Magazine Cinéma

La Main sur le Berceau

Publié le 10 décembre 2013 par Olivier Walmacq

La%20main%20sur%20le%20berceau

genre: thriller (interdit aux - 12 ans)
année: 1991
durée: 1h50

l'histoire: Apres le suicide de son mari, une jeune femme s'introduit dans la famille qu'elle rend responsable de ce drame. Seduisante, elle se rend vite indispensable tandis qu'elle tisse la toile de sa vengeance.  

La critique d'Alice In Oliver:

Etonnant que La Main sur le Berceau, réalisé par Curtis Hanson en 1991, ait remporté le Grand Prix lors du Festival du film policier de Cognac en 1992. Certes, ce thriller est de facture honnête mais ne viendra clairement pas bouleverser le noble Septième Art.
Au niveau de la distribution, La Main sur le Berceau réunit Rebecca de Mornay, Annabella Sciorra, Matt McCoy, Ernie Hudson, Julianne Moore, Madeline Zima et John de Lancie. Sur l'affiche du film, on peut voir l'accroche suivante: "La main sur le berceau est la main qui domine le monde".

C'est une phrase qui revient également dans le film et qui semble être la ligne directrice de ce thriller. Aussi est-il nécessaire de rappeler les grandes lignes du scénario. Attention, SPOILERS ! Claire et Michael Bartel forment un couple uni.
Enceinte de son second enfant, Claire consulte un gynécologue mais celui-ci a une attitude équivoque : Claire porte plainte avec d'autres patientes et elles obtiennent gain de cause. Le praticien se suicide et Peyton, sa veuve, fait une fausse couche qui la rend stérile.

39682

Désespérée, elle veut se venger de Claire. Sous une fausse identité, elle se fait engager comme baby-sitter par les Bartel et tente de détruire leur famille, éliminant ceux qui trouvent ses agissements suspects. Le scénario n'a donc rien d'exceptionnel.
Clairement, La Main sur le Berceau doit beaucoup à l'interprétation de Rebecca de Mornay, qui porte quasiment ce thriller sur ses épaules. D'ailleurs, Rebecca de Mornay remportera le Prix de la meilleure actrice lors du festival policier de Cognac.

Pourtant, au niveau de la réalisation, Curtis Hanson se contente du minimum syndical. On a presque l'impression de regarder un téléfilm. Dommage que la mise en scène soit aussi quelconque. Ensuite, les personnages secondaires ne sont guère intéressants.
Par exemple, le couple formé par Annabella Sciorra et Matt McCoy est peu attachant. En revanche, dans le rôle de la baby-sitter psychopathe, Rebecca de Mornay est nettement plus convaincante.

photo-La-Main-sur-le-berceau-The-Hand-That-Rocks-the-Cradle-1992-5

Si le film n'évite pas toujours les facilités (par exemple, le simplet accusé de pédophilie), force est de constater que l'on ne s'ennuie jamais. Hélas, l'ensemble se révèle assez prévisible et se termine par l'inévitable affrontement entre la baby-sitter perverse et la jeune mère de famille.
En résumé, tout est bien qui finit bien ! Dans le même genre, on lui préférera tout de même J.F. Partagerait Appartement, mais de peu... Clairement, Curtis Hanson n'est qu'un petit tâcheron et ne possède pas un grand sens du suspense.
Toutefois, ne soyons pas trop sévère, malgré ses nombreux défauts, La Main sur le Berceau reste un thriller correct, tout à fait recommandable en deuxième partie de soirée.

Note: 12/20


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines