Magazine Cinéma

Gen: Terreur Psychiatrique

Publié le 12 décembre 2013 par Olivier Walmacq

affiche-Gen-2006-3

genre: thriller (interdit aux - 16 ans)
année: 2006
durée: 1h45

l'histoire: Le Docteur Deniz a décroché un poste dans un hôpital psychiatrique isolé. A son arrivée, elle découvre que la police est sur les lieux pour enquêter sur un suicide. Une coulée de boue sur la seule route va d'ailleurs forcer les deux inspecteurs à rester sur les lieux. Mais rapidement, l'un des pensionnaires est assassiné de manière brutale. Un premier meurtre qui annonce plusieurs autres morts violentes que les deux policiers et l'équipe médicale ont bien du mal à comprendre.   

La critique d'Alice In Oliver:

Rares sont les long-métrages turcs à dépasser le stade de leurs frontières. C'est pourtant le cas de Gen: Terreur Psychiatrique, réalisé par Togan Gökbakar en 2006. Et oui, pour une fois, le blog chronique un film turc, et même pas un "Turkish" !
Malheureusement, en l'état, Gen: Terreur Psychiatrique n'est qu'un petit navet mal torché, à la limite du nanar, surtout dans ses ultimes minutes, mais j'y reviendrai. Gen: Terreur Psychiatrique est aussi le tout premier film de Togan Gökbakar.

Le cinéaste s'attaque à un sujet difficile puisque le film se situe presque exclusivement à l'intérieur d'un hôpital psychiatrique. En ce sens, Gen est bel et bien un huis clos. Attention, SPOILERS ! Le Docteur Deniz a décroché un poste dans un hôpital psychiatrique isolé.
A son arrivée, elle découvre que la police est sur les lieux pour enquêter sur un suicide. Une coulée de boue sur la seule route va d'ailleurs forcer les deux inspecteurs à rester sur les lieux. Mais rapidement, l'un des pensionnaires est assassiné de manière brutale.

101122080845613424

Un premier meurtre qui annonce plusieurs autres morts violentes que les deux policiers et l'équipe médicale ont bien du mal à comprendre. Le film de Togan Gökbakar joue sur plusieurs styles, à savoir le thriller, le huis clos (comme je l'ai déjà souligné) et l'enquête policière.
Clairement, Gen est aussi un long-métrage ambitieux. Togan Gökbakar a envie de prouver qu'il sait se débrouiller derrière une caméra, un peu trop peut-être, le réalisateur multipliant les effets tape-à-l'oeil.

C'est par exemple le cas lorsque le film nous fait partager le supplice des patients en pleine séance d'électrochocs. C'est d'ailleurs l'introduction du film. Gen est aussi un long-métrage très violent, qui a pour ambition de nous transporter dans le milieu psychiatrique.
Sur ce dernier point, Gen est beaucoup moins convaincant et multiplie les caricatures. Clairement, Togan Gökbakar ne semble pas avoir une grande connaissance de la psychiatrie. L'univers qui nous est décrit prête davantage à sourire.

gen04

Néanmoins, le scénario se concentre surtout sur l'enquête menée par le Docteur Deniz. Cette dernière cherche à comprendre pourquoi sa mère a sombré dans un état catatonique suite à son hospitalisation dans l'établissement psychiatrique.
Le Docteur Deniz ne va pas tarder à découvrir l'horrible vérité. C'est d'ailleurs là que ça se gâte et que le film sombre dans le navet absolu et la parodie involontaire. Donc, pour ceux qui auraient envie de voir le film (soit trois personnes dans le monde), merci de ne pas lire les phrases qui vont suivre.
Tenez-vous bien: les patients ont pris la place des médecins et contrôlent désormais l'établissement. Quant aux psychiatres, ce sont eux désormais les patients. Le Docteur Deniz est donc destinée à finir enfermée en cellule d'isolement.
Cette conclusion finale, franchement ridicule, nous est résumée en l'espace de deux petites minutes et multiplie les effets clippesques. Ce qui rend le film encore plus prétentieux et agaçant. Bref, un sérieux navet.

Note: 01/20
Note naveteuse: 17/20


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines