Magazine Culture

Sabrina

Publié le 17 novembre 2013 par Picotcamille @PicotCamille

Quand je n'ai pas le moral, je me raccroche à des valeurs sûres, de vieux films de mon enfance ou qui font partie d'un souvenir agréable. Il y a Demy. Mais surtout les classiques hollywoodiens. Il y a quelques jours, j'ai regardé Sabrina de Billy Wilder.

sabrina-1954-06-g

L'histoire est un conte de fée moderne, le récit et les personnages suivent le même shéma que dans ce type d'histoire. D'ailleurs les premiers mots du film sont "Il était une fois". Puis on nous décrit la demeure de la richissime famille Larrabee, un château évidemment, ses équipements et les personnes qui s'en occupent, ce qui donne déjà un côté fantastique à l'histoire. Pour finir par le chauffeur, ses huit ou neuf voitures et sa fille, le personnage principale, Sabrina (Audrey Hepburn).

Sabrina est l'archétype de l'héroïne de conte, innocente, rêveuse, romantique et obéissante. Elle est amoureuse de David (William Holden), le cadet de la famille Larrabee, le play-boy exact opposé de son frère Linus (Humprey Bogart), l'homme d'affaire. Sabrina observe leurs fêtes, leurs bals du haut de l'arbre sans que jamais personne ne s'en aperçoive. La jeune fille se morfond et son père juge bon de l'envoyer suivre des cours de cuisine à Paris. Oui souvent dans les films d'Audrey Hepburn, il est question de Paris. Et Paris déclenche chez la jeune fille une transformation, l'enfant devient femme, Cendrillon est prête pour aller au bal et la marraine la fée n'est autre qu'un vieux Baron, un peu vicelard. Dont la formule magique est:

" Une femme heureuse en amour, elle fait brûler son soufflé. Une femme malheureuse en amour, elle oublie d'allumer le four."

Deux ans passent donc, où Sabrina réussit ses soufflés et se fait entretenir par le Baron. Quand elle revient chez les Larrabee, c'est une parfaite élégante, cheveux courts, tailleur Givenchy et petit chien. David tombe sous son charme, mais pas de bol, il doit se marier dans deux semaines pour les intérêts économiques de son frère. Linus prend alors la décision de s'occuper du problème lui même, pour ne pas gâcher le mariage prévu, il éloigne Sabrina de son frère...

Pourquoi j'aime Sabrina? Pour se rapport Doudou rassurant que j'entretiens avec mes vieux films. Le scénario tiens sur un ticket de métro déjà usé, c'est très loin d'être le meilleur rôle d'Humphrey Bogart, ni l'image ni la musique ni la direction d'acteur n'en font un chef d'œuvre. Mais il y a Audrey, belle et lumineuse. Les robes Givenchy dont elle est la muse. Un aspect cul planqué à chaque scène (le Baron vicieux, l'utilistion des cours de tennis la nuit, la blessure de David, etc) qui fait que ce film est toujours en équilibre entre le romantisme du conte de fée et la trivialité d'une histoire de copains. Les personnages ont, par conséquent, tous une sorte de schizophrénie due au travail peu scrupuleux des scénaristes qui créent des personnages clichés . L'exemple le plus flagrant est celui de Sabrina qui joue à la fois l'amoureuse romantique des contes de fées et la "parisienne", la femme qui se fait entretenir et que les vœux du mariage ne gène pas. Sabrina veut David car c'est son premier amour (vision princesse) et le draguer sous les yeux de la meuf de celui-ci ne la dérange guère (la vision "parisienne"). Mais à chaque fois, elle joue à fond chaque vision et c'est génial. Parce que là je pinaille, mais ce n'est pas si choquant que ça.

Bref Sabrina est un film à voir si vous aimez l'esthétique rétro, Audrey et les jolies robes....

Et sinon j'adore la façon dont ils dansent au bal, cheek to cheek....


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Picotcamille 366 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte