n’avais pas entendue au milieu de ma vie, non, je ne l’avais pas entendue. Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Charles Olson

    naît le 27 décembre 1910 à Worcester (Massachussets), d’un père d’origine suédoise et d’une mère d’origine irlandaise. Il fait ses études secondaires à Worceste... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 14972 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines