Magazine Cinéma

« Rêves d’Or », un trésor au Lincoln

Par Tred @limpossibleblog
Depuis des semaines je me promets d’écrire. De redonner des couleurs au blog au milieu de cet apparent relâchement. De vivre cet instant de cinéma qui rendra irrésistible cette envie de noircir quelques lignes. J’en ai vu passer quelques-uns, de ces films ayant su me séduire, certains même jusqu’à avoir leurs chances de figurer dans mon Top 10 de fin d’année sur lequel je me pencherai bientôt. Mais j’ai laissé passer le moment, et la page est restée blanche.
« Rêves d’Or », un trésor au LincolnEt voilà que je me suis retrouvé assis au Lincoln, à quelques enjambées des Champs-Élysées, avec une toute petite poignée de spectateurs qui se sont tenus bien loin de mon 5ème rang fétiche (tant mieux). A la caisse devant moi, un couple n’arrivant pas à se décider sur le film à voir, demandant les différents horaires au caissier, et lui demandant même de quoi parlaient les films et lequel serait le meilleur à voir. Et pendant ce temps, moi, je trépignais de pouvoir prendre ma place pour le film que je m’étais choisi en amont. Ah, ces spectateurs qui se pointent au cinéma sans savoir quoi voir ni même ce que sont les films proposés…
Après qu’ils aient enfin choisi d’aller voir le délicieux « The Lunchbox » 30 minutes plus tard, j’ai pu prendre ma place et descendre l’escalier du Lincoln pour aller me poser devant « Rêves d’Or ». « La Jaula de Oro » en VO, pour ce film sud-américain de Diego Quemada-Diez, remarqué et récompensé en mai dernier au Festival de Cannes, et ayant acquis depuis une solide réputation sur le circuit festivalier.
C’est la réputation du film, et ses critiques élogieuses, qui m’ont attiré, plus que le sujet lui-même qu’il me semblait avoir déjà vu traité plusieurs fois au cinéma ces dernières années. Un road-movie de migrants latino-américains traversant le Mexique dans l’espoir de franchir la frontière avec les États-Unis et s’offrir un nouveau départ au pays des Yankees. Ici, les rêveurs sont adolescents. Ils ont tout laissé derrière eux, au Guatemala, pour toucher du doigt leur rêve nord-américain.
  Et là, le déjà-vu aperçu sur le papier s’est transformé en une odyssée tremblante et touchante. Quelque chose de magique s’est faufilée à travers l’écran, une sensibilité inattendue. Le réalisateur trouve une voie mêlant la dureté et la grâce. C’est un voyage semé d’embûches d’une brutalité inattendue, où la beauté n’est qu’éphémère, et la joie si fragile. « Rêves d’Or » est un film à la voix claire et sombre où les dangers d’un tel voyage se font jour avec force. C’est un film puissant sur cette migration clandestine dont l’issue n’est jamais garantie, mais c’est aussi un beau film sur l’adolescence, et le passage forcé vers l’âge adulte, où en quelques jours, quelques semaines, l’innocence peut se trouver broyée par la réalité. Les rêves d’or peuvent se payer chers, même au doux royaume du cinéma. J’en suis sorti séduit, interloqué, bousculé. Et avec cette irrépressible envie d’écrire ces trop courtes lignes…

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Tred 1557 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines