Magazine Culture

Au bonheur des ogres - Daniel Pennac

Publié le 10 décembre 2013 par Litterature_blog
Au bonheur des ogres - Daniel Pennac Benjamin Malaussène est un chef de tribu. Aîné d’une bande d’enfants dont la mère disparaît à chaque fois qu’elle tombe amoureuse, il est chargé de famille et occupe un emploi de bouc émissaire dans un grand magasin parisien. Son job consiste à désamorcer la colère des clients mécontents de leur achat en jouant les pleureuses. Sachant mieux que personne éveiller la compassion desdits clients qui finissent toujours par abandonner leur plainte, il représente une manne précieuse pour son employeur. Mais il possède un autre don, celui de s’attirer les ennuis et de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment. C’est ainsi que la première bombe a explosé au rayon des jouets cinq minutes après son passage. La seconde, quinze jours plus tard, sous ses yeux. Il était là aussi pour l’explosion de la troisième. Des attentats ciblés, perpétrés au cœur du magasin et pour lesquels il fait figure de suspect idéal…
J’avoue que j’ai eu un peu de mal à adhérer à la narration. Ce mouvement permanent où tout est permis, sans organisation apparente, m’a beaucoup déstabilisé. Trop d’ellipses, trop de digressions, d’histoires dans l’histoire, d’effets trompe-l’œil mis en place pour piéger le lecteur et ne laisser aucune chance au raisonnement le plus rationnel. Un roman qui est comme une boîte à surprises dont chaque élément apparaît plus incongru que le précédent. La foultitude de personnages m’a aussi perturbé au départ. Difficile de savoir qui est qui tellement on saute de l’un à l’autre sans crier gare.
Mais bon, peu à peu, j’ai commencé à y voir clair. Le rythme effréné ne m’a plus posé de problème. Et puis si les pistes et les intrigues semblent dans un premier temps se multiplier, les fils se resserrent peu à peu pour tisser un canevas dont l’évidence apparaît dans les dernières pages. J’ai aimé le regard distancié et souvent ironique que le narrateur porte sur les événements. Pennac fait preuve d’une réelle verve comique et n’hésite pas à mêler les registres de langue ce qui n’est pas pour me déplaire. Finalement, entre l’action trépidante, les situations cocasses et l’humour noir, j’ai fini par prendre un réel plaisir à naviguer à vue dans cet univers où le burlesque et le policier sont pour ainsi dire sur un pied d’égalité.
Résultat, alors que les prémices de cette lecture m’ont laissé entre agacement et perplexité, le récit des aventures de Benjamin et des siens a au bout du compte emporté mon adhésion et je ne serais pas contre l’idée de retrouver la tribu des Malaussène dans le second roman de la série.
Au bonheur des ogres de Daniel Pennac. Folio, 2013. 286 pages. 7,20 euros.
Une lecture commune que j’ai le plaisir de partager ave Florence, Marie et Véro.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Litterature_blog 22161 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines