Magazine Culture

Défi du lundi #4 : Fa lala lala lala la, Falala lala lala la la

Publié le 16 décembre 2013 par Tepsy @AmelieNaud
Aujourd'hui chez les terriens ... une geekette s'imprègne de l'esprit de Noël.
Ce qui tombe bien puisqu'il s'agit du thème du défi de la semaine de My Beauty. Et avant de vous dire ce que représentera Noël pour moi à partir de cette année, je vais vous expliquer ce qu'il a déjà voulu dire jusqu'à présent. Car, je l'avoue, je n'ai pas toujours aimé Noël, et jusqu'à cette année, je me sentais davantage proche du Grinch au début du film qu'à la fin ... 
Défi du lundi #4 : Fa lala lala lala la, Falala lala lala la la
Qu'on se le dise, quand j'étais petite, j'adorais Noël, comme à peu près tous les enfants qui ont de la chance d'avoir une famille et des présents à cette période là. On adorait, mon frère et moi, aider notre mère à décorer le sapin que notre père installait. Même si ça a toujours été un petit sapin en plastique. Même si on se disputait pour choisir les décorations, pour savoir qui mettrait le pic argenté au sommet ... J'adorais regarder ma mère façonner la bûche tout en prélevant de temps en temps un peu de chocolat avec mon index pour m'ne régaler furtivement. J'adorais faire ma liste au Père Noël. J'adorais croire que ce vieux bonhomme prenait le temps de passer chez nous et aussi chez mes grands-parents, même chez ceux du côté de mon père qui n'avaient même pas de cheminée (mais il passait par l'aération de la cuisine, c'est magique). J'adorais demander à mes grands-mères toute l'histoire sur la crèche, même si je n'y croyais pas vraiment (je n'ai pas été baptisée, donc pas de catéchisme pour moi, mais on m'avait tout de même raconté ces histoires, tout comme je connaissais l'histoire de Baba Yaga, du Saint-Nicolas et du Père Fouettard, ou encore de Rhanouka ...). Bien sûr, mon moment préféré restait le déballage des cadeaux, même si je n'avais pas toujours ce que j'avais demandé (d'ailleurs, je n'ai jamais compris comment le vieux machin avait pu confondre la calèche de Barbie avec sa machine à laver ... certes, les deux sont roses, mais s'pas pareil quoi ...). Mon frère et moi, on se levait très tôt, parfois à 5h du matin, rien que pour vérifier que le Père Noël était passé. Et on trépignait jusqu'à 7h30 avant de ne plus tenir et d'aller réveiller les parents. Et puis il y avait les repas. Le soir du 24, chez nous, avec papa et maman qui nous mitonnaient de bons plats. Puis le 25 ou le 26 à midi, toujours chez nous, mais cette fois avec les papis et mamies. Et parfois avec mes troisièmes grands-parents, les parents d'une de mes tantes qui me gardaient quand j'étais toutes petite. Et puis il y avait les deux grands repas de famille, avant ou après Noël selon les années (pas facile de réunir tout le monde en même temps, surtout du côté de ma mère avec 6 familles pas dans les mêmes coins de la France). Là, on y retrouvait nos cousins, nos oncles et tantes, et à nouveau des cadeaux. 
Défi du lundi #4 : Fa lala lala lala la, Falala lala lala la la
J'aimais Noël de tout mon cœur.
Du moins jusqu'à mes 8 ans. L'année où mon petit frère et moi avons surpris mes parents, au matin, en train de déposer les cadeaux sur nos souliers, au pied du sapin. Mon frère s'est mis à pleurer et est parti en courant s'enfouir dans ses draps. Moi, j'ai lancé à mes parents un regard assassin avant de retourner dans mon lit pour pleurer. On leur a fait la tronche toute la journée. Quelques jours plus tard, chez nos grands-parents, j'ai annoncé à mes cousins "de toutes façons, le Père Nowel, c'est les parents, c'est pas du vrai !". Je précise que je suis l'aînée dans ma famille ... Mon petit  cousin a d'ailleurs demandé à sa mère, juste après "mais alors, la petite souris aussi c'est vous ?" ... Oui, j'étais une gamine mauvaise ... Dans le même genre de souvenirs "mes parents ont tué Noël", je me souviens aussi qu'une fois, au lieu des cadeaux (bien cachés sous la table basse pas loin, en fait), on a eu des clémentine dans nos chaussons. La bonne blague nous a fait pleurer ... Cela dit, on l'avait mérité, on avait pas été sages du tout ^^.
Mais la magie de Noël en famille a tout de même raccommodé le truc, et je n'ai pas définitivement cessé d'aimer Noël. J'ai juste cessé d'écrire ma liste, et j'allais avec ma mère choisir mes cadeaux dans les magasins. Je ne croyais plus au Père Noël, mais les fêtes restaient dans mon cœur. C'est sans doute comme ça, de grandir ...
Défi du lundi #4 : Fa lala lala lala la, Falala lala lala la la
Et puis, il y a eu l'adolescence ... Ah, quelle période faste pour les disputes, et quoi de mieux que les fêtes pour faire ressortir le pire des gens ?
Il y a eu d'abord les remarques de ma mère, que je comprenais enfin. Celles qu'elle faisait quand elle pensait sans doute que je n'écoutais pas ou quand j'osais la contredire, et qu'elle soulignait au reste de la famille quelle mauvaise fille j'étais parce que j'avais encore osé piailler, que j'avais oser demandé à avoir moi aussi des livres tandis qu'elle achetait à mon frère d'autres tomes de DBZ qu'il n'avait même pas demandé (il a eu toute la collection ainsi que le jeu d'échec Atlas, celui dont on n'avait qu'un bout tous les mois et qui au final a coûté à mes parents une bonne centaine d'euros ... il a eu tout ça sans rien avoir à faire en échange ... moi je n'ai fait que demander 2 livres qui en tout auraient coûté moins de 20€ ... vala vala ... mais c'était moi la vilaine jalouse, évidemment ... encore il y a deux, mon frère à eu une cornemuse à plus de 2000€, sans rien faire d'extraordinaire, et j'ai du argumenter des heures (et je n'exagère pas en plus) pour que mes parents débourses 130€ (+80€ pour tous l'équipement "de base") pour des cours d'équitation dans le cadre de l'asso de médiévistes dont j'étais membre ... mais non, je suis toujours la vilaine jalouse, normal quoi ^^). Bref ... J'étais le vilain petit canard et on ne se privait pas pour me le rappeler (et pour rappeler que dans la famille, ça ne se faisait pas). Et c'est vrai que Noël c'est carrément le bon moment pour ce genre de choses, l'amour et la joie, toussa toussa.
Entre ma mère qui ne manquait pas de balancer une crasse contre moi, mon père qui me gueulait dessus dès que je m'insurgeais contre ça, mes tantes qui me faisaient remarquer que 1) j'avais pris du poids on dirait, 2) ce n'était pas normal que parfois j'ai de mauvaises notes (oui, comprenez bien que mes famille me voit comme une "tête", je dois avoir un parcours irréprochable parce que je suis intelligente patati patata ... autant vous dire que mes deux échecs successifs à la fac m'ont fait passés pour une grosse flemmarde, parce que si j'ai foiré ce n'est bien sûr pas du tout à cause de la pression qu'on m'a foutu sur le dos, ni parce que j'avais été mal conseillée dans mon choix d'études, ni même parce que les cursus que j'avais choisi ne me convenaient pas au final, non non, c'est seulement parce que, soit-disant, je n'ai pas assez bossé ... lolilol), 3) c'est pas bien d'être jalouse de son frère alors qu'on a les mêmes choses (ou pas).
Puis avec l'âge, il y a eu le fatidique "c'est quand que tu nous présente un garçon ?" ... Accompagné des remarques peu aimables de ma mère sur les rares potes mâles que je lui ai présenté (et avec qui je ne sortais pas en plus ...). Puis sont venus les "à ton âge ..." et les "tu devrais ..." ...
Là vous allez me dire : mais il y avait tes cousins, ça devait bien se passer non ? Jusqu'à ce que j'entre à la fac, oui ... Mais depuis, ça va de moins en moins. Non pas que je ne m'entend pas avec eux. C'est tout le contraire. Qu'on se comprenne : j'adore mes cousins et mes cousines. J'aime les voir de temps en temps, j'aime prendre de leurs nouvelles et quand eux en prennent de moi. J'aime savoir ce qu'ils deviennent, ce qu'ils font, où ils vivent ... Mais je me suis rendue compte avec le temps qu'à table, je n'ai absolument rien à leur dire. Je ne saurais dire ce qui s'est passé, et sincèrement j'espère que le fait que dorénavant je ne puisse les voir, sans doute, que pour Noël arrange les choses et fasse que j'ai enfin de quoi discuter avec eux. Peut être est-ce parce que j'ai grandi trop vite dans ma tête et que je me suis installée trop tôt dans l'âge adulte, et que du coup leurs discutions me semblaient d'un coup trop gamines et pas à mon goût .. Je ne saurais trop dire, mais, sans mentir, je m'ennuyais avec eux. Peut être ma dépression aussi ... Donc si vous passez par là les cousins (et je sais qu'il y en a au moins une qui s'y risquera peut être ^^) sachez que je vous adore, même si je ne le montre pas forcément. Et que si je m'écarte souvent de vous aux repas pour être avec les parents, c'est pas parce que je ne vous aime pas, c'est juste parce que j'ai visiblement un problème pour communiquer avec vous ... Vala vala.
Défi du lundi #4 : Fa lala lala lala la, Falala lala lala la la
Tout ça pour dire que jusqu'à présent, Noël rimait avec corvée. Je devais absolument être joyeuse, sourire, paraître heureuse, alors que je ne l'étais pas. C'était d'autant plus le cas ces derniers Noël ... Il y a d'abord eu l'ultime rechute de mon oncle, et le voir diminué dans son fauteuil, ce fut dur. Puis il y a eu son absence, ce qui fut encore plus dure. Cela dit, le cadeau de notre tante l'an dernier, à savoir les BDs de mon oncle, m'a fait retrouver un peu de cet amour d'enfance que j'avais pour les fêtes.
Et cette année ?
Cette année, si j'angoisse, que je stresse et que je suis de plus en plus chiante, j'attend avec une énorme impatience de revenir chez mes parents pour les fêtes. Je sais que j'aurais droit à des remarques sur le fait que Chéri et moi sommes encore et toujours au chômage et que nous vivons donc encore et toujours au crochet de mes parents (qui payent le loyer, pour ceux qui suivent pas), que ma tante M. va encore trouver à dire que j'ai encore grossi (même si c'est vrai, ça se dit pas aux gens complexés, hyperphages, compulsifs et dépressifs), et j'imagine qu'une de mes grands-mères va bien me sortir un "c'est quand que tu nous fais des arrières-petits-enfants ?" maintenant que je suis sérieusement en couple et que je leur amène mon homme ... 
Mais cette année c'est différent : je n'ai pas vu mes parents depuis fin août, mon frère et mes grands-parents depuis début mai, et la plupart des autres membres de ma famille depuis Noël dernier ... Donc cette année, plus que jamais, il y a les retrouvailles. Et il y a aussi la présentation de Chéri à tout le monde. Un grand pas pour moi ! Je ne suis plus celle qui est toujours chez ses parents, je suis devenue celle qui s'est installée dans un autre pays avec un garçon étranger. THE changement quoi.
Pour tout vous dire, j'me sens presque aussi excitée que si j'allais à Disney voir Mickey et Minnie pour les fêtes ... Enfin presque, Disney c'est mieux ^^
Défi du lundi #4 : Fa lala lala lala la, Falala lala lala la la
Et sinon, pour vous prouver que j'ai bien retrouver l'esprit de Noël : cette année, pour notre premier Noël ensemble, et dans notre premier chez nous, j'ai accepté d'aider Chéri à faire une crèche. Dans un couple, il faut faire des concessions, c'est ce que j'ai fait : je ne suis pas chrétienne, et même s'il n'est pas pratiquant, ni vraiment croyant d'ailleurs, la crèche fait partie de ses traditions de Noël. Alors je lui ai fait des figurines en argile, et nous avons été chercher dans la nature de quoi décorer le petite bâtiment en carton. Et voilà ce que ça donne, l'esprit de Noël chez nous cette année :
Défi du lundi #4 : Fa lala lala lala la, Falala lala lala la la
Défi du lundi #4 : Fa lala lala lala la, Falala lala lala la la
Défi du lundi #4 : Fa lala lala lala la, Falala lala lala la la
Et vous, esprit de Noël ou Grinch attitude ?

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Tepsy 55 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines