Magazine Cinéma

Hunger Games : l’embrasement

Par Cbth @CBTHblog

sans-titreMon engouement pour cette trilogie a commencé avec le premier film sorti en 2012, Hunger Games. J’en parlais ici. Pour être honnête, le film m’avait laissée sur ma faim (hahaha) et j’avais été voir du côté des livres de Suzanne Collins pour comprendre ce qui me manquait. Et là, bam ! J’ai dévoré les  trois Tomes en quelques jours, de plus en plus accrochée au destin de Katniss Everdeen, puis de celui de tout un peuple qui veut renverser une dystopie. C’est donc avec beaucoup d’envie (et un peu d’appréhension) que j’attendais la suite sur grand écran. Cette fois-ci, c’est Francis Lawrence (Je suis une légende (2008) et De l’eau pour les éléphants (2011) qui est à la réalisation. Venant de l’univers du clip musical, il succède donc à Gary Ross dans le tournage de la trilogie. Soyons claire, cette suite est au-dessus du premier film et suit à peu près fidèlement le bouquin. Ouf !

Katniss et Peeta pensaient en avoir fini avec les Hunger Games. S’en suit la traditionnelle tournée des vainqueurs dans les districts qui leur révèlera la portée de leur geste dans l’arène. La révolte n’est pas loin. Quoi de mieux alors pour le président Snow de décréter des jeux entre vainqueurs des éditions précédentes pour mieux enterrer le symbole du geai moqueur ! L’enfer reprend dans une toute nouvelle arène…

Mes premières réactions ont été : quand est-ce que je le revois ? Vite, mes livres, que je me replonge dedans ! Ce deuxième volet a gagné en profondeur et en noirceur, occultant beaucoup moins d’éléments de la trame littéraire que le premier. Il me manque encore quelques éléments, décors, et façons de vivre du district 12. Mais peu au final. Et rien, cette fois, qui entrave la construction des personnages, leurs interactions et la cohésion de leur réactions. Seul bémol, le temps au final très court dans l’arène et la résolution de certaines difficultés vriament facilitée par rapport au livre. Mais difficile de faire autrement, sous peine d’un film de 5 heures qui nous lasserait à coup sûr.

Hunger Games : l’embrasement
Hunger Games : l’embrasement
Hunger Games : l’embrasement
Hunger Games : l’embrasement
Hunger Games : l’embrasement
Hunger Games : l’embrasement

Beau tour de force de Francis Lawrence qui de A à Z nous livre du grand spectacle, que ce soit les scènes d’action ou les moments plus d’émotion et de révolte. Il a su diriger ses acteurs pour faire ressortir le plus profond de leur personnage et servir à merveille les messages du livre. Quant à la réalisation purement technique, un sans-faute ! Bluffée par cette nouvelle arène et ses effets ravageurs. Vraiment tels que je me les étais imaginée.

Et que dire du casting, si ce n’est parfait ! On retrouve avec bonheur une Jennifer Lawrence qui EST Katniss Everdeen. On suit réellement son désarroi, sa combativité, son incrédulité à devenir ce symbole dont tout le monde à besoin. Toutes les méandres psychologiques du personnage passent dans son regard…Un livre ouvert. Josh Hutcherson arrive enfin à livrer un Peeta intéressant. Il complète à merveille sa partenaire. S’ajoute à eux les anciens : Woody Harrelson, Lenny Kravitz, Stanley Tucci, Donald Sutherland, Liam Hemsworth (frère de…oui, Stéphanie, il est miam graou !). Et des nouveaux forts sympathiques : Sam Claflin en Finnick Odair et Phillip Seymour Hoffman en très crédible Plutarch Heavensbee.

Voilà : rythme, casting, BO, personnages, décors, accessoires…Rien à jeter. Vivement la suite !


Roseline

Hunger Games : l’embrasement, de Francis Lawrence, avec Jennifer Lawrence, Josh Hutcherson, Liam Hemsworth… Sortie en salle le 27 novembre 2013.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Cbth 1240 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines