Magazine Animaux

Famille

Par Jperino @Jonoripe

famille.jpgA travers le temps et les sociétés, la famille semble être une des structures les plus pérennes qui soit…

Et pourtant, chez nous, la famille et la société changent. Parmi les qualificatifs appliqués à ces familles nouvelles, on trouve les termes de nucléaire (par opposition à la famille traditionnelle dite multigénérationnelle ou clanique), disloquée, éclatée, monoparentale, biparentale recomposée (donc après décomposition). Maintenant, elles peuvent être aussi légalement biparentales mâles et biparentales femelles. Étonnant non ?

Mais les anthropologues ont mieux dans leurs tiroirs...

Chez les Nayar de la côte de Malabar (Inde), les guerriers ne pouvaient fonder une famille. Les femmes, mariées nominalement à un guerrier, étaient autorisées à prendre des amants. Les enfants appartenaient à la lignée maternelle, l'autorité et les gestion des terres étant aux mains des hommes de la lignée, frères des femmes, eux-mêmes amants occasionnels des femmes d’autres lignées. C’est une famille appelée matricentrée.

Si l’on  en croit Françoise Héritier, le mariage entre femmes est légal depuis longtemps chez les Nuer du Soudan. Cependant, chez eux, la filiation passe exclusivement par les hommes. La fille n'appartient pas à la famille de son père, sauf si elle est stérile. Stérile elle compte comme un homme et perçoit des parts des dots versées pour ses nièces. Avec ce capital, elle peut « acheter » une jeune fille qu’elle épouse légalement. Elle lui choisit un homme, un étranger pauvre, pour engendrer des enfants. Ces enfants sont les siens (ceux de la fille stérile, faut suivre) et l'appellent " père " et elle leur transmet son nom.

Son épouse l'appelle " mon mari ", lui doit respect et obéissance. Elle la sert comme elle servirait un vrai mari. Elle-même administre son foyer et son bétail comme un homme. Au mariage de ses filles, elle reçoit à titre de père, le bétail de leur dot et ensuite remet au géniteur la vache, prix de l'engendrement. Le géniteur ne tire (en principe) aucune autre satisfaction matérielle, morale et affective du contrat. Rassurez-vous, la femme-époux n'est qu'un ersatz d'homme et ce mariage légal reste tout à fait dans les canons machistes.

280px-Arms_of_the_Most_Noble_Order_of_the_Garter.svg.png
Chez les Yorubas du Nigeria, c'est une femme riche et non stérile qui peut légitimement épouser d'autres femmes et en avoir de la même façon substitutive, des descendants bien à elle. Attention, il est exclu de voir dans ces unions purement familiales une forme particulière d'homosexualité féminine. Honi (1 n) soit qui mal y pense, comme il est écrit sur la jarretière de la mariée.

Un autre jour, je vous parlerai des mariages fantômes, des vivant et des morts, aussi fréquent que le mariage entre vivants, chez les Nuer. Utile pour l’héritage en cas de mort sans descendance. Le mort peut ainsi devenir père de famille en toute immortalité.

Plus de détails ici.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jperino 388 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte