Magazine Culture

[Feuilleton] « Le poème carré : formes et langages » de Jean-René Lassalle, 7/9

Par Florence Trocmé


 
Modernité et typographie 
 
Kurt SchwittersLe texte éclaté du « Coup de dé » de Mallarmé annonçait un renouveau de la mise en page qui deviendra hybride avec les photocollages. L’évolution dans la typographie permet de nouvelles formes poétiques. 
 
Calligrammes d’art moderne – « Moi aussi je suis peintre » dit Apollinaire -, futurisme, dadaïsme secouent les mots, explosent signes et langage. La forme carrée semblant statique les interpelle peu. Cependant Pierre Reverdy, plus méditatif, structure une double page de blocs de texte qu’il intitule « Carrés » (1917), alors que ses carrés ne sont visiblement pas tous carrés.  
Kurt Schwitters dessine en 1922 un casier carré incomplet avec des lettres ne formant aucun mot connu, les dadaïstes s’évadent du sens ou de la raison défaillante, par douleur, rage, provocation, esprit d’aventure. Son « Gesetztes Bildgedicht » (1922) m’évoque un rangement des cubes de lettres avec lesquels l’enfant apprend à lire. Certaines lettres tentent un début (A-B), une totalité (A et Z, A et O de alpha et oméga), d’autres bégaient, babillent (B-B, oh oh) basculent ou se dérobent (le J du « ja » = oui). 
 
Illustration : Kurt Schwitters 
Cliquer sur l’image pour l’agrandir.  
 
 
 
Seiichi NiikuniAprès la 2ème guerre, la machine à écrire portable se généralise et des poètes plus libres publient naturellement leurs textes comme ils les tapent. L’Autrichien Friedrich Achleitner compose un livre entier de poèmes carrés, Quadratroman en 1973, où chaque page montre une variation spontanée sur cette forme : poèmes en prose anarchistes qui échappent au cadre, superpositions, vides et pleins, dérapages du rouleau de la machine, etc. 
Dans une autre perspective, sous l’influence de l’artiste designer Max Bill, le Suisse-Bolivien Eugen Gomringer écrit des poèmes minimalistes aux mots ou lettres raréfiés dont la forme générale est géométrique, accroissant le côté concret du signe, et participant à la naissance du mouvement de la « poésie concrète ». Sa suite « Quadrate aller Länder » raconte dans une série de poèmes carrés agencés en variantes avec clarté et précision, l’histoire de carrés de tous pays qui se disputent pour savoir lequel fut la première œuvre d’art carrée. Le style narratif du conte s’accorde à une esthétique désincarnée et absurde. Le contenu fait référence aux carrés des futuristes russes et à ceux de la poésie concrète européenne ou sud-américaine, taquinant les ambitions d’exclusivité des avant-gardistes et plaidant pour une alliance de tous les carrés. 
La poésie concrète des années 50-60 fut très productive en poèmes carrés (Arrigo Lora-Tottino, Heinz Gappmayer, Gerhard Rühm, Franz Mon, André Thomkins), dont la forme met en avant des signes à l’apparence dépouillée qui veulent s’imprimer avec une force « concrète » dans la perception humaine et le monde des objets. S’en détachent avec originalité les carrés à l’ambiance ascétique zen de deux poètes, qui ont par ailleurs travaillé ensemble : le Japonais Seiichi Niikuni qui unit tradition asiatique et modernité, et le gracieux multiforme Français Pierre Garnier. Avec « Kawa Sasu » (1963), Niikuni divise un carré en 2 triangles égaux formés chacun d’une répétition de caractères, celui du haut à gauche avec « kawa » (« rivière » : 3 traits descendants esquissant l’écoulement de l’eau), celui du bas à droite avec « sasu » (« berge sablonneuse » : mêmes traits descendants augmentés de trois points dont la multiplication fait penser aux grains de sable), la diagonale mimant la ligne séparant l’eau de la terre.  
 
 
Illustration : Seiichi Niikuni 
Cliquer sur l’image pour l’agrandir.  
 
 
Pierre Garnier, lui, propose son dessin d’un carré vide dans un autre carré vide sous-titré à la main « Silence au milieu du silence ».  
Ce dernier carré tend vers l’idée comme œuvre, ainsi que le réalisa l’art conceptuel à cette époque. Si l’on ajoute l’influence du structuralisme dans la littérature, on peut arriver aux structures carrées qui se cachent dans certains romans de Georges Perec, comme l’échiquier qui organise les chapitres de La Vie mode d’emploi. D’un autre côté, dans son livre de poèmes intitulé Alphabets, Perec publie 16 séries de onze onzains de mots en majuscules apposés sans espaces vides et presque sans syntaxe, qui semblent se fondre en troublant la lecture. Il s’agit de poèmes de onze vers de onze lettres, donc des carrés virtuels. Ils ne sont pas présentés en carrés sur la page, mais comme des rectangles allongés verticalement. Le carré est ici plus mental, géométrisant la pensée de l’auteur qui applique ludiquement des structures mathématiques à ses textes. Ces carrés qui cachent leur jeu sont complétés par des contraintes de structuration complexes non-explicites mais vérifiables : la première étant que chaque série comprend les 10 lettres les plus courantes de l’alphabet français E,S,A,R,I,N,T,U,L,O, plus une des 16 restantes qui caractérise chaque série. Le groupe Oulipo ne pouvait pas ne pas s’intéresser à une forme littéraire géométrisée comme le poème carré.  
 
 
épisodes précédents 
 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18683 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines