Magazine Culture

Rifteurs - Peter Watts

Par Jake @JakeVecc

Image hébergée par servimg.com

Caractéristiques :

Genre : Science-fiction

Format poche : 453 pages / 9,10 €

Résumé :

Lenie Clarke et Ken Lubin sont les deux seuls survivants de la station des abysses. En effet, les autres rifteurs ont succombé à l’explosion nucléaire qui a soulevé les océans et provoqué le Big One, responsable de tant de morts sur les continents… Mais si Lenie Clarke arpente la planète pour se venger, propageant sans le savoir Béhémoth, un virus mortel potentiellement destructeur de toute vie sur Terre ; Ken Lubin a, lui, croisé la route de Desjardins, un corpo responsable de limiter la propagation des virus. Dès cet instant, Lubin est retourné et lancé à la poursuite de Lenie Clarke dans le but de la tuer, et d’assouvir par la même ses pulsions meurtrières… La rifteuse, confrontée à des souvenirs qui ne sont pas les siens, trouvera sur sa route, plusieurs personnages volontaires pour aimer sa cause.

Avis par Jake :

La suite de « Starfish » nous pousse à sortir des océans pour rejoindre la surface de ce monde au seuil de la destruction, et où les inégalités sociales sont flagrantes. Comme toujours avec l’écriture de Peter Watts, les événements sont inattendus ! Bien sûr, je regrette d’avoir perdu le charme du premier tome dans lequel les (anti)héros arpentaient les fonds des océans. Cependant, cet opus nous offre de nouvelles surprises. J’ai particulièrement apprécié le personnage de Desjardins et sa complexité. Sa relation avec Alice semble particulièrement prometteuse. (Bien sûr, en ayant déjà lu le dernier volet de la trilogie : « Béhémoth », je sais que j’aurais déchanté en les lisant dans le bon ordre !) On adore également la description de cette société clairement instable, et le petit côté « hypertechnologique » du suivi du virus qui devient le « Lenie Clarke » informatique ! Le rythme est également plus soutenu que dans le précédent roman, ce qui est logique puisque la trame ressemble beaucoup à une course poursuite : cette pauvre Lenie Clarke n’est pas au bout de ses peines !

Lien direct : Editions Pocket

RifteursPeter Wattsscience-fictionpocketlivreromanavisresume


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jake 102 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines