Magazine Culture

Le petit coin des collectionneurs : le (Yves) Chaland qui (re)passe N°27

Publié le 16 décembre 2013 par Hongkongfoufou

Eleve Moinet 2 Par l'élève Moinet

Après avoir passé 6284 heures sur les pages Chaland d'Ebay et être tombé 12256 fois sur "le chaland qui passe", vous l'avez compris plus vite que moi (l'émotion !), me voici enfin vengé. L'heure de la rédemption a sonné. Je suis donc fier de vous présenter le "(Yves) Chaland qui passe". Chaque mois, un collector rien que pour vous. Je viens de faire les comptes, cette rubrique devrait durer 12 ans et 3 mois.
PS : Nous cherchons toujours un volontaire pour "la place du Stanislas (Barthélémy)" et pour "le Saint-Paul-en-(Luc) Cornillon".

plaque-copie-1.jpg

La question Minitel du jour est adressée par erreur au "Chaland qui passe" par le jeune Laurent d’Albi. Cher Elève Moinet, deux questions me taraudent. Faut-il s’habiller comme ses chanteurs préférés pour les écouter et crois-tu au retour du casque colonial ?

PS : As-tu vu la plaque émaillée de Noël de Freddy Lombard ? Sur ce, je t’en souhaite un joyeux.

Cher Laurent, sache qu’il est bien sûr indispensable d’adopter une tenue de circonstance pour écouter ses chanteurs préférés. Ainsi, avant de mettre un disque des Sparks, j’enfile une veste à carreaux et des chaussures bicolores pour être en adéquation avec les célèbres chanteurs californiens. De même, il est primordial de s’habiller en Freddy Lombard pour lire ses aventures et vivre au milieu de ses objets quotidiens. Il est hors de question de relire Le cimetière des éléphants vêtu d'un jean délavé ou, pire, d’un costume-cravate. Emprunter pour l’occasion la ligne 1 du Métropolitain - même aux heures de pointe - est tout indiqué. Il en est de même pour se recueillir devant cette fameuse plaque, puisque tu me donnes ici l’occasion d’une judicieuse transition. Détaillons la garde-robe de nos trois amis si tu le veux bien. Cela pourra aussi te servir dans ta vie de tous les jours. Avant que j’oublie, la réponse à la deuxième question est non.

casque.jpg

Se protéger du froid wallon pour pousser la chansonnette n’est pas une mince affaire. Freddy a judicieusement opté pour le traditionnel Duffle-coat des pêcheurs belges (159,99 €, La Redoute) - Non, mon gars, pas ceux qui posent leur canne près d’un lac à côté du trépied et du pack de 6, mais ceux d’la mer du Nord en plein hiver. Les vrais. De laine cardée et grattée sur les deux faces pour lui donner son aspect ébouriffé, sa forme ample et large apporte chaleur et confort. Il est pourvu d’une capuche que l’on ne portait pas à l’époque et qui accentue le côté "cool" du vêtement. De toute manière, notre élégant aventurier a opté pour le port d’une écharpe pure laine de couleur mode (450 francs) qu’il porte négligemment autour du cou. Il est fermé par trois gros boutons coniques en corne de buffle urugondololais probablement, qu’il peut facilement manipuler malgré le port de moufles (1600 francs). Félicitons notre ami d’avoir choisi l’harmonica pour se faire entendre, plutôt que l’accordéon chromatique. Mal fermé, le troisième laisse apparaître une paire de pantalons en tricotine de laine mélangée, donnant un tissu lourd mais souple, d’une tombée impeccable (5990 francs). Malheureusement, celui-ci est contrarié par la jarretière à côtes derby d’une paire de fortes chaussettes en pur fil uni très extensible, solide et agréable (395 francs), trouvant sa place dans des bottillons d’après-ski - dessus en forte peausserie daim marron, modèle très chaud, confortable et pratique grâce à sa fermeture mécanique instantanée, qualité extra-forte, intérieur tout fourré molleton blanc - dessous à fortes semelles en caoutchouc moulé havane avec gros relief antidérapant, vulcanisés et inarrachables même sous la contrainte (2890 francs du 36 au 40 – n’oublions pas que Freddy Lombard chausse du 40).

moufles.jpg

bottillons-copie-1.jpg

"A pantalon rentré, slip porté" (proverbe wallon). Gageons que Freddy a opté pour un slip kangourou plutôt qu’un caleçon long molletonné pour protéger son intimité. Ceinture élastique, bords renforcés et entrejambe doublée à ouverture devant. En Rhovylon (Rhovyl et nylon) s’il vous plait ! Idéal pour les rhumatisants. Le maillot de corps est assorti en jersey de coton duveté. De coupe étudiée, il moule parfaitement le corps du dynamique aventurier (370 et 500 francs). L’élégance, ce sont les détails. Pour justifier sa "mise très distinguée", dixit notice individuelle de la police de Bouillon, deux badges fantaisie "Dina" disponibles auprès des ADF à jour de leur cotisation (22 €) auraient étés du meilleur effet.

Ceux-ci me donnent l’occasion d’une nouvelle judicieuse transition. Passons donc à Dina Martino si vous le voulez-bien, sans nous arrêter sur Paul Dupuis de "mise ouvrière". Voyons voir… Costumes de chassePaletots et cuissardsCostumes de ville... Tiens ?!... Rien sur les filles dans le catalogue Manufrance de… Saint Etienne 1957 ? C’était bien la peine. Permettez-moi, néanmoins de m’attarder sur les gants de cuir très emmapeeliens. Le comble de l’élégance féminine hivernale.

Pour…heu, l’occasion, retournons à notre bout d’alu. Rien d’hallucinant : un trou, un plat, un numéro. Passons sur le rose Malabar de nos quatre (3+1) complices occupés à s’égosiller alu-nisson (un peu d’humour). Oui, mais qui, quoi ? La cigale et la fourmi puisque la bise est venue et qu’ils se trouvent fort dépourvus ? Bof. Cantilènes en gelée de Boris Vian ? Ou pourquoi pas… Oui, mais oui, une Christmas song d’Elvis ! La Thompson 1928 (170 € la réplique, frais de port offerts) prenant l’air, probablement par un inconditionnel de Chuck Berry ou de Frank Sinatra, ne nous laisse pas deviner le contraire. Bref, encore une plaque émaillée de nombreux incidents.

Maintenant permettez-moi une réflex… une pensée personnelle. Je ne sais pas pourquoi, mais tout d’un coup, l’image de cette plaque me fait penser à cette rubrique. Pas très instructive, pas très drôle, qui ne cocasse pas des briques. Un comble (la rubrique, pas l’image).  Et si je m’escrimais seul dans le froid informatique ? Et si quelqu’un m’en voulait ? Et si j’allais me faire plaquer ? Et si j’étais encore à côté ? De la plaque… Pfff encore un mauvais moment à passer. Pour la peine, je crois que je vais aller chanter dans la rue. Où ai-je mis mes bottillons ?

Joyeux Noël Laurent et à vous tous les amis.

Indice de rareté 2/5


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Hongkongfoufou 2062 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine