Magazine Culture

On y était : Emily Wells à l’Espace B

Publié le 25 novembre 2013 par Swann

Avant ce concert j’aimais bien Emily Wells. D’abord coup de cœur en première partie de Kurt Vile, j’ai ensuite été emballé par Mama, son dernier album. Mais ça, c’était avant que je la vois en propre affiche, parce que maintenant, si je devais imaginer la pire chose qui pourrait m’arriver, ce serait de rater un de ses concerts.

Après avoir bravé le froid en me maudissant d’être parti tard du boulot (j’ai horreur de rater le début d’un concert, même la première partie), j’arrive à l’Espace B, me voilà au chaud. Une bière pour reprendre mes esprits et j’ai à peine le temps de me retourner vers la scène que les lumières s’éteigne et que qu’House of Wolves entre sur scène. Je ne pouvais pas être plus à l’heure.

Premier morceau, quelques notes de guitare éparses, une voix haut perchée, je contemple ma bière en me demandant combien de pintes je peux boire pendant une première partie. Finalement le second morceau arrive, je ne suis visiblement pas le seul à préférer celui-ci, l’ambiance se déride et au final même si c’est classique et peu varié, Rey Villalobos nous fait passer un moment somme toutes sympathique (du moins, lorsqu’il n’abuse pas des tremolos).

EW-Live1

Et puis, vient Emily, un coup de "Passenger", suivit de "Becomes the Colours" (OST de Stocker) l’ambiance est posée et le public est dans la poche. Construction et déconstruction des morceaux en direct, c’est assez impressionnant. Il doit falloir une sacré concentration pour avoir un instrument dans les mains (violon, mélodica, batterie, synthé, boite à rythmes), un pied sur la pédale de la grosse caisse, le second qui enregistre et balance des boucles, et forcément, chanter en même temps. Comme la dernière fois, elle parle beaucoup entre les morceaux, raconte des conneries, sa vie, ses chansons, peut-être que ça permet de se rassurer lorsqu’on est seul sur scène, en tout cas, ça la rapproche du public (qui comprend l’anglais, c’est déjà ça).

EW-Live2

Versatile, Emily Wells peut très bien balancer de l’électro et au morceau suivant faire du violon en pizzicato tout se prenant pour une cantatrice. Aucunes restrictions, rien de prédéfinit, la seule ligne directrice est la passion et la sincérité, et ça, le public y est totalement réceptif. Après une paire de reprises (assez étonnantes d’ailleurs, mais je ne vais pas gâcher la surprise), personne ne veut partir, plus de morceaux en stock, ce sera donc séance photo et discussion. À la liste d’adjectifs, on peut donc ajouter accessibilité.

Ce concert a confirmé tout le bien que je pensais d’Emily Wells, passant en quelques mois de parfaite inconnue à l’une de mes artistes préférés. Et comme dit en intro, il est peu probable que je rate son prochain passage dans la capitale, ou son prochain album (dont on a d’ailleurs eu droit à un extrait). Sur ce, je vais me faire une piqure de rappel…


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Swann 78144 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte