Magazine Beaux Arts

Michel Tyszblat : improviser l’espace

Publié le 03 décembre 2013 par Pantalaskas @chapeau_noir

Franc-tireur

« Swinthe » 1973 Michel Tyszblat

"Michel Tyszblat, franc tireur"  évoquait, dans un article ancien de ce blog, l'itinéraire très singulier d'un peintre qui vient de disparaître il y a quelques jours. Cousin éloigné des membres de  la Figuration narrative, Michel Tyszblat n 'employait pas les techniques de report photographique de ces derniers. La véritable identité de son oeuvre s'est révélée dans une figuration pourtant fort éloignée d'un réalisme, à la recherche d'un point d'équilibre tendant vers une représentation allusive du réel.

Jazz

Le fil conducteur de cette travail est peut-être à découvrir ailleurs que dans l'image. C'est le pianiste fou de jazz  qui, dans sa peinture, a fait passer cette liberté particulière. Si les peintures des années soixante dix offrent une certaine froideur des objets mis en scène alors que l'homme est totalement absent de la toile, plus tard la présence humaine  s'impose. La couleur prend alors toute sa place. Souvent dans des textes qui lui ont été consacrés on voit passer le nom de Kandinsky.  Peut-être la liberté, le mouvement, l'espace des toiles de Tyszblat ne sont pas étrangers à cette évocation.  Il y a dans l'espace conçu par Tyszblat également un air de famille avec l'exceptionnel "Udnie" de Francis Picabia.
Nous sommes loin de la Figuration  narrative même si le peintre revendiquait lui-même ce cousinage. Faut-il donc trouver dans la musique ce fil conducteur de la peinture de Tyszblat ? Le peintre établissait une séparation entre ces deux univers:
"Le jazz accompagne ma vie de façon constante, mais comme complément, respiration, détente, et malgré leur dénominateur commun qu’est l’improvisation, j’ai gardé séparé les deux domaines de la peinture et de la musique. Le jazz cependant me permet de rompre avec l’exercice solitaire qu’est la peinture. En jouant avec d’autres musiciens, j’affronte le public, je goûte aux délices du trac, de la mise en danger, plusieurs fois par mois."

Michel  Tyszblat : improviser l’espace

"Sarabande" Michel Tyszblat 2002

Le droit à l'improvisation

Les relations peinture-jazz ont été fréquentes. James Pichette  revendiquait cette association. Daniel Humair, célèbre batteur de jazz, développe une oeuvre peinte remarquable. Certes Michel Tyszblat n'improvisait pas sa peinture. Pour autant, l'espace créé dans ses toiles témoigne de cette liberté, de cette aptitude à sortir d"un schéma préétabli pour saisir une opportunité, tenter un agencement de couleurs et de formes qu'il ne me semble pas abusif de comparer à la liberté du jazzman.
Ce droit à l'improvisation que revendiquait le peintre vérifie sa richesse dans cet espace débridé, aux propositions multiples, libre de toute règle, et dans lequel la présence d'un morceau de Charlie Parker n'aurait rien de déplacée. Ses toiles, comme des partitions, nous donnent à voir et à entendre..


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pantalaskas 3071 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog