Magazine Beaux Arts

L’AGRIF gagne un grand procès contre l’Infamille

Publié le 26 novembre 2013 par Tchekfou @Vivien_hoch

Après un combat judiciaire de plus de 5 ans contre une exposition sidérante et perverse (l’infamille) l’AGRIF, grâce à Maitre Jérôme triomphe, a remporté une grande victoire contre l’art de la pervesion. Le communiqué de Bernard Antony, président de l’AGRIF, est tombé tout à l’heure :

L498xH352_jpg_jpg_MP-WEARG-68839

Grâce à son opiniâtreté, l’Agrif, après 5 ans de procédure et grâce au talent de son avocat maître Jérôme Triomphe, vient d’obtenir la très ferme condamnation de l’exposition atroce « l’Infamille » et du F.R.A.C. de Lorraine.

Dans son jugement très motivé du 21 novembre 2013 que nous venons de recevoir, le tribunal de Metz a constaté le caractère particulièrement violent des messages poursuivis constituant une atteinte très grave à la dignité humaine. C’est là la première décision de justice, au nom de la protection des mineurs, à poser des limites au délire anti-humain d’un prétendu art contemporain.

L’exposition en question, elle, était toute entière dans la manipulation la plus diabolique et la plus perverse de la vie, de la famille et de la dignité humaine, et ce, surtout, aux frais du contribuables… Je veux bien qu’ils s’adonnent à toutes les perversions de leur choix, mais, surtout en ce moment, pas avec l’argent (qui manque de plus en plus) des gens sains d’esprit…

Quelques exemples, relatés en 2008 par le Salon Beige, de ce qu’on pouvait croiser dans les couloirs de la FRAC (les FRAC sont les Fonds Régionaux d’Acquisition Culturelle financés avec vos impôts par les Régions et l’Etat essentiellement pour la promotion des horreurs de l’art contemporain. Celui de lorraine reçoit 700 000 euros de la Région et 500 000 euros de l’Etat).

L’exposition « L’Infamille » au FRAC de Lorraine (entrée gratuite) a pour thème la famille.

  • Dans une salle, l’artiste Gina Pane se taillade les lèvres au rasoir à côté d’un corps nu féminin (sa mère ?).
  • Dans la deuxième salle, deux écrans présentent l’artiste Patty Chang en train d’embrasser sur la bouche sa mère et son père, tous pleurent à chaudes larmes, en fait le film est passé à l’envers et ils sont en train de régurgiter un oignon.
  • Dans la troisième salle, consacrée à Eric Pougeau, trente-trois mots affichés au mur évoquent un post-it «tu as à manger dans le frigo – bonne journée mon chéri – maman». Plan commun des mots : «Une phrase, puis : vous êtes notre chair et notre sang – à plus tard – papa et maman».
  • Florilège des premières phrases : « Nous allons faire de vous nos putes… vous violer… vous sodomiser et vous crucifier… vous coudre le sexe… vous tuer par surprise… vous pendre et baiser vos cadavres… filmer votre mort… » [...]

Dans d’autres salles, des artistes exposent des vidéos mettant en scène des incestes[...]

À noter que l’AGRIF était notamment opposée à Maitre Pierrat, l’avocat de… Pierre Bergé. On retrouve toujours les mêmes aux mêmes endroits, finalement…

Le communiqué de l’AGRIF 

>> http://www.lagrif.fr/communiques/racisme-antihumain/272-tres-grande-victoire-judiciaire-de-l-agrif


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Tchekfou 38994 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog