Magazine Culture

Depardon : plus paysan que Grand Palais

Publié le 03 décembre 2013 par Marietudors
Je découvre Raymond Depardon sur le tard. La célèbre série « Manhattan Out » avait déjà été enregistrée quelque part dans mon cerveau mais je n’étais jamais allée plus loin. Dans les années 80, le photographe français avait réalisé une série de clichés en noir et blanc, pris sans cadrage, presque au hasard, au détour des rues de Manhattan. Ça donne un ensemble d’instantanées prises à la volée, comme arrachées à un quotidien banal mais sublimées par une quasi-science du moment qu’il maîtrise –ou possède naturellement. Les visages, les postures en mouvement, le courant d’air dans une chevelure, le regard pensif, le bras qui se transforme en ligne de composition… D’infimes détails qui rendent ces photographies « que tout le monde auraient pu prendre » incroyablement riches en émotion.
Depardon : plus paysan que Grand Palais
Depardon : plus paysan que Grand Palais
Depardon : plus paysan que Grand Palais
Depardon : plus paysan que Grand Palais
Né en 1942 à Villefranche-sur-Saône, Depardon a démarré par du photojournalisme dans le Sahara notamment, pour une mission lambda commandée par une agence. Dès le début, je remarque que sa science de l’instant le propulse sur des évènements imprévus. La mission initiale, qui n’autorisait que peu de naturel, est finalement le cadre d’un fait divers (quelques jeunes partis chasser la gazelle qui disparaissent mystérieusement), il part alors filmer le commando des recherches. À son retour, son reportage fait la une des journaux télévisés les plus connus. C’est le début de sa carrière.Aux quatre coins du monde, il couvrira la guerre d’Algérie, du Vietnam mais sera aussi un véritable paparazzi. Il réalise également de nombreux documentaires comme « L’approche », « Le quotidien » et « La vie moderne » qui constituent la série « Profils paysans » et dans lesquels il filme la vie de tous les jours d’une poignée de paysans de sa région natale. J’ai regardé « L’approche » après avoir vu l’expo du Grand Palais. Déjà, je ne me suis pas endormie, c’est assez rare pour le souligner. Ensuite, j’ai été extrêmement touchée ; chaque plan est une œuvre d’art, et pourtant, rien ne s’y prête. Un bout de rideau vieillot sublime un cadre, la répétition du rituel « café du matin » filmée sur tous les habitants d’une maison sonne comme un ballet philosophique, le tremblement d’une main est un rythme, le clair-obscur d’une pièce est un tableau de maître… L’approche est sensible, prudente, incertaine, les paysans ont mis énormément de temps à accorder la confiance au photographe, cela se ressent, on sent qu’à n’importe quel moment, ils peuvent s’en aller, trop gênés et nous, spectateurs, sommes tenus en haleine par cette corde sensible, ce facteur imprévisible. Impudiques et voyeurs, nous nous imprégnons rapidement du nerf des familles ou des gens seuls mis en scène. En plus d’une claque sociale, c’est un roman humain, on découvre des personnalités, bien que peu cultivées, ultra intelligentes. Une leçon de vie et le résultat d’un œil chanceux. Oui, chanceux. La chance, ça se provoque, alors tout l’art de Depardon est sûrement de la provoquer. Oui l’art, oui le cadrage, oui la science MAIS, Raymond a aussi beaucoup de chance. Car ce n’est pas lui qui demande au chien de passer à la minute 42 en travers du plan, juste après le départ symbolique du couple de paysans en camion, ce n’est pas lui qui demande au soleil de venir se baigner dans le creux du visage de cet homme qui nous raconte ses peines et ce n’est pas lui non plus qui fait mourir un des personnages principaux en plein milieu du docu (enfin j’espère !). Bref, le don de l’instant plutôt que la science de l’instant. Je l’admire pour ça.
Screenshots de "L'approche"Depardon : plus paysan que Grand Palais
Depardon : plus paysan que Grand Palais
Depardon : plus paysan que Grand Palais
Depardon : plus paysan que Grand Palais
En ce qui concerne l’expo du Grand Palais, elle n’est pas transcendante. Insuffisante à mon goût (même avis pour mes deux accompagnateurs), je n’ai pas compris la logique du chemin, pas de véritable retraçage chronologique. Regroupées par pays de temps en temps, mais par format le plus souvent. Pourquoi pas. Depardon a fait tellement de choses différentes qu’il est effectivement difficile de tout regrouper et d’ordonner son travail. Mais là, c’était trop de tout. J’aurais préféré moins de diversité et plus de profondeur.On découvre tout de même des clichés peu connus. Ci-dessous ceux qui m’ont poussé à sortir mon appareil photo Pomme.  

Depardon : plus paysan que Grand Palais

Argentine


Depardon : plus paysan que Grand Palais

Liban


Depardon : plus paysan que Grand Palais

Liban


Depardon : plus paysan que Grand Palais

Étretat


Depardon : plus paysan que Grand Palais

Glasgow


Depardon : plus paysan que Grand Palais

Honolulu (je suis rentrée dans la photo)


Il paraîtrait que le ticket du Grand Palais donne accès à l’autre rétrospective à la Cinémathèque (ah, je voulais mettre un lien mais c'est terminé, super !). En attendant, je vous conseille vraiment la série de documentaires sur les paysans. Allez voir par là.

Sinon, saviez-vous que c’est Raymond Depardon qui a réalisé le portrait officiel de François Hollande ? Maintenant oui !
Depardon : plus paysan que Grand Palais

Si vous aimez, aimez moi aussi là !

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Marietudors 3131 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines