Magazine Culture

Pourquoi j'ai tué Pierre

Publié le 25 novembre 2013 par Manu17
Olivier Ka
Alfred
Delcourt
ISBN 978 2 7560 2666 4
112 pages
2011
(Offert)
Pourquoi j'ai tué Pierre
Mes impressions: 
C’est en ayant aucune idée de son sujet que j’ai commencé ce roman graphique. Les consignes étaient claires de la part de la personne qui me l’a offerte, ne rien en savoir avant lecture pour que, comme pour elle, la découverte soit totale. Qu’il en soit ainsi. 
« Pour Emmanuel, cette promenade au pays des souvenirs et des blessures, parce qu’il faut aussi savoir rire de ses propres larmes. »  
 En lisant la dédicace de l’auteur, je me suis dit que le sujet n’allait sans doute pas être léger…
Olivier a 7 ans, 8 ans, 9 ans, 10 ans, 12 ans.
Olivier est issu d’une famille plutôt libre, tendance baba cool, on parle de tout, on est tolérant, on n’a pas de tabous. Si ses grands-parents sont extrêmement croyants et pratiquants, ses parents ne le sont pas. Mais ouverts d’esprit, ils comptent un prêtre parmi leurs amis et en sont même plutôt fiers. « Pierre est un curé « de gauche ». Il est cool. Il est drôle. C’est pas un prêtre, c’est un bonhomme. » Olivier est heureux de l’écoute et de la présence rassurante de cet homme qu’il voit comme un « nouveau tonton, un excellent, qui rit, qui chante, qui chatouille. »Avec lui, Olivier se sent important. C’est donc sans hésitation qu’il va le suivre à « Joyeuse Rivière », sa colonie de vacances. Une colonie de vacances, un prêtre, un gamin, pas besoin d’en dire plus…
Pourquoi j'ai tué Pierre
Olivier a 15 ans, 16 ans, 19 ans, 29 ans, 34 ans.
Une innocence perdue, un enfant marqué à jamais, un adolescent en devenir, un jeune adulte en pleine (dé)construction. Un événement indélébile, marqué à tout jamais, un secret enterré au fond de soi…
Olivier a 35 ans.
Les cauchemars récurrents. Le besoin de sortir de soi ce secret, de le vomir, de l’écrire. Le soutien d’un Ami, un vrai. Un retour en arrière, un mal nécessaire.
Olivier a tué Pierre…
Sobriété et justesse du propos de la part d’Olivier Ka. Trait, dessins, graphisme et mise en page parfaitement adaptés aux émotions, aux sentiments et aux troubles d’Olivier de la part d’Alfred. Quand on sait ce récit autobiographique et qu’on découvre le travail des deux artistes et amis, on comprend définitivement le sens du mot Ami. 
A Olivier Ka et à tous les autres…
 §§§§§
Pourquoi j'ai tué Pierre Olivier KaLe blog d'Olivier KaLe blog d'Alfred
A noter, également le très beau travail fait sur la couleur par Henri Meunier.
Un album récompensé du Prix du Public et du Prix Les Essentiels d'Angoulême en 2007. 

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Manu17 1424 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines