Magazine Culture

The Seven Year Itch

Publié le 24 novembre 2013 par Picotcamille @PicotCamille

Ça doit être l'arrivée de Noël. Mais je suis en mode "nostalgie". Après Sabrina, j'ai eu envie de me regarder un Marilyn Monroe. Pour finir sur la nostalgie, mon mini sapin en plastoc est décoré et j'ai mon calendrier de l'avent Super Mario. Je suis parée.

Marilyn, je l'aime depuis la lecture de Blonde, de Joyce Carol Oates. Ce qui me fascine c'est la double personnalité, le public et le privé, Marilyn et Norma. Elle cristallise en fait pas mal de problématiques qui m'intéressent. Mais c'est un sujet inépuisable, sur lequel je reviendrais sûrement au cours de ces articles.

Cette semaine donc c'était The Seven Year Itch de Billy Wilder. L'histoire est celle de Richard Sherman, un américain moyen et rêveur. Les vacances d'été et leurs chaleurs estivales arrivent, Richard et tous les américains moyens envoient femmes et enfants prendrent l'air à la campagne. Célibataire le temps d'un été, la fidélité de Richard va être mis à rude épreuve, surtout quand il découvre sa nouvelle voisine, Marilyn.

b8ac6f27aa0f1187064827

The Seven Year Itch est un film comique qui multiplie les sketchs, Richard est un rêveur et chaque rêve donne lieu à un sketch. Le rythme est un peu celui d'un One Man Show, situation, sketch, rire. Seven Year est à la base une pièce de théâtre et je trouve que ça se sent. L'histoire ultra-simple est vraiment faites pour les deux acteurs (Tom Ewell et Marilyn). Plusieurs rêves/histoires de Richards permettent au film de toucher plusieurs esthétiques, celle du polar, de la romance, du complot, etc. Même le film d'horreur est présent, puis que le film que les deux personnages vont voir avant la fameuse scène de la bouche de métro est The Creature from the Black Lagoon.

Marilyn y est excellente dans son rôle de blonde clown. Naïve et provocante, honnête et vicieuse, toujours cette question de personnalités incasables que j'adore. A l'exemple de ce raisonnement:

"Je ne m'allongerais pas sur le tapis d'un célibataire. (...) C'est tout simple. Avec un homme marié ce ne sera jamais grave."

Parce que Marilyn s'amuse et compte encore s'amuser (bien innocemment je vous assure) avant de se marier. Au moins avec un homme marié, elle est sûre de ne pas être demandé en mariage. En toute innocence, Marilyn joue une femme moderne, plus inquiète de la clim que des hommes. Pour moi, elle est loin d'être idiote, elle plane un peu, naïve mais elle est exquise. Et c'est tout le talent de Marilyn, rendre un personnage sans intérêt (la voisine canon blonde) adorable.

J'aime ce film pour les mêmes raisons que Sabrina, pour son côté rassurant, le côté doudou du film classique hollywoodien. Après ce film est un pur divertissement, hormis Marilyn qui me bluffe, ce n'est pas un film que je trouve intéressant. L'esthétique, l'histoire, le rythme ou la musique rien ne me transporte. Mais ça fait partie de ces choses dont vous avez trop de sentiments pour être objectifs.

A voir, si vous vous intéressez aux classiques et que vous ne l'avez pas vu, ou si vous en ètes au 5014ème et que vous ètes attaché.

Sept ans de réflexion - Trailer



Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Picotcamille 366 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte