Magazine Bd

Indécence

Par Sylvie-Uderzo

Ils sont fous...

Jusqu’où vont-ils aller ? À quel moment la Police, la Justice, la société vont-ils réussir à mettre un coup d’arrêt à ce délire ? Depuis six années pleines nous nageons dans une bulle  » folle » qui a perdu le sens des mots, le sens des choses, bref le sens de la vie.

Depuis 2006, une équipe de « costumes-cravates  » a décidé de briser la vie harmonieuse qui régnait au sein de mon petit village familial. Pour ce faire, ils n’ont pas hésité à user de violences psychologiques en commençant par l’éviction de mon mari, suivie de très près par ma mise à pied  pour, enfin, aboutir à ma mise à l’écart totale de la gestion de la société familiale.

Au fil des évènements, mes déclarations, mes écrits n’avaient qu’un seul but : protéger mes parents qui ont été instrumentalisés depuis le début. Dans le dossier judiciaire consécutif à ma plainte pour abus de faiblesse, j’ai pu constater que l’un des témoins clé de l’affaire s’était livré à un faux témoignage. Témoignage sur lequel la justice, trompée, s’appuyait pour motiver sa décision. Nous avons donc fait, mon mari et moi, ce que tout être normalement constitué devait faire : nous avons porté plainte pour  » faux témoignage « .

Et c’est bien en réaction au danger potentiel de la démonstration du faux témoignage que l’entourage de mon père a imaginé, hier, cette sinistre mis en scène: l’officialisation à la presse  d’une plainte contre nous pour « violences psychologiques »… C’est vraiment l’hôpital qui se fout de la charité !

Hier, nous avons assisté à une opération de communication où les rouages de la Justice  été ont intégrés à l’agenda. Que s’est-il passé? Mon père a accueilli chez lui vers 15h, avec ma mère et leurs 2 avocats, une poignée de journalistes sélectionnés par Havas Worldwide (ex Euro RSCG), célèbre agence de communication de crise. Or, à l’instant même, j’ouvrais ma porte sur un huissier venu me remettre une “citation directe » devant le tribunal correctionnel qui faisait précisément l’objet de la mini conférence de presse… Si ce n’est pas de la stratégie pour balader l’opinion, quel nom cela porte-t-il? Indécence, cynisme et arrogance des puissants…

Les termes de la plainte sont également graves. Ils y ont dépassé les bornes, ils sont allés un pont trop loin. Auraient-ils tant à cacher et à protéger pour agir avec une telle violence ? Si nous sommes dans l’œil du cyclone d’une histoire fabriquée de toutes pièces par un entourage toxique, ma sérénité et ma détermination sont intactes. Celle de mon mari également. Je continuerai à vouloir protéger mes parents. J’ai la volonté de réussir à les retrouver le plus vite possible en ayant écarté les imposteurs.

Sylvie Uderzo


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Sylvie-Uderzo 365 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines